Opel Crossland phase 2 : plus de style

Opel restyle son Crossland X, qui, au passage, en perd sa lettre X. Le SUV, né en 2017, conserve ses mécaniques et ses quelques avantages sur la concurrence.

opel crossland 2021

Au-delà de changer son nom en faisant tomber le X, l’avant et l’arrière du petit SUV Opel Crossland ont été modifiés. Les designers ont réussi en quelques gestes à tout changer : une nouvelle calandre et un coup de peinture suffisent à bluffer. Avec le SUV compact Grandland, le Crossland a été l’un des premiers à partager ses plateformes avec PSA. Né en 2017 avec la base mécanique du Peugeot 2008 de première génération, il s’arrête au stand après 3 ans et en perd son fameux X. Son grand frère le Grandland le perdra aussi d’ailleurs. En revanche, le Mokka X, qui jusqu’ici était l’un des plus grand du segment, sera bientôt lancé dans une toute nouvelle mouture dans laquelle, outre une lettre finale en moins, il perdra également plusieurs centimètres pour apparaître encore plus urbain et plus petit que ce Crossland. 

Crossland restylé : nouvelle signature stylistique

Une nouvelle signature stylistique maison au nom de « Vizor » qui n’est autre que le design Opel des prochaines années. D’ailleurs, l’avant du Mokka en sera affublé avant que d’autres modèles ne reprennent aussi ce bandeau en plastique fûté qui est en réalité l’unique élément nouveau de cette face avant. D’où cette impression de jamais vu. Car les optiques, elles, sont toujours celles de la phase 1. À l’arrière, les designers ont été encore plus rusés. Le remaniement ressemble à une déco de Valérie Damidot : il est spectaculaire et pas cher, mais fait son petit effet : un coup de pinceau trace le nouveau bandeau entre les deux optiques. Un truc tout bête mais qui, couplée à la touche peinture bicolore avec le toit noir donnant une impression de toit flottant qui se prolonge jusque sous la lunette du hayon, se révèle très chouette.

Un habitacle quasi identique

A quoi ressemble l’habitacle du millésime 2021 de l’Opel Crossland restylé ? A celui de la précédente mouture datant de 2017. Sauf pour ceux qui achèteront les finitions les plus hautes : les sièges avant portent désormais le label ARG et sont censés être extrêmement confortables. En dehors de la sellerie, rien n’a changé à bord. La vision tête haute est toujours présente. Aux places arrière, la banquette 60/40 est coulissante. Si on  se contente du coffre déjà généreux de 410 litres, la place pour les jambes est largement suffisante. En les avançant, la taille du coffre augmente jusqu’à offrir 520 litres, mais l’espace aux jambes se restreint d’autant…  

Crossland : pas de motorisation électrique

Cet Opel Crossland restylé n’adopte pas encore de motorisations hybrides ou électriques. Le cousin technique du Peugeot 2008 premier du nom ne peut accueillir un plancher de batteries en raison d’une plateforme incompatible avec la fée électricité. Il articule donc sa gamme autour de blocs essence et diesel.  Sous le capot, les puissances s’échelonnent de 83 et 130 chevaux, avec des boîtes manuelles à cinq ou six rapports, ainsi qu’une boîte automatique à six vitesses. 

Une concurrence vive

Evidemment, ce Crossland restylé aura fort à faire pour tailler sa route dans le marché le plus encombré d’Europe. Car tous les constructeurs sans exception disposent d’un SUV urbain, et les leaders sont le Peugeot 2008 et le Captur. Pourtant, le petit Opel a quelques arguments pour lui : plus logeable et modulable que le Renault, il est aussi un peu moins cher que le Peugeot. Surtout, il dispose d’une position de conduite moins déroutante. De quoi valoir au Crossland nouveau quelques jolis succès dans l’année à venir.

Partagez l'article sur :