DS7 Crossback « Le Louvre » : une série limitée très pyramidale

DS est l’un des mécènes du musée du Louvre depuis la création de la marque en 2015. 5 ans plus tard, l’unique marque premium française lance une série spéciale dédiée au monument parisien. Le DS7 Crossback. Visite guidée. 

Jusqu’en 2015, DS n’était qu’une « collection particulière au sein de la maison Citroën. Puis les deux lettres historiques ont pris leur envol, devenant une marque à part au sein du groupe PSA. Mais DS n’en a pas pour autant oublié la leçon de son ex-maison mère, et notamment sa passion pour les aquointences culturelles. C’était en 1999 et cette année là, les chevrons se sont offerts une signature, pour, disait on à l’époque, 3 millions d’euros par an. Une signature plutôt prestigieuse puisqu’il s’agissait de celle de Picasso devenue, en quelques années, le symbole des monospaces Xsara, puis C3 et C4. Evidemment, les milieux culturels ont grincé des dents, mais pas les clients. 20 ans plus tard, DS décide donc d’en faire autant. Non pas avec un artiste, mais avec un musée. Et ça tombe bien : l’unique marque premium française est l’un des mécènes du musée du Louvre. 

Du Grand Chic au Louvre

La décision est donc prise et la première série limitée du SUV DS7 Crossback s’appellera Louvre, avec l’accord, et sous le contrôle, de l’institution. Elle débarque ces jours-ci, et comme toute série limitée, celle-ci est réalisée sur une base existante, en l’occurrence la version haut de gamme et sur-équipée Grand Chic avec la sellerie Opéra. Pour bien signifier que le partenariat avec le Louvre n’est pas fictif, on retrouve le logo du musée un peu partout : sur le capot avant, le hayon arrière et les flancs. Des jantes de 19 pouces spéciales sont également au programme et toutes les parties chromées, de la face avant aux barres de toit, sont désormais revêtues de noir laqué. 

Des pyramides pour orner l’habitacle du SUV

L’intérieur du SUV aussi, le Louvre est bel et bien présent, mais plutôt sous la forme qui le symbolise aujourd’hui le mieux : la fameuse pyramide de Pei ionaugurée en 1988. Une forme qui colle parfaitement avec le style de l’habitacle de la DS7 et ses multiples graphismes triangulaires. La pyramide apparait ainsi sur les aérateurs et sur la console centrale et sur les coques de rétros. Côté couleurs, quatre ont droit de citer pour les 1 500 exemplaires prévus. Il s’agit du bleu encre, cristal pearl, noir perla nera et gris platinium. 

Visite virtuelle et Pass VIP

Mais le partenariat avec le musée le plus visité du monde ne s’arrête pas à la pose de quelques logos, ni de pyramides même taillées au laser. Dans le système multimedia de ce DS7 Crossback, une application particulière permet de visualiser les 182 plus célèbres œuvres du Louvre. Elles sont commentées par les experts du musée et l’astuce de ce procédé, provient du fait qu’il ne soit pas en vidéo, car dans ce cas, et c’est la loi, le système devrait se couper automatiquement en roulant. Ce sont donc des photos et des podcasts audio qui permettent de visiter virtuellement le musée tout en roulant. Une bonne manière de faire patienter les enfants lors des longs trajets. Quant aux parents clients de cette DS, ils benéficieront en outre d’un Pass Vip pour deux personnes valable un an qui leur permettra de visiter le Louvre aussi souvent qu’ils le souhaitent.

Quatre moteurs disponibles pour le DS7 Crossback

Mais un DS7, même ainsi siglé n’est pas qu’un enrichissement de l’esprit. C’est aussi une mécanique, ou plutôt quatre. Ces moteurs disponibles sur cette série limitée sont un diesel de 180ch, deux hybrides rechargeables de 225 et 300ch. Un bloc essence atomsphérique entend lui aussi s’en mêler et il fait son apparition à l’occasion du lancement de ce SUV. C’est le bloc essence de 225ch déjà vu sous le capot de la Peugeot 508 qui en dispose depuis son lancement. Evidemment, tout ce déploiement d’équipements et de pyramides a un prix. En l’occurrence, entre 54 000 et 67 300 euros selon le moteur choisi. Une somme supérieure de 2000 euros environs par rapport au DS7 classique.

Partagez l'article sur :