Honda e : la star du salon de Francfort

Honda profite du salon de Francfort pour dévoiler sa toute première citadine 100% électrique de série au look néo rétro. Une star avant l’heure.

Honda e

La version définitive de la Honda e a enfin vu le jour au Salon de Francfort 2019. Niveau design, c’est une réussite. Dessinée par le coup de crayon très inspiré de Ken Sahara, la citadine nippone est fantastiquement épurée et n’est pas sans rappeler la première Civic. Les optiques circulaires ressortent à merveille de la calandre en forme de masque noir, à l’avant comme à l’arrière. Cette Honda e qui mesure moins de 4 mètres, dispose de poignées de portes affleurantes et d’un look néo rétro à tomber par terre.

Honda e : une planche de bord incroyable

Ses cinq écrans en enfilade sur la planche de bord sont sans doute ce qu’il y a de plus bluffant dans l’habitacle de la Honda e. Du jamais vu en somme. Ca ressemble à un ordinateur mais c’est un tableau de bord entièrement numérique qui contraste avec l’habillage en bois placé juste en dessous. Avantage : l’interactivité avant même de prendre place dans votre voiture. Dans votre salon, avec votre smartphone, vous allez, par exemple, pouvoir programmer la température de l’habitacle et la destination que vous allez effectuer. La citadine nippone peut également s’équiper d’une clé « digitale », qui permet de la verrouiller et de la déverrouiller via l’application pour smartphone, notamment pour faciliter l’auto-partage. De quoi faire de l’ombre à une autre citadine premium électrique : la Mini électrique.

La Honda e abandonne les rétroviseurs

Des caméras en guise de rétroviseurs. C’est ce que propose cette Honda e qui s’est inspirée de la technologie de l’Audi e-Tron. Le plus étonnant, c’est que ces caméras sont incluses de série sur toutes les versions de la citadine japonaise. Au-delà d’améliorer le design, Honda affirme que ces caméras sont plus sécuritaires puisque l’image est restituée en direct sur deux écrans d’une taille de 6 pouces et dont la luminosité s’ajuste automatiquement. Les angles morts deviennent quasi inexistants et le conducteur a le choix entre une vue normale et panoramique. Autre atout : marche arrière enclenchée, des lignes de guidage apparaissent pour faciliter le stationnement.

4 passagers à bord de cette propulsion

La Honda e dispose de 5 portes, mais ne peut accueillir que 4 passagers sur ses sièges larges et confortables. A l’arrière, la banquette n’est homologuée que pour 2 personnes. Le coffre n’est pas très vaste à cause du moteur placé sur le train arrière. Car cette citadine nippone est une propulsion, de quoi donner de bonnes sensations au volant. Les batteries nichées sous le plancher offrent une autonomie de 220 km, ce qui est largement suffisant pour une auto taillée pour la ville mais qui la place en deçà de concurrentes comme les Renault Zoé, Peugeot e-208 et Opel Corsa e. En revanche, 30 minutes suffisent à la Honda e pour récupérer 80 % d’autonomie. Deux puissances sont proposées : 136 ou 154 ch. De quoi donner du peps à cette auto légère. Niveau tarif, elle se situe dans la moyenne du segment. Affichée à partir de 35 060 euros, elle passe sous la barre des 30 000 bonus déduit. La nouvelle Peugeot e-208 s’affiche à 32 100 euros et la Zoé propose un ticket d’entrée à 23 900 euros. Quant à l’Opel Corsa e, le tarif annoncé en France est de 29 900 euros. Les rivales sont nombreuses donc, mais la Honda e qui annonce l’ambition de la marque d’électrifier l’ensemble de sa gamme d’ici 2025 a quelques atouts pour se démarquer.
Il est déjà possible de réserver la Honda e. D’ailleurs, le constructeur aurait déjà reçu plus de 50 000 demandes d’information depuis l’ouverture des pré commandes. Cependant, les premières livraisons n’interviendront que durant l’été 2020. 

Partagez l'article sur :