Voiture et bébé : la réglementation sur les sièges-auto

sièges-auto

Depuis les années 90, les réglementations assurant la sécurité des passagers en voiture ont été renforcées, particulièrement dans le cas des bébés. Voici tout ce qu’il vous faut savoir sur les sièges-auto afin d’assurer le confort et la sécurité de vos bambins.

Un siège-auto obligatoire jusqu’à 3 ans

La loi exige que tout enfant de moins de 3 ans soit installé dans une nacelle ou un siège-auto. Il est important que le siège-auto soit adapté à son poids et à sa taille. Cette obligation est formelle, quels que soient le type de véhicule et la place qu’occupe le bébé dans la voiture. Ainsi, dans un camion ou un véhicule de tourisme, à l’avant ou à l’arrière du véhicule, l’enfant doit être installé dans un siège-auto. Si la voiture n’est pas équipée de ceintures ou ne dispose pas de la place suffisante pour installer le siège, il est interdit de faire voyager bébé à bord.

Un siège-auto conforme aux normes récentes

Depuis 2008, les sièges-auto fabriqués avant 1995 et qui sont homologués ECE R44/01 ou 44/02 sont interdits. Ils ne doivent plus être utilisés ni commercialisés. Actuellement, seuls les sièges-auto qui ont une homologation EC R44/04 ou UN R129 (i-Size) sont autorisés par la loi. Ces sièges sont reconnaissables à leur étiquette orange. Depuis la mise en place de la nouvelle norme i-Size, les sièges-auto ne sont plus classés en fonction du poids du bébé, mais de leur taille. Toutefois, comme la norme EC R44/04 est toujours en vigueur, il y a désormais deux types de sièges-auto : ceux qui sont classés en fonction du poids du bébé (homologation EC R44/04) et ceux qui sont classés en fonction de la taille du bébé (homologués i-Size). On vous conseille de choisir les modèles de dernière génération qui ont été soumis à des tests plus pointus.

Installer le bébé à l’arrière et dos à la route

La nouvelle réglementation i-Size rend obligatoire la position « dos à la route » pour les bébés jusqu’à l’âge de 15 mois. Cette disposition permet de renforcer la protection de la tête et du cou de l’enfant en cas de choc latéral ou frontal. Le nouveau texte européen préconise également l’utilisation du système de fixation Isofix pour les sièges-auto. Selon les tests effectués, ce nouveau mode de fixation permettrait une meilleure assise du bébé, ainsi qu’une liaison plus solide et permanente entre le châssis du véhicule et le siège-auto.

Par contre, l’installation « dos à la route » du siège-auto à l’avant du véhicule est interdite, sauf si le conducteur a pris soin de désactiver l’airbag passager au préalable. Même si l’enfant est installé face à la route, il est toujours recommandé de vérifier que l’airbag ne présente aucun risque. Pour cela, renseignez-vous sur la profondeur de gonflement de l’airbag. Cette information peut être obtenue directement auprès du constructeur ou en consultant le manuel d’utilisation du véhicule.

Par mesure de sécurité, il est toujours conseillé d’installer le bébé à l’arrière. Si le conducteur n’a d’autre choix que de fixer le siège-auto sur la place passager avant, il est primordial d’incliner le siège passager en arrière pour l’éloigner le plus possible du tableau de bord.

On vous rappelle enfin de ne prendre aucun risque avec des enfants à bord. Roulez avec prudence et concentration, et vérifiez toujours soigneusement que le siège-auto de votre bébé est parfaitement fixé.

Partagez l'article sur :