Le freinage automatique d’urgence bientôt obligatoire

Après l’ABS et l’ESP, c’est bientôt au tour de l’AEBS (Automatic emergency braking system ou freinage automatique d’urgence) d’être obligatoire sur toutes les voitures neuves. Explications d’un système qui peut sauver des vies.

freinage automatique d'urgence

Au mois de Juin 2019, une nouvelle réglementation européenne portant sur le freinage automatique d’urgence sur tous les véhicules neufs à partir de 2020, devrait être imposée.
Cinquante pays se sont entendus pour déployer l’installation de ce système de sécurité sur les nouvelles voitures. Ce projet a été initié par le Groupe de travail des véhicules automatisés/autonomes et connectés (GRVA) du Forum mondial pour l’harmonisation des Règlements concernant les véhicules de la CEE-ONU.

Un système déjà bien implanté

Pour prévenir tout risque de collision, la pédale de frein est capable de s’enclencher de façon automatique si le conducteur ne réagit pas, grâce à des radars et caméras interposés qui anticipent les vitesses de rapprochement. Le freinage automatique existe depuis plusieurs années déjà sur les camions et les autobus, et également sur toutes les voitures récentes haut de gamme. Mais, depuis quelques temps, on le retrouve sur des modèles de constructeurs généralistes. Cette fonction de plus en plus fréquemment mise en avant par les marques automobiles est également appelé AEBS pour « Advanced Emergency Braking System ». Les publicités montrant comment ces systèmes veillent aux aléas de la circulation en ville lorsque le conducteur – ou la conductrice – ne sont pas concentrés, foisonnent. Volvo, Volkswagen, Peugeot, Citroën… ont tous une démonstration vidéo des apports de cette technologie de freinage d’urgence à proposer. Et c’est bien sûr dans l’optique d’améliorer la sécurité routière, en particulier dans les villes, où dans l’UE, plus de 9500 décès ont été enregistrés en 2016 (38% des décès sur la route), que la nouvelle réglementation européenne cherche à instaurer de façon obligatoire l’AEBS à partir de 2020. D’après les estimations de Bruxelles, le freinage automatique pourrait, en effet, épargner plus de 1000 vies chaque année dans l’Union Européenne.

Freinage automatique d’urgence : de nouvelles exigences

Il n’y a pas que les normes antipollution sujettes aux réglementations européennes. Ces dernières peuvent aussi toucher les équipements de sécurité automobile. D’ailleurs, plusieurs systèmes comme l’ABS (antiblocage de freins) ou l’ESP (anti-dérapage) ont été rendus obligatoires par la loi et, plus récemment, l’appel d’urgence (ECALL). Aujourd’hui, c’est le freinage automatique d’urgence qui devrait devenir obligatoire sur tous les véhicules neufs à partir de 2020. « Des AEBS sont déjà disponibles pour certaines voitures dans certains pays, mais il n’existait jusqu’à présent aucune exigence technique standard garantissant le bon fonctionnement de ces systèmes », a indiqué la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) dans un communiqué. Le nouveau règlement souhaite donc mettre en place des exigences strictes et harmonisées au niveau international pour l’utilisation du freinage d’urgence automatique à faible vitesse (jusqu’à 60 km/h). Les camionnettes et les minibus de moins de neuf passagers n’échapperont pas à ce nouveau règlement qui s’appliquera aux voitures et aussi à tous les véhicules utilitaires légers.

Le nouveau règlement, qui devra être formellement adopté en juin par le Forum, sera ensuite soumis aux États membres, dont font partie une cinquantaine de pays, dont ceux de l’UE, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Russie. A noter la Chine et les États-Unis ne seront pas de la partie. En cas d’adoption, il deviendra obligatoire avant la fin 2020 exclusivement sur les véhicules légers et neufs. Il pourrait y avoir une mise en place en deux étapes, d’abord sur les nouveaux modèles, puis sur l’ensemble des véhicules vendus.