Plaidoyer pour les citadines break

Les SUV urbains ont aussi eu la peau des citadines break. Seules survivantes dans le segment et, peut-être, pour peu de temps, les Renault Clio Estate et Skoda Fabia Combi tentent de faire valoir leurs arguments.

citadines break

Ils éliminent tout sur leur passage. 40% des voitures vendues en France sont des SUV et forcément, leur réussite fait des victimes dans tous les segments. L’un des plus touchés, est celui des citadines break. Il y a quelques années encore, toutes les marques proposaient des rallonges à leurs petits modèles, mais l’essor des urbaines hautes sur pattes (Nissan Juke, Renault Captur, Peugeot 2008 ou Citroën C3 Aircross) ont eu leur peau. La raison de cet abandon : la concurrence interne que les modèles pouvaient se livrer dans la même marque. Pour autant, deux survivantes continuent de s’afficher au catalogue des autos neuves et quelques autres sont toujours disponibles d’occasion. Mais les autos qui les remplaceront dans quelques mois ne devraient pas passer par le mode break. Passage en revue des derniers petits breaks qui savent faire valoir leurs atouts : des prix canons et une habitabilité record pour leur taille.

Skoda Fabia Combi : la dernière petite tchèque à rallonge

Si la marque de la filiale tchèque continue encore et toujours de produire sa Skoda Fabia Combi, c’est pour une seule et unique raison : le constructeur ne dispose pas encore dans son catalogue de SUV urbain. Mais on peut craindre que dès que cette erreur sera réparée, le petit break maison verra ses jours compter. Un enterrement qui ne saurait tarder, puisque Volkswagen dispose de son T-Cross et Seat de l’Arona. Nul doute que Skoda planche déjà sur sa version. En attendant, il convient de se jeter sur cette version légèrement rallongée de la citadine polyvalente Fabia qui pour un prix neuf minime (à partir de 14 590 euros) en offre beaucoup : 4 vraies places, avec un vrai confort pour les passagers arrières, une qualité de fabrication d’excellent niveau comme toute la gamme Skoda et surtout, un coffre gigantesque de 530L, soit la taille de la malle d’une voiture beaucoup beaucoup plus grande. En sus, la petite tchèque, restylée l’an passé, cache sous son capot, une gamme de moteurs ultra complète en essence et diesel, de 75 et 110ch qui satisfera les plus exigeants. Elle est disponible sur Vivacar dès 9 990 euros.

Renault Clio Estate : l’ultime mini-break

Si la Skoda Fabia Combi est bourrée de qualités, elle lui manque peut-être ce surplus de charme dont dispose la Renault Clio Estate. Car non seulement le mini-break du losange a toutes les qualités du genre, mais de plus, elle est très joliment dessinée, prolongeant les traits de la version berline qui est, en grande partie, responsable de son podium des voitures les plus vendues en France. Comme sa sœur berline, elle a bénéficié en 2017 d’un restylage salvateur. Sa finition intérieure en ressort grandie, alors qu’elle conserve ses gros avantages : un coffre de 445L, pratiquement du même niveau que le Captur, pour un dynamisme préférable à celui que propose le petit SUV. Comme le petit break Skoda, le Renault n’est disponible avec une large palette de motorisations, semblables à celles de la Clio : des blocs qui oscillent, en essence et diesel, entre 75 et 110ch. Elle est disponible sur Vivacar à partir de 8 490 euros.

Peugeot 207 SW et Seat Ibiza ST : en occasion only

Parmi les victimes des SUV urbains, deux remarquables petits breaks sont heureusement encore disponibles d’occasion. La Peugeot 207 SW, version rallongée de celle qui a été remplacée par la 208 coule des jours heureux en seconde main. Vivacar la propose à partir de 8 500  euros. Quant à l’Espagnole du groupe VW, la Seat Ibiza ST, elle a été sacrifiée dans le renouvèlement de la citadine pour ne pas faire d’ombre au mini SUV maison, l’Arona. Elle s’affiche sur Vivacar dès 9 490 euros.