La passion contagieuse des voitures anciennes

Accueil » La passion contagieuse des voitures anciennes

La Fédération internationale des véhicules anciens (FIVA) publie les résultats de son enquête sur les collectionneurs de voitures d’époque. Un véritable phénomène en France avec 400 000 collectionneurs qui bichonnent leur petit bijou…

les voitures anciennes les tendances 2021

« Ce n’est plus une niche, c’est un vrai marché mature, c’est une communauté intergénérationnelle, toutes classes sociales confondues, dont le dénominateur commun est la passion, moteur ô combien précieux dans cette période compliquée avec la pandémie », assure Laurent Hériou, Directeur général de la Fédération internationale des voitures anciennes (FIVA).

D’abord, une précision : qu’appelle-t-on un « voiture ancienne » ? Définition de la FIVA : « un véhicule est dit d’époque s’il répond aux critères suivants : c’est un véhicule routier à propulsion mécanique fabriqué depuis plus de 30 ans, préservé et entretenu en condition historiquement correcte et conservé en raison de son intérêt technique et culturel et non comme transport quotidien ». 

Force est de constater que le marché des voitures anciennes se porte plutôt bien en France où les collectionneurs sont de plus en plus nombreux, malgré un contexte réglementaire de plus en plus contraignant, en particulier l’instauration des ZFE…

Mais qui sont ses passionnés ? Combien dépensent-ils ? L’enquête de la Fédération internationale de véhicules anciens (FIVA) répond à ces interrogations.

Combien dépensent les collectionneurs de voitures anciennes ?

Les dépenses moyennes par propriétaire de véhicules s’élèvent à 3 085 euros par an pour la maintenance et l’entretien courant, 525 euros pour la participation à des événements liés aux véhicules d’époque (inscription, hébergement, repas, etc.) et 328 euros supplémentaires destinés à d’autres postes de dépenses inhérents à cette passion, tels que l’adhésion à un club ou la presse spécialisée. Soit un total annuel de 3 938 euros par propriétaire.

Les dépenses directes sont celles directement liées aux véhicules d’époque y compris les frais d’assurance, de maintenance, de réparation, de garage, de carburant, d’entretien et de restauration.

Quant aux dépenses totales, elles couvrent toutes les dépenses directes, mais aussi l’ensemble des activités connexes, y compris la participation à des événements, les nuitées hors domicile et toute autre charge liée à l’intérêt porté à ces véhicules, par personne.

Portrait-robot du collectionneur français

L’enquête de la FIVA a permis de recueillir 8 228 réponses auprès de propriétaires en France. À la lecture des informations recueillies, un portait des propriétaires français a pu être dressé.

Plus de 9 propriétaires sur 10 sont des hommes (97 %), dont l’âge moyen est de 58 ans. Environ 1 propriétaire sur 4 (24 %) est âgé de 50 ans ou moins. Plus de 1 propriétaire sur 2 (51 %) travaille, la plupart à temps plein (39 %) ou en tant qu’indépendant (10 %), 45 % sont retraités et 3 % appartiennent à une autre catégorie. 

Le revenu moyen des ménages de collectionneurs est de 54 000 euros par an. Ces collectionneurs sont plutôt ruraux (46 % contre 34 % en ville), et 20 % vivent dans un village.

Des passionnés qui se rencontrent souvent

Les collectionneurs de voitures d’époque aiment partager leur passion. Près de 6 propriétaires sur 10 (59 %) sont membres de clubs de véhicules d’époque (en moyenne 1,5 club). Deux tiers (65 %) des propriétaires participent à des manifestations, soit en moyenne 5,3 par an (5,5 pour les propriétaires de voitures. 

Ils déclarent en outre que la participation à la vie d’un club (24 %) et à des manifestations régionales (23 %) est l’activité culturelle la plus plaisante. Les propriétaires de motos préfèrent de peu les événements nationaux en règle générale (26 %).

Plus de la moitié (58 %) passent leurs nuitées en dehors de leur domicile, lors des manifestations (en moyenne 4,3 nuitées). Plus de 2 personnes sur 3 (69 %) séjournent à l’hôtel, 19 % en camping ou caravaning, 14 % chez des amis et 13 % en Bed & Breakfast. 

Les youngtimers arrivent en force sur le marché des voitures anciennes

Environ 3 collectionneurs de véhicules d’époques sur 10 (30 %) possèdent un youngtimer. Il s’agit principalement de voitures (80 %) et de motos (15 %) particulières.

Les principales marques de modèles de voiture youngtimer sont Peugeot (14 %), Renault (12 %) et Citroën (10 %), et Honda (28 %), Yamaha (15 %) et BMW (12 %) pour les motos. L’âge moyen de ces véhicules est de 24 ans, soit une fabrication datant de 1996. 

Plus de 9 youngtimers sur 10 (98 %) sont légalement immatriculés et autorisés à prendre la route. Ils couvrent davantage de kilomètres que les véhicules plus d’époques (en moyenne 3 869 km par an, avec 4 340 km pour les voitures et 1 666 km pour les motos).

La grande majorité d’entre eux sont immatriculés (98 %) et les trois quarts (76 %) sont dans leur état d’origine (77 % pour les voitures et 72 % pour les motos). 

La voiture de collection moyenne a 52 ans… 

L’enquête indique que 71 % concernent des voitures, 16 % des motos et 13 % d’autres types de véhicules (cyclomoteurs, véhicules commerciaux, d’époques véhicules militaires, etc.). Les principales marques de voitures sont Citroën, Renault, Peugeot et VW ; Honda, BMW et Motobécane comptent parmi celles des motos.

Le véhicule de collection moyen a 52 ans, sa fabrication ayant été réalisée en 1968. À noter que les voitures ont tendance à être à peine plus récentes (51 ans) que les motos (54 ans).

Les voitures anciennes coûtent en moyenne 26 340 euros

La valeur moyenne d’un véhicule d’époque est de 21 680 euros, les voitures ayant une valeur nettement supérieure à celle des motos (26 340 euros contre 7 750 euros).

Les marques automobiles les plus courantes sont Citroën (14,3 K€), Renault (9,9 K€), Peugeot (11,5 K€) et Volkswagen (15,4 K€). Dans le cas des motos, les marques les plus chères sont Vincent-HRD (49 K€) et Indian (28 K€), tandis que les plus courantes sont Honda (4,6 K€), BMW (7,8 K€) et Motobécane (2,7 K€). 

A noter que plus de 9 voitures et motos sur 10 (95 % et 91 % respectivement) sont immatriculées pour un usage routier et parcourent une moyenne totale de 950 km chaque année. 

Huit voitures sur dix dans leur état d’origine

Plus de 8 véhicules de collection sur 10 (84 %) sont dits être dans leur état d’origine. Cette proportion est identique pour les voitures et les motos (84 %). Environ 3 véhicules sur 10 (29 %) sont « dans leur jus », 36 % sont restaurés, 19 % sont authentiques, 4 % sont reconstruits et 1 sur 8 (12 %) a besoin d’être restauré.