Les voitures préférées des femmes sont toujours les citadines

voitures préférées des femmes
Affirmer que les petites autos sont les voitures préférées des femmes, ça fait très cliché. Pourtant, c’est la réalité selon une étude Autoways.

Un conducteur sur deux, en France, est une conductrice. Et cela se reflète sur le marché des particuliers en 2019 (de janvier à fin septembre) où les femmes ont représenté 40% des acheteurs de véhicules neufs d’après une récente analyse du cabinet d’études spécialisé Autoways. Et sans surprise, ce sont les citadines qui sont les voitures préférées des femmes. La Fiat 500 (74% des acheteurs de ce modèle dans toutes ses variantes dont la 500X), petite, « girly » et facile d’utilisation, décroche la pole position sur un podium plus qu’attendu. Et comme les clichés ont parfois la vie dure, le deuxième modèle le plus plébiscité par les femmes est une concurrente de la 500 : il s’agit de la très confidentielle Opel Adam (72 %) dont la fabrication est stoppée, suivie de près par la Toyota Aygo (68 %) et la Suzuki Swift (65 %). Enfin, la part dépasse 60 % pour la triplette française : Twingo, 108 et C1, jumelles de l’Aygo. 

Voitures préférées des femmes : quelles marques ?

Autoways a également identifié les marques préférées des françaises. Et le record est attribué à Mini (61%). Les femmes sont légèrement majoritaires également chez Fiat (55,75% des immatriculations) et Suzuki (52,62%). Sept autres marques ont une part de femmes dans leurs ventes à particuliers supérieure à la moyenne : Smart, Toyota, Opel, Ssangyong, Ford, Renault, Jeep, Kia et Hyundai. Du côté des marques françaises, les femmes représentent 39,5% des clients Citroën et 37% chez Peugeot. Entre les trois marques premium allemandes, la plus féminine est Audi (33,5% de femmes), devant Mercedes (25,7%) et BMW (23,6%). Enfin, les filles représentent moins de 10% des acheteurs pour les labels sportifs et luxueux comme Aston Martin, Lamborghini, Morgan, Bentley, Maserati, Lotus et Alpine. Ce qui ne signifie que les voitures préférées des femmes ne sont pas des modèles hors normes. Peut-être sont-elles tout simplement plus raisonnables et pragmatiques au moment de l’achat.

Les femmes versent moins dans l’électrique

Pourtant plus sensibles à l’écologie, les femmes achètent moins de voitures électriques que les hommes (1,5% de leurs achats contre 2,3%). Malgré tout, elles affichent un rejet de CO2 de 100 g/km, ce qui est inférieur de 3 g/km à celui des hommes (103 g/km). Un résultat lié à la typologie de leurs achats qui se porte sur des citadines moins gourmandes que les gros SUV. Les femmes achètent également très majoritairement des véhicules essence (77%).

La part des femmes majoritaire sur les moins de 30 ans


Parce qu’elles « sont plus vite matures et plus vite indépendantes que les garçons »  d’après Eric Champarnaud, président d’Autoways, et qu’elles entrent plus rapidement dans la vie active, les femmes sont plutôt majoritaires dans l’achat d’une auto jusqu’à l’âge de 30 ans. Elles représentent ainsi 52% des acheteurs de 18-26 ans.  
Leur part s’effondre ensuite fortement et de manière continue. Elles ne représentent plus que 45% des acheteurs entre 39 et 47 ans et moins de 40% des acheteurs à partir de 59 ans. 
Outre des différences de pouvoir d’achat entre les hommes et les femmes au moment du passage à la retraite, cette baisse brutale de la part des femmes après 60 ans peut, en partie, s’expliquer par un phénomène de génération. « Les femmes qui ont 65 ans aujourd’hui avaient 20 ans en 1975. Les femmes de cette génération n’ont pas toutes eu une vie active et le permis de conduire », souligne Eric Champarnaud. Cette évolution laisse présager d un avenir où la part des femmes dans l’ensemble du marché devrait progresser. « En faisant l’hypothèse que l’effet est générationnel, on peut pronostiquer que d’ici 15 ans le marché sera à parité et que la pénétration des différentes marques dépendra de leur capacité à faire des voitures qui séduisent les femmes« , analyse Eric Champarnaud.

Un résultat à relativiser

Pourtant, cette étude du cabinet Autoways a ses limites puisqu’elle ne prend en compte que les autos achetées par des femmes qui décident seules, achètent seules et disposent seules du véhicule. D’où la majorité de petites autos, qu’elles aient deux ou cinq portes. Reste que de nombreuses femmes vivent en famille et choisissent, avec leur conjoint l’auto du foyer. Les constructeurs ne s’y trompent pas et attribuent tous l’énorme succès des SUV à ces dames qui, lorsqu’il s’agit d’emmener les enfants à l’école, à leurs activités ou en vacances, délaissent logiquement les petites citadines.

Partagez l'article sur :