Nouvelle Porsche 911 Targa

La nouvelle Porsche 911 Targa se déconfine. La mythique sportive, forte de 385 et 450 ch, se targue de conjuguer à merveille plaisir et confort. Et elle en a les moyens.

porsche

Dans la grande famille 911, entre le coupé et le cabrioletnavigue avec entrain la Targa dont la toute première mouture a été lancée en 1965. Cette nouvelle Targa à la carrosserie atypique n’a pas souhaité trahir sa silhouette originale. Elle conserve, en effet, son bel arceau gris aluminium et sa bulle de verre. Une façon de jouer sur la corde nostalgie. Rappelons que ces attributs, apparus avec la première Targa en 1965 pour satisfaire les normes américaines concernant les cabriolets, ont disparu avec la 993 avant d’être seulement réintroduits avec la 991 en 2014.

Spectaculaire métamorphose

Comme toute bonne découvrable moderne, la nouvelle Targa se décapote électriquement en moins de 19 secondes. De quoi se retrouver visage au vent propulsé par la version 4 ou 4S. Si cette métamorphose est spectaculaire, elle ne peut toutefois, et contrairement à la 911 cabriolet, n’être réalisée qu’à l’arrêt. Ce qui n’enlève en rien le charme grisant de la nouvelle 911 Targa qui a ce don de faire d’une pierre deux coups pour les indécis : être à la fois un coupé et un cabriolet.

Du monde sous le capot

Physiquement, la Targa est à part. Et mécaniquement, elle l’est aussi. Cette nouvelle Targa n’est disponible qu’avec la transmission intégrale. Porsche l’a imposée pour répondre à la philosophie Grand Tourisme de l’auto. Peut-être parce qu’elle est à l’opposé de l’idée que l’on se fait d’une 911 radicale. Mais, malgré sa complexité et ses kilos en plus, la firme de Stuttgart a également voulu cette nouvelle Targa encore plus performante.  Ses chronos ne pâtissent pas vraiment de sa différence de philosophie. La version 4 de la nouvelle Targa abat le 0 à 100 km/h en 4,4 secondes et tutoie les 289 km/h. Quant à la Targa 4S, elle l’expédie en 3,8 secondes en boîte mécanique et grimpe jusqu’à 304 km/h. Les amoureux de vitesse qui ne redoutent pas une épilation capillaire intégrale, peuvent investir dans le pack Sport Chrono qui permet encore de gagner 0.2 secondes. Les freins de la plus musclée des Targa est évidemment plus costauds (étriers six pistons contre 4 à la standard et disques avant plus grands et en carbone céramique en option). Elle est aussi la seule des deux à pouvoir, en option aussi évidemment, recevoir le renfort de roues arrière directrices ou de barres anti-roulis actives.

Le plein d’options

La nouvelle Porsche Targa regorge d’équipements pour qu’elle soit des plus agréables au quotidien. A commencer par l’amortissement piloté qui permet de prendre soin des lombaires ou d’opter pour plus de fermeté. Le mode de conduite « Wet » offre aussi à cette nouvelle génération des capteurs dans les roues capables d’anticiper les risques d’aquaplanning. Enfin, dernier raffinement utile, les Targa adoptent en série un régulateur de vitesse adaptatif et un levage du train avant (+4 cm) permettant de ne pas érafler le museau de la belle auto sur un trottoir ou un dos d’âne un peu trop hauts.

Bilan. Cette nouvelle 911 Targa, qui a l’affection des Porschistes, est tout simplement le compromis entre cabriolet et coupé avec son toit en toile rétractable, son large arceau et son toit en verre galbé à l’arrière. De quoi mélanger le fun du cabriolet à la sécurité du coupé. Les prix ont déjà été dévoilés : 130 655 euros pour la Targa 4, 146 255 euros pour la Targa 4S. Pour rappel, la 991 Targa était vendue à des tarifs très proches du cabriolet à motorisation et transmission équivalents. Ne manque plus que la GT3, et la génération sera bientôt au complet.

Partagez l'article sur :