Il y aura bien une nouvelle Citroën C5

Segment sinistré de l’automobile, les berlines ont vu leurs ventes baisser de plus de 50% en quelques années. Pourtant, Citroën persiste et devrait présenter dès l’an prochain une nouvelle Citroën C5.

nouvelle citroen C5

Le temps du confinement n’aura pas été celui de l’inactivité chez Citroën, après l’annonce de la nouvelle C4 il y a quelques jours, c’est au tour de la nouvelle Citroën C5 qui est une grande berline, de se voir dotée d’une descendance. Mais si l’on comprend aisément les motivations de la direction des Chevrons de donner une suite à sa compacte C4, le segment le plus vendu en Europe, on a plus de mal à comprendre ses motivations à mettre en chantier une nouvelle grande berline traditionnelle. Car ce type de voitures a vu ses ventes baisser de 50% en dix ans. Seules les modèles premium signés Audi, BMW et Mercedes trouvent encore grâce aux yeux des consommateurs, mais aussi, et surtout des entreprises, premières clientes de ce type d’autos. Mais du côté des constructeurs généralistes, rien ne va plus. Au point ou l’américain Ford a tout simplement décidé d’arrêter les frais. De la même manière, Renault pourrait ne pas renouveler sa Talisman.  Quant à la tant remarquée, et couverte d’éloges critiques, Peugeot 508, elle n’a pas le succès escompté.

Deux décennies de Citroën C5

C’est donc dans ce contexte quelque peu compliqué que Citroën a décidé malgré tout de relancer sa nouvelle Citroën C5. Une berline qui a déjà connu deux générations. La première, de 2000 à 2008, s’est surtout distinguée par les critiques que son design a essuyé, malgré un restylage de mi- carrière. La seconde génération, de 2008 à 2017 a vécu tout l’inverse. Son dessin plus flatteur et valorisant que réellement innovant rappelait l’Audi A4 de l’époque et a séduit. Mais le déclin des berlines tricorps était déjà entamé et la C5 de deuxième génération a quitté la scène en 2017 après 9 longues années d’une carrière malgré tout discrète. Pour n’importe quel segment et pour n’importe qu’elle auto, un modèle en remplace un autre. Pas la C5. Il aura fallu trois ans pour annoncer sa relance, c’est dire l’hésitation légitime au sein de la maison. 

Trois ans de gestation

Mais visiblement, le chantier est ouvert et la nouvelle berline Citroën est sur les rails. Elle pourrait même voir le jour dans un an. Preuve que le processus est engagé depuis deux ans, puisque la conception et la mise en production d’un nouveau modèle nécessite pas moins de trois années de travail. A quoi ressemblera-t-elle cette nouvelle Citroën C5 ? Si l’on en croit Laurence Hansen, la directrice du produit et de la stratégie des chevrons, qui a lâché la nouvelle sur la page Facebook du groupe, la nouvelle Citroën C5 sera « splendide » et dotée d’une « personnalité incroyable ». Mais encore ?

Une nouvelle CX ?

En fait, la grande berline Citroën devrait, en partie, reprendre les lignes du concept car CXperience que le constructeur avait exposé lors du Mondial de Paris 2016. Le prototype était une référence explicite à la CX, glorieuse et harmonieuse berline Citroën qui a sévit de 1974 à 1991. Quelques éléments de cette étude de style pourraient donc se retrouver sur la nouvelle Citroën C5. Quant à la plateforme utilisée, elle pourrait être celle qui est déjà utilisée par l’autre berline maison, la Peugeot 508, dont elle récupèrera également les motorisations essence, diesel et, bientôt, hybrides. Mais Citroën oblige, la nouvelle C5 pourrait recevoir des suspensions spécifiques et plus confortables. En l’occurrence, les fameux amortisseurs à butées hydrauliques déjà utilisées sur le SUV C5-Aircross.

Nouvelle Citroën C5 : une auto très chinoise

Mais le marché des berlines en Europe étant en déclin, on peut légitimement se demander quel est l’intérêt de Citroën de se lancer dans pareille aventure. En fait, la nouvelle Citroën C5 devrait faire ses premiers pas en Chine, comme la grande berline DS l’a fait. Dans l’empire du milieu, ces autos statutaires rencontrent toujours un certain succès, même si Citroën n’y est pas la marque la mieux placée. Quant aux ventes en Europe, elles devraient se concentrer sur les entreprises, toujours friandes de ce type d’auto, et qui pourraient assurer quelques bons de commande à cette future C5. Si elle s’appelle effectivement comme ça un jour. Car pour l’instant, son nom n’est pas définitif.

Partagez l'article sur :