BMW i8 : un modèle désormais collector

C’était la seule supercar plug-in du marché et voilà que sa production s’arrête nette. La BMW i8 tire sa révérence.

BMW i8

Le dernier exemplaire de la BMW i8 est sorti de la ligne de production dans sa magnétisante robe bleu Portimao. L’an dernier, le constructeur allemand avait célébré sa 20 000ème i8 à être produite sur ses terres, dans l’usine de Leipzig. Et la fin de carrière de l’étonnant roadster avait été annoncé pour Avril 2020. Un modèle lui succédera : le MNext concept présenté en 2019. Mais il faudra patienter quelques années… Pour Hans-Peter Kemser, le directeur de l’usine BMW de Leipzig, l’arrêt de la production de la BMW i8 marque la fin d’une époque. « C’est un modèle unique dont la fabrication a été confiée à des employés uniques. L’expérience acquise ici à Leipzig, assure au groupe BMW une expertise unique dans l’industrie automobile en termes de construction légère.
La BMW i8 fait partie intégrante de l’histoire du site de Leipzig. Elle a été un ambassadeur pour notre groupe et notre site, et le sera encore dans le futur ». 

Un supercar hybride rechargeable

La particularité de la BMW i8 : c’était la seule supercar hybride rechargeable du marché. Dessinée par le talentueux Benoît Jacob qui, entre temps, est devenu head of Byton Design, le coupé aux portes en élytre arbore une ligne futuriste. Sous le capot, un bloc trois cylindres essence 1,5L turbo de 231 ch et un moteur électrique pour une puissance totale de 374 ch qui en fait un coupé 2+2 à l’esprit Grand Tourisme plus que sportif même s’il est capable de passer de 0 à 100 km/h en 4,6 s. Avec ses phares laser, celle qui peut enlever son toit, allie plaisir au volant et régal pour les yeux. Un léger sifflement du moteur électrique, et l’I8 démarre d’un souffle. Lorsque le rythme s’emballe, le moteur thermique prend le relais. Le 3 cylindres fait alors illusion : la sonorité très plaisante fait penser qu’un bloc bien plus gros l’anime. La boîte auto à six rapports offre un couple généreux. Et le remarquable équilibre du châssis se fait jour. Les grandes courbes et les enchaînements rapides, la BMW i8 les apprécie. L’atout de ce coupé plug-in ? Lorsque vous traversez une ville, le bouton eDrive force le mode EV et, avec une batterie portée à 11.6 kWh, l’i8 roule plus de 50 km en mode 100% électrique, avec une vitesse maxi de 120 km/h. L’efficience est bien sûr au rendez-vous avec cette auto haute performance. Même en conduite rapide, le coupé hybride rechargeable de 374 ch ne dépasse pas les 12l/100 km et tourne autour des 7l/100 km quand on cruise à son volant.

BMW i8 : un collector

Avec l’arrêt de sa production, la BMW i8 devient, de fait, un Collector. Celle dont deux concept cars avaient été à l’origine (la BMW Vision EfficientDynamics, puis la BMW i8 Concept), recèle bien des éléments intéressants comme une carrosserie en PRFC (polymère renforcé de fibres de carbone), les premiers phares laser en série du marché ou une suspension pilotée évoluée à plusieurs lois d’amortissements. De nombreux exemplaires avaient rapidement atterri sur le marché de l’occasion. De quoi dénicher une i8 coûtant à peine la moitié de son prix neuf (156 950 euros). Mais celle qui a jeté les bases de la large gamme de modèles hybrides rechargeables du groupe BMW, risque bien de devenir une auto rare et précieuse que les collectionneurs s’arracheront. Déclinée en 2018 en version roadster, la i8, véritable vitrine technologique pour BMW, s’est écoulée à quelque 20.500 exemplaires en 6 ans de carrière.

Partagez l'article sur :