Actualité Auto

Clap de fin pour les berlines ?

La berline, l’espèce automobile historiquement la plus diffusée dans le monde, est en déclin. Près de trois acheteurs sur quatre préfèrent désormais se glisser derrière le volant d’un SUV. La Ford Mondeo ne sera plus au catalogue l’an prochain. La Renault Talisman, non plus. 

meillleures-berlines

Durée de lecture estimée : 3 minutes

Depuis quelques années, la plupart des grandes berlines n’ont plus la cote, délaissées au profit des SUV.  Excepté quelques rares irréductibles qui les élisent comme voiture de fonction ou taxi – surtout quand elles portent un logo français – les berlines ne rencontrent plus le succès. Peugeot pensait que sa dernière 508 connaîtrait un succès honorable grâce à son look de coupé 4 portes et à ses motorisations hybrides rechargeables. Mais ce n’est pas le cas. Le Tesla Model 3 se vend mieux qu’elle et double aussi la Mercedes Classe C et la BMW Série 3, les premium Allemands qui tiennent encore un peu la route en termes de ventes. Les berlines sont globalement en danger. A commencer par la Ford Mondeo dont la production s’arrêtera en 2022 ou la Renault Talisman, tout juste restylée, mais qui touche à la fin de sa carrière. Même la VW Passat n’est plus dans une bonne passe : les jours de la berline sont comptés. La Passat doit être renouvelée en 2023 et le modèle à coffre devrait être supprimé du catalogue en Europe comme aux Etats-Unis. La prochaine Passat sera donc exclusivement proposée en break dans l’Hexagone. Devant la désaffection des consommateurs à l’égard des berlines, les constructeurs les rayent de leur catalogue au fur et à mesure. Fiat-Chrysler Automobiles a d’ailleurs été le premier groupe, en 2016, à jeter l’éponge et à écarter les berlines du plancher des salons. 

La berline Mondeo disparaît du catalogue

C’est officiel : la production de la Mondeo prendra fin en mars 2022. Dernière ligne droite donc pour la berline familiale à l’Ovale bleu. Ce modèle emblématique, lancé en 1993 et écoulé à 5 millions d’exemplaires, n’est tout simplement plus dans l’air du temps. Car la mode est aux autos haut perchées : en 2020, 39 % des ventes de véhicules particuliers de Ford étaient des SUV et des crossovers, soit huit points de plus qu’en 2019. La marque américaine préfère donc mettre en avant ses SUV comme le Kuga renouvelé en 2020 ou la Mustang Mach-E, son premier SUV électrique. Et puisque les monospaces sont eux aussi mis dans l’ombre des SUV, les grands monospaces S-Max et Galaxy assemblés à Valence vont se décliner en version hybride pour attiser les foules. 

Fin programmée de la Talisman

A peine restylée, la Renault Talisman s’apprête elle aussi à s’évaporer du catalogue. C’est que la berline au Losange continue de suivre à la lettre les codes d’un monde révolu : une silhouette à trois volumes marqués et aux moteurs exclusivement essence ou diesel. La Talisman en subit désormais les conséquences : en France, la berline tricolore s’écoule trois fois moins que sa rivale sochalienne. Pour que la clientèle ne prenne pas peur, la Talisman restylée a juste revue des lamelles de calandre et à ajouté des joncs chromés sur les feux arrière et la partie inférieure du bouclier. En revanche, la planche de bord a été intégralement repensée pour intégrer des équipements plus modernes (Tablette multimédia 9 pouces, chargeur smartphone à induction et instrumentation numérique). Seul écueil notable : l’absence de caméra 360 degrés, ce qui est dommage pour une grande berline. Sous le capot, pas d’hybridation même légère : la Talisman, définitivement conservatrice, accueille un 1,3 TCE de 160 ch et un 2.0 Blue dCi de 160 ou 190 ch, associés à une boîte de vitesses double embrayage à sept rapports pour l’essence et à six pour le mazout.