Lamborghini et Ferrari : la guerre des SUV de luxe est déclarée

Que reste-t-il aux marques de luxe ? L’exclusivité des tarifs ultra-élevés ? Certes. Des performances à faire pâlir les berlines les plus premium ? Evidemment. Le snobisme de ne pas succomber à la mode des SUV ? C’est terminé. Porsche avait ouvert la voie il y a bien longtemps déjà, avec ses Cayenne en 2002 et Macan en 2014, Bentley a suivi avec son Bentayga, et Maserati leur a emboîté le pas avec son Levante.

SUV de luxe : un sacrilège ?

A chaque fois, les fans purs et durs ont hurlé à la trahison. Certains ont crié au sacrilège en voyant une mythique auto de course transformée en Super SUV. Sauf qu’à chaque fois, les ventes ont décollé, et les objectifs ont été explosés. Les chiffres ont clairement parlé. En 2016, quelque 21.000 SUV de luxe ont été vendus, soit une hausse de 346% ces 5 dernières années. Et l’exemple de Porsche a achevé de les convaincre. Le Cayenne a carrément sauvé la marque à sa naissance en 2002, et le Macan lui a permis de quadrupler ses ventes. Ce qui n’a pas empêché la Porsche 911 de rester mythique, tout comme la Bentley Continental GT.

Des Super SUV pour booster les ventes

Mais jusqu’ici, en Emilie-Romagne, deux villages d’irréductibles ont toujours résisté. A Sant’Agata di Bolognese, fief de Lamborghini, comme à Maranello, berceau de Ferrari c’était « no grazie ». Et puis, les patrons des deux marques ont étudié les comptes et se sont dit qu’un doublement des ventes comme celui de la maison Porsche, c’était toujours bon à prendre. Alors Lamborghini a tiré le premier il y a quelques semaines en présentant son Urus. Son générique et sa ligne sont déjà connus : un dessin qui tente, pour le mieux, de ressembler à une Lambo, malgré l’embonpoint indispensable pour qu’une auto du Taureau devienne familiale. Sous le capot aussi, les chiffres sont connus. Le moteur, un V8 biturbo affiche 650ch. Dans ce SUV de luxe vous pouvez attacher votre ceinture : le 0 à 100km/h s’effectue en 3.6 secondes. Vitesse max : 305 km/h. Bluffant pour un SUV de près de 2,2 tonnes (à vide). Petite fleur : les freins carbones céramiques sont livrés de série. Il ne manque que le tarif pour que la fiche technique soit complète. Prévu pour le printemps 2018, l’Urus partage l’ADN des constructeurs généralistes : avec ses quatre places, il se veut convivial. Les deux sièges arrière sont rabattables, le coffre passant alors de 616 à 1.596 litres. Quant au SUV de luxe de Ferrari, il n’a pris, pour le moment, que la forme d’une déclaration du boss de FCA et de la maison Ferrari Sergio Marchionne. Mais il veut être, lui aussi, le SUV le plus puissant du monde. Ce nouveau modèle devrait également renforcer l’électrification de Ferrari grâce, dans un premier temps, à un modèle hybride. Puis cela devrait aller encore plus loin avec un modèle 100% électrique capable de donner la réplique à Tesla. Marchionne l’a dit au pays d’Elon Musk : « Si tesla l’a fait, je pense que c’est faisable par tous ». Etant donné la situation moyennement reluisante de son groupe, il est tentant de booster les ventes du cheval cabré. Et logiquement le patron s’est laissé tenter en expliquant, lors d’un colloque organisé par le journal Automotive News en marge du salon de Detroit que Ferrari allait céder lui aussi aux sirènes du SUV. Selon Marchionne, le super SUV Ferrari sera sur les routes en 2020. Une volte-face pour la marque qui déclarait il y encore peu que jamais elle ne s’aventurerait dans les autos hautes sur pattes. La guerre des SUV de luxe est déclarée.

SUV-de-luxe-Bentley-Bentayaga
Bentley Bentayaga
SUV-de-luxe-Maserati-Levante
Maserati Levante
SUV-de-luxe-Lamborghini-Urus
Lamborghini Urus
SUV-de-luxe-Ferrari
Ferrari sortira à son tour un SUV de luxe d’ici 2020