Peugeot 508 PSE : sportive de série et propre sur elle

Peugeot aborde la performance et la sportivité différemment aujourd’hui : en infusant une bonne dose d’électricité dans ses nouvelles sportives. La 508 PSE est née pour créer le point de départ d’une nouvelle génération de sportives hybrides et plus technologiques que jamais. 

Peugeot-508-perf

L’électrification chez PSA est en marche. Après un renouvellement important et une montée en gamme sans précédent, le constructeur Français s’oriente inexorablement vers une hybridation utile avec la volonté de réduire l’emprunte carbone et répondre aux normes de plus en plus draconiennes. Des objectifs de réduction des émissions de CO2 qui ont eu raison des Peugeot sportives 100 % thermiques dont la 308 GTI dont la fin de production vient d’être annoncée. Avec la 508 PSE, les ingénieurs de la marque au lion entendent construire l’avenir de la voiture sportive et prouver qu’efficience et performance peuvent aller de pair. C’est ainsi qu’avant la venue de la future 208 GTI 100 % électrique, les ingénieurs du Lion se sont penchés sur la 508. Résultat : une version PSE hybride rechargeable 4 roues motrices de 360 chevaux qui n’émet que 46 g/km de CO2.

PSE : Peugeot Sport Engineered

Exit le sigle GTI et la couleur rouge. Bienvenue dans un nouveau monde qui conjugue sportivité et électrification. Le GTi c’était le 20ème siècle. GTe, c’est le 21ème. PSE pour Peugeot Sport Engineered, ça fait un peu savant, mais ça a du sens parce que le constructeur français a travaillé de la performance avec de l’hybridation. Et pas n’importe où :  la 508 PSE a été élaborée chez Peugeot Sport, à Satory en région parisienne. L’entité habituellement créatrice de voitures de course, a effectué la mise au point de la future berline sportive de série du Lion qui possède deux moteurs électriques en plus du moteur thermique. 

Performance de haut niveau et respect de l’environnement

360 chevaux chez Peugeot, c’est inédit. C’est la première fois que la marque au Lion élabore un véhicule de série aussi puissant. Certes, on n’est pas dans le monde de l’hyper performance de certains modèles premium allemands, mais dans celui d’un bon niveau de performance du moteur conjugué à de bonnes performances environnementales. 46 g de CO2, 42 km en autonomie électrique pure : cette Peugeot PSE conjugue performance de haut niveau et respect de l’environnement. Peugeot Sport est essentiellement intervenu sur les châssis et les trains roulants, les réglages spécifiques sur l’amortissement à variable pilotée, sur les largeurs des voies, sur l’assiette de la voiture plus basse, changement de taille de roues en 20 pouces et un système de freinage renforcé. 

508 PSE : la Peugeot de route la plus puissante

Lorsque la 508 PSE accélère à fond, elle utilise les 3 moteurs de concert : le thermique à l’avant de 200 ch, un électrique sur l’essieu avant également de 110 ch et un à l’arrière de 113 ch. La 508 PSE établi le 0 à 100km/h en 5.2 secondes et une vitesse maxi de 250km/h bridée. La puissance électrique est d’abord distribuée sur les roues arrière. C’est la priorité puisque cela permet d’avoir une réelle 4 roues motrices. Au total, 360 ch sont combinés et les 3 moteurs fonctionnent ensemble jusqu’à 190 km/h. Au-delà, le moteur arrière s’arrête pour redonner la puissance à l’avant. A ce moment-là, à plus de 190 km/h, on dispose de 270 ch environ. Sur route, on revient à des choses plus raisonnables : il faut dire que c’est une sportive qui a été conçue pour une conduite dynamique sur route. Et sur des enchaînements de virage, on comprend tout le sens de la mise au point de Peugeot Sport car on n’a plus l’impression d’être au volant de la berline 508 que l’on connait. L’auto est encore plus précise qu’avant (l’effet moteur électrique) mais c’est souple et on ne perd rien en qualité d’usage même si c’est plus raide. La 508 PSE offre polyvalence dans l’attitude et un certain confort.

PSE va évidemment s’installer sur d’autres modèles de la marque. Pas de doute : les ingénieurs français ont bien les doigts dans la prise. 

Partagez l'article sur :