SUV Ferrari : il s’appellera Purosangue et sera livré en 2022

On en est désormais certain : le tout premier Crossover de la marque mythique italienne Ferrari sera sur les routes dans deux ans, malgré quelques aléas judiciaires.

Ferrari Purosangue

C’était un secret de polichinelle, mais désormais, l’affaire est acquise. Le dernier résistant, l’une des marques les plus emblématique de l’histoire de l’automobile va céder elle aussi aux sirènes des SUV. Et non seulement il est aujourd’hui certain qu’une auto de Maranello haute sur pattes va bien voir le jour, mais l’on connait également son millésime puisque ce Crossover, forcément rouge, sera lancé en 2022 et sera nommé Ferrari Purosangue.

Un nom révélé très en avance : Ferrari Purosangue

Pour montrer sa détermination, et pour contrer les sceptiques de la marque, nombreux chez les tifosis de la première heure, le constructeur italien a même livré le nom de sa nouvelle auto : Ferrari Purosangue , deux ans avant sa commercialisation. Ce qui, de mémoire de gardien du temple du cheval cabré, ne s’est jamais produit. Même le patronyme de son dernier coupé de série, le Roma, n’a pas été rendu public avant sa présentation officielle il y a quelques mois.

Ce sera un pur sang

Le SUV tant controversé s’appellera donc Ferrari Purosangue. Un pur-sang, histoire de rappeler sa provenance. Sauf que l’affaire est mal engagée. Le nom est déjà déposé en Italie par une association caritative qui gravite dans les milieux du sport. Et dans le cas de cet organisme, le sang pur s’applique évidemment à la lutte anti-dopage. Embrouillamini à l’Italienne ? Toujours est-il que l’association a déposé le terme en 2014, alors que de son côté, le constructeur a effectué cette démarche l’an passé. Sans que, pour autant, les autorités compétentes s’en émeuvent.

Une bataille d’avocats

Résultat de cette double déposition : les avocats des deux parties se saisissent de l’affaire. Ceux de Ferrari auraient proposé un accord financier pour conserver le nom, mais l’association a jugé la somme trop ridicule. La riposte du cheval cabré prend donc désormais le chemin des tribunaux. Pour Ferrari, le nom « Ferrari Purosangue » n’est plus utilisé depuis des années, ce que conteste, évidemment, l’association. L’affaire sera donc jugée en première instance à Bologne dans un peu plus d’un mois.

Ferrari : Un record des ventes historique..

Au final, les futurs allers-retours judiciaires devraient donc conduire le cheval cabré à verser une somme plus rondelette que prévue à l’association caritative, mais aucun observateur ne doute du fait que sa prochaine monture ne change de nom d’ici son lancement. Un montant plus important à payer qui ne devrait d’ailleurs pas effrayer outre mesure les dirigeants de la marque. En effet, et pour la première fois de son histoire, Ferrari a livré l’an passé plus de 10 000 autos, tous modèles confondus. Le coupé-cabriolet Portofino comme la 812 Superfast font les beaux jours de Maranello, ainsi que la 488. Ce dernier modèle est peu à peu remplacé par la F8 alors que la Portofino se verra adjoindre un coupé de charme, totalement fermé quant à lui : la Roma. Même si les lignes de cette dernière ressemblent étrangement à celles de l’Aston Martin DB11. Les pays d’Asie, et notamment la Chine, raffolent des modèles actuels et attendent les futurs. L’an passé, ce continent a absorbé à lui seul 6 500 exemplaires. Ce qui représente plus de 60% des ventes totales.

… Mais une baisse des bénéfices

Devant tant de réussite, l’on peut s’interroger sur la décision de Ferrari de s’aventurer dans le domaine du SUV, au risque de ternir son image sportive très exclusive. Deux raisons peuvent l’expliquer. L’une est d’ordre purement financière. Car malgré la hausse de ses ventes, et l’augmentation du chiffre d’affaires qui en résulte, le bénéfice de la marque l’an passé était en baisse de 11% à 699 millions d’euros. Une chute notamment liée à la fin des livraisons de moteurs à Maserati, puisque les V6 et V8 des Ghibli et Quattroporte provenaient de Maranello. Malgré tout, Ferrari a beaucoup hésité avant de se lancer dans le segment des SUV. Mais les résultats récents de ses concurrents l’on convaincu. L’Urus fait s’envoler le chiffre d’affaire de Lamborghini, et le Bentayga va peut-être sauver Bentley. Autant d’arguments qui ont forcé la décision des patrons de Maranello.

Partagez l'article sur :