Comment diminuer sa consommation d’essence ?

Le budget des Français consacré au carburant chaque année pèse lourd. Pourtant, certaines astuces et comportements permettent de largement réduire sa consommation d’essence. Que vous pensiez acquérir un modèle diesel ou essence, découvrez ces astuces pour que le carburant ne pèse pas trop lourd dans votre budget.

Garder le rythme : la règle d’or de l’éco-conduite

Consommation d'essenceApparu aussi bien pour des raisons économiques qu’écologiques, le concept d’éco-conduite consiste à adopter un certain nombre de réflexes de conduite pour limiter sa consommation d’essence et donc d’émissions de CO2.

Le premier principe de l’éco-conduite est de tenter de conserver au maximum une vitesse continue tout au long du trajet. Les freinages et les accélérations sont en effet gourmands en carburant : garder un rythme régulier en anticipant les événements de votre parcours (montées, descentes, virages, ralentissements) permet ainsi de diminuer sa consommation d’essence quotidienne.

Sur nationale ou autoroute, vous pouvez utiliser un régulateur de vitesse qui permet de créer un débit de carburant régulier en maintenant votre vitesse constante. Certaines applications sur smartphone, comme GECO, peuvent également vous aider à progresser en éco-conduite en enregistrant vos comportements sur la route et en proposant des pistes d’amélioration.

Diminuer sa vitesse

Si conserver une vitesse régulière est la règle numéro 1, la diminuer est la règle n° 2. Une simple baisse de 10 km/h peut ainsi permettre d’économiser jusqu’à 1 litre par 100 km, pour un retard d’à peine 4 minutes sur un trajet de 100 km.

Réduire sa vitesse est plus particulièrement recommandé lors des montées : sur une pente de 4 % sur autoroute, le véhicule consomme 19 litres aux 100 km lorsqu’il roule à 120 km/h alors qu’il en consommera moins de 15 l/100 km en roulant à 100 km/h.

Utiliser le levier de vitesse

Bien maîtriser le compteur tour limite également les dépenses d’énergie : dans le cas d’un moteur diesel, passez la vitesse supérieure dès 2000 tours/minute et dès 2 500 tours/minute dans le cas d’un moteur essence.

Pensez également à rétrograder plutôt qu’à freiner lorsque cela est possible : le débit de carburant est coupé lorsque le frein moteur est en fonction. En ville, plutôt que d’accélérer entre chaque feu rouge alors que la vitesse y est de toute manière limitée, prenez l’habitude de patienter sur le rapport supérieur. On estime qu’une conduite dite « agressive » (tout en freinage et fortes accélérations) peut augmenter de 20 à 40 % la consommation d’essence du véhicule.

Couper le moteur

Faut-il ou non couper le moteur à un feu rouge ? La coupe du moteur est sans hésitation bénéfique sur les modèles équipés d’un Stop and Go dont la technologie est spécifiquement conçue pour ne pas trop puiser lors de la reprise. Sur les autres modèles, il est recommandé de couper le moteur à partir de 15 secondes d’immobilisation (un feu dure en moyenne 30 secondes lorsqu’il vient juste de passer au rouge).

Sachez enfin que c’est lors du 1er kilomètre que la voiture consomme le plus car son moteur est encore froid. Si vous conduisez en ville sur de courtes distances, méfiez-vous ainsi des freinages et reprises répétés.

Gérer ses équipements et surveiller l’aérodynamisme du véhicule

En dehors de la mise en place de réflexes d’éco-conduite, vous pouvez également diminuer votre consommation d’essence en jouant sur le véhicule lui-même. Vérifiez ainsi régulièrement le niveau d’huile, la pression des pneus, les bougies, l’injection, le filtre à air… Sachez ainsi qu’un filtre à air encrassé fera consommer à votre véhicule 3 % de carburant supplémentaire et que des pneus sous-gonflés peuvent faire augmenter jusqu’à 4 % la consommation d’essence.

Surveillez également l’aérodynamisme général du véhicule : limitez le poids total en optimisant le remplissage de votre coffre et en ne laissant aucune charge inutile (comme les barres de galerie sur le toit lorsqu’elles sont inutilisées par exemple).

Veillez enfin à réduire au maximum l’utilisation de la climatisation en utilisant de bons réflexes (pas plus de 5° d’écart avec la température extérieure, utilisation de pare-soleil, ventilation naturelle avant d’enclencher…). Selon l’ADEME l’usage de la climatisation entraîne en effet une surconsommation de carburant importante (autour de 30 % supplémentaires en ville et de 20 % sur route). Attention, cependant à ne pas rouler fenêtres ouvertes sur des voies à grande vitesse : à 130 km/h, la consommation d’essence augmente alors de 5 % environ.

Partagez l'article sur :