Occasions Alfa Romeo : la renaissance du Phoenix

Mal en point pendant plusieurs années, la mythique marque italienne renait de ses cendres grâce à ses deux nouveaux modèles, la Giulia et le Stelvio. Une bonne image qui rejaillit sur tous les autres modèles de la gamme.
Que n’a-t-on pas dit de la marque milanaise. Pendant plusieurs années on a accusé Alfa Roméo de ne plus être Alfa Romeo, ce constructeur mythique qui, depuis une soixantaine d’années enchantait les adorateurs de la bella machina. Et puis, coup sur coup, il y a deux ans et l’an passé, débarquaient deux nouveaux modèles qui renouent avec la tradition italienne. La berline Giuila tout d’abord, puis le SUV Stelvio ont redonné des couleurs au constructeur, et l’envie à ses clients de retourner dans ses show-rooms. Un regain d’intérêt qui rejaillit, et permet de redécouvrir l’ensemble d’une gamme disponible d’occasion.

Mito

alfa-romeo-mito

Son nom plutôt maladroit ne lui a pas porté chance. La Mito, lancée en 2008 et dont le dernier restylage remonte à 2016, a certes une jolie carrosserie. Mais cela n’aura pas suffi à faire décoller les ventes et la production de la petite polyvalente s’arrêtera d’ailleurs en 2019. La Mito n’a pas eu la carrière qu’elle méritait : sa robe bien dessinée annonce qu’il va y avoir du sport et le poste de conduite aussi avec son siège enveloppant, son assise basse et son instrumentation dynamique. Le train avant se montre précis, accrocheur, l’arrière, stable. L’Italienne enchaîne les virages sans rien laisser paraître. On la trouve d’occasion à partir de 11 490 euros sur Vivacar.

Giulietta

Alfa-Romeo-Giulietta

Elle est magnifique. Et quand on conduit une Giulietta, on a l’impression de conduire une vraie Alfa. Quant à ses moteurs, ils sont sympas. Si elle n’a pas spécialement la fibre familiale, la Giulietta sait parler aux âmes sensibles. Le sélecteur DNA permet de moduler les paramètres de conduite en fonction des aspirations du moment. Pour une balade tranquille, on se contente du mode Normal avec sa direction douce et ses montées en régime progressive. Pour davantage de sensations, il suffit de passer en mode Dynamic. A la clé, des accélérations plus toniques et une assistance de direction plus directe. Dans tous les cas, la Giulietta conserve un comportement sûr et une excellente motricité. On en déniche sur Vivacar à partir de 14 990 euros.

Giulia

Alfa-Romeo-Giulia

C’est un chef d’œuvre. La Giulia semble avoir été missionnée pour nous redonner foi en la voiture. Une Alfa, c’est très exactement ça : une ligne magnifique mais pas m’as-tu-vu, un habitacle bien fabriqué, et aussi une direction ultra directe, une position de conduite parfaitement optimisée, un train arrière très joueur, un avant très léger et un moteur très réactif. C’est simple : il suffit de s’installer derrière le volant de la Giulia pour que naisse l’envie d’enquiller des kilomètres de lacets en mode « dynamique ». Car l’auto dispose de trois positions qui modifient suspensions, direction, et passent les rapports plus ou moins tôt. En mode dynamique, elle monte dans les tours, virevolte d’un virage à l’autre, se déhanche à l’envie et repart dans un O/100km/h en 6,6s. On lui pardonne même ses défauts : quelques assemblages approximatifs, une cinquième place à l’arrière plutôt riquiqui et un coffre qui l’est autant. Mais que sont ces petites imperfections face à tant de passion ? Sur Vivacar, les tarifs en occasion de la Giulia vont de 25 990 euros à 69 990 euros (V6, 510 ch, 2017).

Stelvio

Alfa-Romeo-Stelvio

En 2017, ça a été une première pour Alfa Romeo. Le Stelvio est le premier SUV de la marque italienne. Comme la Giulia, il se revendique premium. Le Stelvio est un excellent SUV, dont le tempérament respecte le passé sportif de la marque. Réjouissant à conduire, il plaira aux amateurs de conduite dynamique. Car ce SUV se conduit comme une berline. Et d’occasion, il décote relativement vite pour un modèle premium, ce qui est tout bénéfice pour les acheteurs potentiels. Sur Vivacar, les tarifs du Stelvio débutent à 37 990 euros en seconde main.