DS9 : la berline premium Française déboule

Les commandes de la DS9 sont ouvertes, après plusieurs mois de retard. La berline qui incarne le haut de gamme tricolore sera livrable en Europe au Printemps 2021. Mais son marché principal reste la Chine, où elle est d’ailleurs fabriquée. 

DS9

L’Arlésienne du premium à la française a fini par devenir réalité. Fabriquée et disponible en Chine depuis plusieurs mois déjà, la berline DS9 devait être dévoilée en Europe au salon de Genève au printemps dernier, mais le Covid et les problèmes économico-industrielles que PSA a rencontré en Asie en ont décidé autrement. La voilà donc finalement débarquant sur le vieux continent ces jours-ci, même si les premières livraisons devront attendre le printemps 2021. Pour autant, ce retard ne semble pas inquiéter la seule et unique marque premium française. Seules 30 000 DS9 sont prévues dans le monde chaque année, dont un tiers seulement sont destinés à l’Europe. Pas question donc de tenter de rivaliser avec les ténors de la grande berline premium que sont Mercedes et sa Classe E, BMW et sa série 5 et Audi et son A6. Une rivalité qui serait vaine pour l’instant, puisque la Classe E, à elle seule, se vend chaque année à plus de 400 000 exemplaires à travers le monde. DS a, quant à lui, choisi de prendre le temps de s’imposer avec cette berline et ses SUV, en commençant par s’attaquer au plus grand marché du monde : la Chine. Même si la marque n’a vendu que 2 000 modèles dans l’empire du milieu l’an passé. La marque se donne-t-elle les moyens de quadrupler ses ventes grâce à cette DS9 ? Elle a au moins le mérite de ne pas chercher à imiter les ténors et de choisir une autre voie.

DS9 : un look qui scintille

Comparée au style rigoureux de la Mercedes Classe E, la DS9 qui apparaît plus large par un effet d’optique (et longue de 4.93 mètres), arbore un look nettement plus extravagant. Les optiques en écaille sont originaux, tout comme le sabre chromé ou les diodes qui ressemblent à la parure de diamants de Beyoncé. Niveau silhouette, la DS9 se la joue coupé à 4 portes. Joli visuellement. Moins pratique pour pénétrer dedans. 

Un habitacle aux matériaux nobles

A l’intérieur, coup de balai sur tout ce qui pourrait s’apparenter à l’austérité des berlines premium allemandes. Pour séduire une clientèle plus attachée au bling-bling que celle de la vieille Europe, la DS9 se pare de sa sellerie bracelet de montre et fait la part belle au baroque et à tout ce qui clinque avec, ici et là, des touches de cristal. En matière de confort, la grande berline réserve une première mondiale sur son segment : des sièges arrière chauffants, massants et ventilés.  La DS9 offre un bel espace aux genoux et offre des assises bien longues sur du cuir et de l’alcantara. En revanche, à cause de sa ligne de pavillon fuyante, la garde au toit est plutôt basse. Niveau coffre, la DS9 affiche un volume de 510 l aussi bien en version hybride que thermique.

Moteur

La DS9 partage sa plateforme avec la Peugeot 508 (plus longue de 18 cm que notre 508 européenne). Pour sa berline haut de gamme, DS a choisi de délaisser le diesel pour n’offrir que des motorisations essence (225 ch) ou hybride rechargeable. Trois niveaux de puissance sont proposés : 225 et 250 ch (4×2) ou 360 ch avec 4 roues motrices. La boite automatique à 8 rapports est proposée de série. L’autonomie de la DS9 en mode zéro émissiondevrait, selon les versions, tourner autour des 50 km.

DS9 : Des technologies multiples

Sur le volet des technologies d’aide à la conduite, la DS9 s’arme du niveau d’autonomie de niveau 2, guidant sa trajectoire jusqu’à 180 km/h au sein d’une voie. La berline haut de gamme Française s’équipe aussi du système de vision nocturne de la DS7 et de la détection de somnolence du conducteur. A noter que la luxueuse auto peut être déverrouillée à distance via une application sur smartphone, une technologie fonctionnant par Bluetooth et pouvant être déléguée à cinq autres téléphones.

Tarif : à partir de 47 700 euros (PureTech 225 ch)

Partagez l'article sur :