Hyundai Ioniq 5 : offensive électrique

Hyundai dévoile l’Ioniq 5. 100% électrique, le SUV compact coréen au style futuriste et d’une autonomie de 470 km, veut incarner l’avenir de la marque. Prévue pour mai 2021, la Ioniq 5 devrait s’afficher aux alentours de 38 000 euros. 

Ioniq 5

Durée de lecture estimée: 3 minutes

Hyundai s’affirme de plus en plus sur le marché de l’électrique et propose les meilleures autos après Tesla. Cela n’en fait pas (encore) le leader. Mais, après le Kona EV, l’Ioniq 5 opère la révolution du constructeur coréen avec ses lignes et son habitacle futuristes. Commercialisée à la fin du premier semestre 2021, la prometteuse concurrente de la Tesla Model Y, sera suivie de la berline Ioniq 6 et du grand SUV Ioniq 7. 

Ioniq 5 : électrique nouvelle génération

Inspiré du concept 45 (rendant hommage au Pony Coupé de 1974) révélé au salon de Francfort 2019, le crossover Ioniq 5 arbore des formes douces comme un galet et offre une habitabilité record. C’est avec la plateforme E-GMP que le SUV compte servir l’offensive électrique de Hyundai. Une plateforme modulable qui permet d’intégrer une batterie de 58 kWh ou de 72,6 kWh, cette dernière offrant 470 km d’autonomie et promettant un 0 à 100km/h en 5,2 secondes. Une prestation qui place l’Ioniq 5 au niveau de la Tesla Model Y Grande autonomie qui offre 500 km d’autonomie et un 0 à 100km/h similaire. La batterie du nouveau SUV coréen électrique pourra récupérer 80 % de sa capacité en moins de 20 minutes. Nouveauté technologique : l’Ioniq 5, par une fonctionnalité de charge inversée V2L, pourra recharger la batterie d’un vélo électrique et pourra également s’équiper d’un toit solaire, à la façon de la Toyota Mirai, pour recharger un peu sa propre batterie.

Un habitacle aux matériaux recyclés

Un peu plus long que le dernier Hyundai Tucson, l’Ioniq 5 offre un empattement généreux de 3 mètres de long, un plancher plat et cinq belles places à bord. Dans l’habitacle, on sent l’entrée de la marque dans une nouvelle ère en scrutant la planche de bord très épurée qui intègre une dalle numérique imposante composée de deux larges écrans de 12 pouces chacun. Un affichage tête haute dernier cri est également évoqué avec fonctions de réalité augmentée personnalisable, capable de transformer le pare-brise en affichage à part entière. Plusieurs éléments (sièges, contre-portes, ciel de pavillon…) sont habillés de matériaux d’origine durable, comme des bouteilles en plastique recyclées. Petite astuce : la console centrale coulisse sur 14 centimètres et, en la reculant au maximum, les occupants peuvent sortir d’un côté ou de l’autre. Une option pratique en cas de stationnement sur une place exiguë. Via cette console, les passagers arrière bénéficient de ports USB et d’un chargeur de téléphone par induction. Surtout, grâce à des sièges avant plus fins et à l’empattement géant, l’espace aux jambes est royal. Cette Hyundai Ioniq 5 est d’ailleurs une familiale des plus accueillantes, avec un coffre de 531 litres. La banquette, coulissante, se rabat en 60/40. Et grâce à la motorisation électrique de nouvelle génération qui est bien plus compacte, il y a un même un coffre à l’avant de 57 litres.

Hyundai : un constructeur novateur plutôt que suiveur

Finalement, Hyundai se montre novateur et se révèle le seul à proposer autant de sources d’énergies différentes actuellement : du thermique (essence et diesel), MHEV (hybridation légère 48V), hybride classique (non rechargeable), PHEV (hybride rechargeable), électrique et même hydrogène. Le constructeur coréen commercialise des modèles aux énergies très diversifiées. Dans le viseur avec sa Ioniq 5, Tesla évidemment, le leader des voitures électriques. Et en créant une vraie rupture avec les modèles existants, Hyundai compte se démarquer.