Coupés 4 portes, ou comment rendre les berlines « in »

Les autos tricorps classiques n’ont plus le vente en poupe. Aussi, les constructeurs s’engouffrent dans une nouvelles tendances et les remplacent par des coupés berlines plus dynamiques.

La baisse des ventes est constante depuis dix ans. Les berlines ne séduisent plus que les entreprises et quelques seniors à la recherche d’une auto classique et statutaire. Les autres, et notamment les familles, se jettent sur les SUV, moins confortables et à la tenue de route moins bonne. Mais ils ont l’avantage de disposer d’une habitabilité plus généreuse et, surtout, d’une position de conduite plus haute. Alors, pour tenter d’enrayer ce phénomène, nombre de constructeurs s’engouffrent ces temps-ci dans une nouvelle tendance censée donner un coup de jeunesse à leur bonne vieilles autos à coffre. Ces coupés 4 portes, ou berlines coupés fleurissent de l’Allemagne à la Corée en passant par la France. Au menu : un profil arrière raboté, plus horizontal pour donner à la livrée un air de coupé et des ailes plus large qu’à l’accoutumé pour dynamiser les lignes. Autre caractéristiques communes de ces nouvelles autos : les montants des vitres disparaissent, toujours pour leur donner un petit côté sportif. Évidemment, en rendant le profil arrière plus horizontal, le risque est grand de rendre les places arrières moins habitables pour les grands gabarits. Pourtant certains modèles, en allongeant l’empattement, réussissent le tour de force de conserver une garde au plafond suffisamment haute au niveau de la banquette arrière.

Mercedes CLS : la pionnière

berlines

Elle en est déjà à sa troisième génération. La Mercedes CLS, née en 2004 a réellement inauguré le genre. Même si l’anglais Rover avait lancé une P5 du même type en 1965, sans connaître le succès de l’Allemande. Cette année, une nouvelle berline coupé CLS a vu le jour à Stuttgart avec une recette inchangée : une ligne basse de coupé, du luxe, des équipements pléthoriques et des 6 cylindres essence et diesel avec des puissances oscillants entre 286 et 367ch.

Peugeot 508, le trouble-fête

berlines

Pour renouveler sa berline, Peugeot n’as pas hésiter à tout changer, notamment le look de la 508 revu de fond en comble pour lui offrir des lignes dynamiques. Avec une qualité de fabrication en hausse, et une tenue de route, spécialité maison, irréprochable, cette berline coupé entend bien faire du tort à son ennemi désigné : Volkswagen. Les moteurs s’échelonnent de 130 à 225ch en essence et diesel.

Volkswagen Arteon : la Passat coupée

berlines

En lançant l’Arteon l’an passé, Volkswagen n’en était pas à son coup d’essai en matière de berline rabotée. En 2008, une version coupée, mais à 4 portes, était commercialisée sous le nom de CC. C’est toujours sur une base de Passat que l’Arteon a été développée, avec une ligne particulièrement homogène. Une auto clairement positionnée en haut de la gamme du constructeur allemand, avec des motorisations de 150 à 240 ch.

Kia Stinger, l’exception coréenne

berlines

Kia, comme son cousin Hyundai n’a pas la réputation d’un constructeur sportif. Mais pour renouveler son image, le second vient de présenter son I30N, une compacte GTI, et le premier propose depuis quelques mois un coupé berline. Cette Stinger, forte de 370ch et d’un V6 essence, est une vraie voiture dynamique, aux performances impressionnantes et à l’équilibre parfait. Une nouvelle image de la Corée, également disponible en version diesel de 200ch.

Audi A5 et A7 Sportback : la réplique

berlines

Le succès de Mercedes et de sa CLS ne pouvait laisser ses concurrents allemands et notamment Audi. La marque premium du groupe VW propose non pas une berline coupé, mais deux, de taille (et de prix) différents. L’Audi A5 Sportback est dérivée du coupé du même nom. Quant à sa grande sœur, l’Audi A7 Sportback dispose d’une version diesel de 286ch, ou essence de 340ch.

berlines

BMW GranCoupé : la réponse de Munich

berlines

L’autre réplique à Mercedes est signée BMW avec cette série 6 Grancoupé. Pour se démarquer, la marque de Munich joue la surenchère de puissance, en affichant une valeur minimum de 313ch. Et comme Audi, BMW propose deux versions de son coupé 4 portes. Il est également disponible en Série 4.