Rolls Royce Cullinan : le SUV le plus cher du monde

Même l’univers de l’hyperluxe succombe aux sirènes des autos hautes sur pattes. Rolls Royce a mis au monde le Cullinan, le SUV le plus cher au monde dont le tarif débute à 318 000 euros.

Rolls Royce Cullinan

Bienvenue dans la quintessence du raffinement automobile. Rolls Royce a lancé le Cullinan, son premier SUV, rejoignant tout en haut de la pyramide le Lamborghini Urus, le SUV le plus sportif, et le Bentley Bentayga qui s’y est mis le premier. Mais le prix du Cullinan est largement plus élevé que celui des autres. Le baroudeur anglais est facturé 318 000 euros tandis que le Bentayga coûte 217 800 euros et l’Urus 205 715 euros. Et il est encore largement possible d’exploser la facture en ajoutant des options comme celle à 8000 euros pour ajouter une table et deux sièges pour pique-niquer dans le coffre par exemple, ou des sièges arrière massant comprenant une vitre de séparation pour la modique somme de 20 400 euros. Dépenser au total 450 000 euros si la peinture en « Crystal » (18 540 euros) vous fait de l’œil et les jantes de 22 pouces (8 670 euros) aussi, semble être une somme facilement atteinte.

Rolls Royce Cullinan : une mécanique de dingue

Le premier SUV de la marque anglaise possède bien le style caractéristique de Rolls Royce avec son immense calandre rectangulaire et un capot qui cache un V12 biturbo de 571 ch. Car le Cullinan se paie le luxe d’être motorisé par une mécanique en voie de disparition. Et ce moteur hors norme est associé à une boîte automatique ZF à huit rapports. En terme de conduite, c’est ultra confortable. Tout est parfaitement bien filtré. L’insonorisation est parfaite. Et si le SUV hyper luxueux pèse 2.7 tonnes sur la balance, il est secondé par 4 roues motrices et directrices. Du coup, ses performances ne manquent pas de piment : le Cullinan abat le 0 à 100 km/h en 5.2 secondes. Au volant, la mission devient plus qu’agréable

Avec quelque treize axes de réglages possibles pour trouver la bonne position. Pas de conduite semi-autonome au programme. Mais une multitude d’aides à la conduite comme la lecture de ligne, l’avertisseur de sortie arrière, les cameras « bird view », le détecteur de vigilance, la vision nocturne… Plus qu’à appuyer sur l’écran tactile multifonction pour faire surgir la « Spirit of Ecstasy » au sommet de la calandre en acier poli à la main.

Un écrin de luxe

Son style est assez clivant mais ce gros bébé de 5.34 m de long, 2 mètres de large, 1.80 mètres de haut ne laisse personne de marbre. Selon la position des suspensions, on peut le remonter afin qu’en digne baroudeur, il puisse passer partout. Dans le coffre, il y a de la place. Et dans l’habitacle, une option géniale : la porte se ferme toute seule électriquement, en appuyant sur un bouton. Et ça fonctionne pour les quatre portières à ouverture antagoniste. Evidemment, dans l’habitacle d’un SUV au summum du raffinement, les matériaux utilisés sont exceptionnels. A avoir envie de marcher pieds nus sur la moquette. En option : la télévision, à l’avant comme à l’arrière. Et des sièges chauffants et massant sur chaque siège. Pour les passagers qui souhaitent profiter agréablement du voyage, une petite cave est à leur disposition pour ranger une carafe de whisky ou se servir du champagne dans le petit compartiment réfrigéré où sont mises à disposition des flûtes. Une seule fonction gratuite : configurer votre Cullinan via le site internet de Rolls Royce…

Si Rolls-Royce a décidé de se mettre lui aussi au SUV, ce n’est pas vraiment pour des raisons commerciales. La marque anglaise vendant plus de 4.000 véhicules par an (4.107 en 2018) et étant presque au maximum de sa capacité de production. Il est plutôt question ici d’image. Et c’est réussi : le moindre détail est un coup de théâtre.

Partagez l'article sur :