Comment reconnaître des pneus usés ?

L’empreinte d’un pneu sur le sol n’est pas plus grande qu’une carte postale. D’où l’importance de bien surveiller la qualité de la gomme. A force d’engranger des kilomètres, l’usure apparaît et peut risquer la sécurité des passagers. Mais, lorsque l’on sait lire et évaluer cette usure, on peut éviter le pire. Petit guide pour vérifier soi-même facilement l’état des pneumatiques en inspectant la bande de roulement et le flanc.

usure pneu

Tout d’abord, une vérification des pneus s’impose tous les 3000 à 4000km. Lors de ces checkings, il est important de retirer les débris (cailloux, feuilles, verres…) qui peuvent éventuellement mener à une crevaison.

LES TEMOINS

Pour évaluer l’usure des pneus, les témoins sont bien pratiques. Il s’agit de petits bouts de gomme situés au fond de la sculpture du pneu qui se situent à intervalle régulier sur la bande de roulement. Ces petites bosses correspondent à un niveau minimal légal de 1.6 mm. Ces témoins sont balisés par des flèches ou des dessins. Lorsque le pneu est usé, le niveau de gomme arrive au niveau du témoin et la structure devient lisse. Pour avoir un bon angle de vue sur les pneus, il faut stationner la voiture sur une surface plane, serrer le frein à main et, pour les pneus avant, tourner le volant à 45° vers la droite ou la gauche. Utiliser une jauge pour mesurer la hauteur de la sculpture est l’idéal.

En France, un pneu doit légalement présenter une hauteur de sculpture minimum de 1.6 mm sur toute sa circonférence. Attention, il faut prendre soin de vérifier la profondeur de la sculpture à différents emplacements. Quand le pneu est trop vieux, la marque se rapproche de l’extérieur du pneu : cela signifie qu’il est temps d’investir dans de nouvelles gommes. Vous pouvez facilement retrouver les références qui correspondent à votre voiture. Elles sont indiquées sur les flancs du pneu. En cas de doute, n’importe quel professionnel saura vous les indiquer, grâce à votre plaque d’immatriculation.

AQUAPLANNING

Les pneus jouent un rôle encore plus grand en termes de sécurité en cas de chaussée glissante, quand le temps est humide. Lorsque les pneus sont usés, même de moitié, ils entraînent le fameux aquaplanning, un glissement qui augmente la distance nécessaire au freinage : les rainures du pneu n’expédient plus assez d’eau. A ce moment, une couche d’eau sépare le pneu de la route, qui n’offre alors plus aucune adhérence. De manière plus générale, des pneus trop lisses dégradent la tenue de route, quelle que soit la météo.

DES CAUSES D’USURE REVELATRICES

Selon l’emplacement de l’usure, la cause diffère. Quand l’usure se situe à l’extérieur, cela signifie que les pneus sont sous-gonflés. Dans ce cas, ils adhèrent moins à la route et peuvent même finir par éclater ou par déraper en plein virage. La solution ? Vérifier la pression des pneus, qu’il faudra sur-gonfler en cas de départ en vacances si la voiture est très chargée.

A l’inverse, quand l’usure est visible au centre du pneu, cela se traduit par un sur-gonflage. Dérapages, aquaplanning et mauvaise adhérence peuvent être au rendez-vous. La solution miracle : dégonfler un peu les pneumatiques.

Il existe également un cas où l’usure se niche à un endroit précis. Parfois, un gros coup de frein et le « plat » apparaît. Dans ce cas, une vibration se fait ressentir et l’amortisseur s’use de façon anormale. Parfois, il arrive aussi que l’usure ne soit pas localisable. Cela peut être dû aux amortisseurs abîmés ou aux rotules. Mais seul un garagiste peut livrer le bon diagnostic. Enfin, une bosse sur le flanc peut se traduire par une hernie. Il faut changer de pneu car ce dernier peut éclater à tout moment.