Volkswagen T-Roc Cabriolet : un SUV audacieux

Volkswagen T-Roc cabriolet

Le Volkswagen T-Roc retire le haut et hisse une capote en toile sur sa silhouette de SUV. Le Volkswagen T-Roc cabriolet est né.
Il fut un temps où les cabriolets avaient le vent en poupe. Chez les constructeurs français, notamment, c’était une véritable tradition. On se souvient des DS3 Cabrio, Peugeot 308 CC ou encore Renault Mégane CC, les dernières héritières. Mais toutes ces marques ont jeté l’éponge. Car ces engins sont chers à produire. En effet, il ne suffit pas de couper le haut, il faut aussi renforcer le châssis. Alors, les amateurs de voitures neuves à ciel ouvert n’ont désormais plus beaucoup de choix tant les offres en matière de cabriolets s’évapore des catalogues des constructeurs. 

Le Volkswagen T-Roc cabriolet : un tarif attractif 

Le T-Roc est un SUV compact qui a été présenté à l’automne 2017. Au printemps 2019, il est monté en puissance avec une version R qui développe 300 ch. Et au printemps 2020 sera commercialisée la version T-Roc cabriolet. Volkswagen a déjà annoncé que cette version décapsulée se situerait sous la barre des 30 000 euros afin d’attirer un maximum de clients avec un tarif attractif. Volkswagen a une longue tradition de cabriolet : depuis 70 ans avec la Coccinelle qui vient de prendre sa retraite et depuis 40 ans avec la Golf. Cette fois, c’est nouveau puisqu’il s’agit d’un cabriolet SUV. Car plutôt que de découvrir la Golf, Volkswagen a choisi de décoiffer le T-Roc. Une démarche étonnante puisque les autres constructeurs, comme Range Rover avec son éphémère Evoque Cabriolet, s’étaient brûlés les ailes. Un parti pris intéressant malgré tout et surtout audacieux dont la recette devrait fonctionner.

Volkswagen T-Roc cabriolet : 4 places

Le T-Roc cabriolet se distingue du coupé par un sommet de pare-brise plus incliné et des portes allongées de plus de 25 centimètres car il s’agit d’une carrosserie à 3 portes. Recette classique : un jonc chromé délimite le haut de la carrosserie et une capote en toile souple se replie en seulement 9 secondes. Sur la partie arrière, on a une lunette en verre rigide et également un becquet au sommet du coffre qui n’est pas uniquement là pour l’esthétique mais aussi pour des raisons aérodynamiques. Le volume de coffre du Volkswagen T-Roc cabriolet est de 284 litres. Evidemment, la planche de bord est identique à celle de la carrosserie fermée. On a des médaillons de couleurs un peu partout dans l’habitacle, un écran tactile au sommet de la planche de bord et l’instrumentation digitale. Pour ouvrir le toit, il suffit de 9 secondes et cette manœuvre peut s’opérer jusqu’à 30 km/h. Par rapport à la version fermée, le cabriolet perd deux portes et une place. C’est donc un cabriolet à 4 places. En termes de garde au toit, on perd des centimètres mais ça reste acceptable pour un gabarit d’1.80m. Question modularité : les dossiers sont rabattables, ce qui permet de loger dans la trappe des objets longs jusqu’à 1.70 mètres. 

Pas de diesel pour le T-Roc cabriolet

Sous le capot, le T-Roc cabriolet se contentera de deux moteurs essence TSI : le trois cylindres 1.0 de 115 ch et le quatre cylindres 1.5 de 150 ch. Ce dernier pourra être commandé avec la boîte double embrayage DSG à 7 rapports. Pas de transmission intégrale au programme ni de diesel donc, Volkswagen jugeant que la clientèle ciblée n’attend pas cela.

Des cabriolets d’occasion

En attendant que ce nouveau cabriolet T-Roc fasse ses preuves et vienne fleurir le marché de seconde main, vous pouvez vous tourner vers des modèles d’occasion si vous avez envie de rouler cheveux au vent. La Mazda MX-5 vous offrira des sensations inouïes et vous donnera le choix entre une capote en toit ou une capote rigide. Autre bon plan d’occasion en matière de cabriolets à retrouver sur Vivacar : l’Opel Cascada dont les lignes restent dans l’air du temps, ou encore la Mini Cabrio, véritable puce des villes qui reste l’auto plaisir par excellence.

Partagez l'article sur :