Comment un professionnel calcule le prix de votre véhicule lors d’une reprise ?

Changer de véhicule : oui, mais à quel prix ? Si vous ne souhaitez pas revendre vous-même votre véhicule, un professionnel peut vous faire une offre de reprise, à condition que vous lui en achetiez un autre, neuf ou d’occasion. Mais savez-vous comment est calculé le prix de votre voiture par ce professionnel ? Les critères de calcul ne sont pas tout à fait les mêmes que pour la vente entre particuliers, et la surprise peut parfois être de taille.

La cote de votre auto

Pour calculer la reprise de votre ancienne auto, le professionnel s’appuie sur la cote officielle dite « argus ». Comparativement aux autres cotes existant sur le marché, celle-ci est le plus souvent inférieure, car elle ne répond pas à la loi de l’offre et de la demande. Elle est fondée sur d’autres critères. Cette cote servira de prix de départ du calcul.

Le potentiel kilométrique

Sachant qu’un véhicule essence est censé parcourir en moyenne 15 000 kilomètres par an, contre 25 000 pour une voiture Diesel, le professionnel se fondera sur le potentiel réel de votre automobile pour affiner cette cote. Le calcul est simple : en cas de dépassement, une moins-value est appliquée et, si vous avez roulé moins que la moyenne, vous pouvez espérer un petit bonus.

Les frais professionnels et de remise en état

Généralement, une décote de 15 % pour frais professionnels s’ajoute encore à l’estimation de votre auto. Cette décote représente entre autres les frais nécessaires à la remise en vente de votre véhicule (administratifs par exemple). Si votre auto présente des défauts majeurs et visibles comme des traces de choc, un échappement hors service, des pneumatiques très usés, ou encore des feux abîmés, vous risquez encore d’y « laisser des plumes ». Même si des frais professionnels entrent déjà en déduction de l’estimation de départ, la nécessité de grosses réparations mécaniques ou de carrosserie alourdit d’autant la note finale. Et c’est bien souvent là que le bât blesse, car même si votre véhicule est en excellent état vous n’y couperez pas, du moins pour ce qui est des frais professionnels.

Quel type de véhicule vais-je acheter ?

Le choix de votre futur véhicule peut influer sur le montant de la reprise. Les concessionnaires sont souvent plus généreux lorsqu’ils vendent un véhicule neuf. Des offres commerciales ponctuelles sont d’ailleurs d’excellentes occasions pour vous de bénéficier d’une meilleure reprise.

Peut-on négocier le montant de sa reprise ?

Pourquoi pas. Si votre véhicule est en état irréprochable, il est toujours possible de négocier quelques centaines d’euros. Il est toutefois intéressant dans ce cas de bien connaître le prix de revente de votre véhicule. N’hésitez donc pas à anticiper en calculant votre cote à l’avance. En outre, un carnet d’entretien à jour doit être mis en avant, car un bon entretien évitera des frais de remise en état. Bref, si vous vous sentez en position de force, n’hésitez pas à négocier. Au besoin, veillez à solliciter la concurrence pour – éventuellement – revenir négocier avec votre premier contact.

En dehors des offres commerciales ponctuelles, le montant d’une reprise par un professionnel vous laisse souvent sans voix. En plus d’être lié à l’achat d’un véhicule neuf ou récent, ce montant risque d’en faire fuir plus d’un. Certes, les professionnels occasionnent des frais, mais ils vous proposent en échange la tranquillité. À vous de voir si le jeu en vaut la chandelle. Sachez que, si votre auto est irréprochable, rien ne vous empêche de la vendre vous-même à un prix supérieur moyennant quelques formalités comme le contrôle technique (si nécessaire) ou la mise en ligne d’une annonce. Un véhicule recherché, en bon état et de surcroît entretenu se revend très facilement.