Voiture : utilisez-vous un régulateur ou un limiteur de vitesse ?

Vous vous préparez à prendre l’autoroute des vacances avec toute votre petite famille, et vous voulez être certain d’éviter les accidents ? Limiteurs et régulateurs de vitesse peuvent vous permettre de garder une ligne de conduite constante et d’éviter les imprudences sur les longs trajets. Toutefois, ces dispositifs automatiques ne vous dispensent pas de rester vigilant en toutes circonstances.

Fonctionnement d’un régulateur de vitesse

regulateur-de-vitesseA l’instar du limiteur de vitesse, le régulateur de vitesse est un dispositif intégré au véhicule qui permet de contrôler sa vitesse. Une petite manette s’active au niveau des commandes du volant : le conducteur l’allume et règle la vitesse automatique. Il peut alors lever le pied de l’accélérateur, la voiture continue de rouler à vitesse constante. Le mode automatique s’interrompt aussitôt que le conducteur appuie sur la pédale de frein ou d’accélérateur, pour doubler une autre voiture ou à l’approche d’un péage par exemple.

Les régulateurs les plus perfectionnés détectent la présence des autres véhicules sur la route et adaptent la vitesse pour garder toujours la distance de sécurité réglementaire. De cette manière, si la voiture devant vous freine, votre propre véhicule ralentit proportionnellement.

Les avantages d’un régulateur de vitesse

Ce dispositif d’aide à la conduite permet au conducteur de rouler sans devoir garder les yeux rivés sur son compteur. Il peut alors se concentrer sur la route et conserver toujours la même vitesse sans toucher l’accélérateur. Cette stabilité permet non seulement d’économiser les efforts de l’automobiliste, mais aussi d’économiser l’essence ; c’est aussi un bon moyen d’éviter un excès de vitesse, même minime, qui entraîne la perte de points de permis.

Toutefois, le régulateur de vitesse est plus un outil de confort qu’un outil de sécurité comme le limiteur de vitesse. Il faut garder le pied sur la pédale pour reprendre les commandes au moindre incident. Pour cette raison, il est déconseillé d’activer le régulateur en cas de trafic dense, de mauvaises conditions météorologiques, de route sinueuse ou accidentée, en zones de travaux et en agglomération. Par contre, ce mécanisme peut être utilisé sur les grandes routes rectilignes par beau temps, comme sur l’autoroute des vacances d’été.

Une technologie non sans risques

Conçus pour faciliter la conduite, les régulateurs de vitesse peuvent être dangereux. Selon une étude réalisée par le Centre d’investigations neurocognitives et neurophysiologiques de l’université de Strasbourg, les dispositifs automobiles automatiques diminueraient les capacités d’attention et allongeraient le temps de réaction du conducteur. L’automobiliste aurait plus de mal à maîtriser les dépassements au moment où il reprend le contrôle du véhicule. Il aurait également davantage tendance à s’assoupir au volant. Pour cette raison, il est conseillé de faire des pauses fréquentes (toutes les heures) et de ne pas activer le régulateur de façon prolongée (plus de 30 minutes). C’est l’automobiliste qui conduit son véhicule, pas l’inverse, et en cas d’accident, il devra en assumer la pleine responsabilité.