Bon plan : acheter un diesel d’occasion

Est-ce le bon moment d’acheter un diesel d’occasion ? L’annonce de Renault de renoncer au diesel n’est pas une simple décision isolée mais une tendance de fond. Faut-il pour autant renoncer au gazole dans le choix de sa prochaine auto ? Réponse.

DIESEL-ESSENCE

Chez Renault, il y a du remue-ménage dans la gamme de motorisations : le diesel s’apprête à disparaître au profit des hybrides E-Tech, à l’instar de la nouvelle Clio. Dès le mois de novembre 2020, le Scénic ne sera plus produit en diesel. Idem pour le Captur à partir du mois de décembre. Si ce changement de motorisation sonne le glas pour le Scenic, le Captur, lui, se dotera de la version rechargeable E-Tech de 160 ch puis de l’hybride classique de 140 ch qui sera lancé en début d’année 2021. Arrêt du diesel aussi sur la Clio 1.5 Blue dCi 85 et 115 ch vendue principalement aux entreprises. Pareil pour le Kadjar, la Mégane, la Talisman et le Koleos

Acheter un diesel d’occasion : bon plan à l’achat

Du coup, d’occasion, les prix des Renault tournant au mazout vont chuter. La décote est systématiquement brutale pour les modèles diesel. Et parfois dans des proportions énormes. De bonnes affaires en vue si vous voulez mener votre monture jusqu’au bout. Evidemment, cela fonctionne si vous n’habitez pas Paris et sa petite couronne où le diesel sera interdit de circuler en 2025 dans ces zones. Par exemple, une Clio de 4 ans décote en moyenne de 50%. Idem chez les autres constructeurs comme Citroën où la C3 décote en 1 an de 40%. Pire encore pour la Volkswagen Golf. Il y a donc d’excellentes affaires à réaliser pour acheter un diesel d’occasion à condition de ne pas les revendre.

Acheter un diesel d’occasion pour les gros rouleurs

A puissance équivalente avec une auto tournant à l’essence, les diesel restent les champions de la consommation. Plus vous parcourez de kilomètres, plus le gain en faveur du diesel est important. Niveau entretien, les moteurs essence qui ont gagné en technicité se montrent aussi onéreux que les diesel. En revanche, le prix des pièces détachées est plus cher pour les diesels. 

La pollution : moins de CO2, plus de Nox

Les moteurs diesel rejettent plus de Nox (responsables de maladies respiratoires) que les moteurs essence. Du moins, les diesel d’occasion car de nouveaux filtres efficaces (filtres SCR, pièges à Nox) comprenant un cycle « RDE » et qui ont participé aux nouveaux cycles d’homologation, rejettent très peu de Nox. En revanche, le diesel rejette moins de CO2 que les véhicules essence. Bilan : essence ou diesel, aucun n’est capable de rejeter un air pur. C’est pour cette raison que les véhicules verts électriques ou hybrides sont privilégiés aujourd’hui. 

Restriction de circulation 

Vilipendé et accusé de tous les maux, le diesel est banni des centres-villes. C’est pour cette raison que les automobilistes se ruent sur les modèles essence. De grandes villes comme Marseille, Bordeaux, envisage une interdiction du diesel d’ici 2026. Sur les 42 communes de plus de 100 000 habitants, 22 déclarent instaurer des dispositifs limitant l’accès aux véhicules les plus polluants. Depuis l’adoption de la loi d’orientation des mobilités en novembre 2019, les collectivités peuvent en effet instaurer des zones à faibles émissions (ZFE, ex zones à circulation restreinte, ZCR). Une ville peut ainsi tout à fait limiter l’accès d’une partie ou de l’intégralité d’un territoire aux voitures considérées comme les plus polluantes, en fonction de leur vignette Crit’Air. La ville de Paris confirme, quant à elle, l’interdiction de la circulation aux véhicules diesel en 2024, puis aux véhicules à essence en 2030.

Bilan : acheter un diesel d’occasion est une bonne idée si c’est le prix à l’achat et la consommation qui vous importent le plus. Si, en revanche, vous êtes soumis à des restrictions de circulation, mieux vaut vous tourner vers les autos essence d’occasion. 

Partagez l'article sur :