Yaris Cross : la réponse Toyota aux SUV urbains

Le Japonais s’attaque à l’un des segments les plus courus du moment avec un modèle utilisant la plateforme de la Yaris qui devrait débarquer en France dans un an.

toyota yaris cross

C’est la marque automobile au cœur de l’actualité. La même semaine, Toyota annonce la réouverture de son usine d’Onnaing près de Valenciennes et, dans la foulée, la filiale française du Japonais présente son nouveau SUV urbain : le Yaris Cross qui devrait, en toute logique, représenter une grosse partie de ses ventes en 2021, lorsqu’il sera sur nos routes. Car ce segment, celui des Renault Captur et Peugeot 2008 figure régulièrement dans le top 5 des best-sellers nationaux.

Un SUV plus petit que le CH-R 

A première vue on peut se poser la question. Qu’est ce qui a bien pu pousser Toyota d’ajouter un SUV de plus dans sa gamme ? Car il dispose déjà  d’un modèle compact comme le Rav4 et un plus petit crossover, le CH-R. La réponse est dans la taille du CH-R en question, avec 4,40m environ, il est plus grand que la moyenne des SUV urbains. Décision fut donc prise de concevoir un nouveau modèle, sur la base de la citadine Yaris et logiquement baptisé Yaris Cross dont la longueur n’excèdera pas 4,18m. ce qui est légèrement inférieur aux 4,22m du Renault Captur;

Une Yaris XXL

Basé sur la plateforme de la Yaris, ce nouveau SUV est évidemment plus long, plus large et plus haut que la citadine. Il ne ressemble pas pour autant à une Yaris qui aurait trop grandie. L’inspiration de sa ligne est plutôt à rechercher du côté du Rav4 et même du SUV Lexus UX, la marque premium du groupe Toyota. Les lignes sont anguleuses et peu de formes douces viennent les adoucir. Pour autant, l’ensemble est plutôt harmonieux, et surtout au goût du jour. Le nouveau Cross est, en tous cas, beaucoup moins torturé que d’autres productions maison.

Un intérieur bien connu

Si la ligne et les proportions de ce SUV sont totalement nouvelles, il n’en est rien de son intérieur, très proche de celui de la Yaris. La planche de bord est similaire, avec un grand écran multimédia central, très détaché de la console. Côté habitabilité, s’il est trop tôt pour connaitre l’espace dévolu aux passagers arrière, l’on ne peut que supposer qu’il profiteront de l’exiguïté du coffre qui, avec 280L seulement est inférieur à celui d’une Renault Clio. Reste que ce coffre sera électrique et commandable à distance.

Des motorisations hybrides, forcément

L’on ne connait pas encoreles dimensions intérieures de l’auto, ni ses principaux équipements, on en sait plus en revanche sur les motorisations qui seront disponibles, puisque ce sont ceux de la plateforme Yaris. A commencer par le moteur hybride essence de 3 cylindres de 1.5L qui dispense une puissance de 116ch. Résultat des courses : des émissions de C02 annoncées sont de moins de 90g au km. Ce qui n’est pas très courant au royaume des SUV. Une autre motorisation non hybride sera vraisemblablement au programme, mais aucun bloc diesel n’est prévu.

Yaris Cross : un SUV made in France

Comme le Cross est fabriqué sur la plateforme de la Yaris, il est logique qu’il soit assemblé sur les mêmes chaînes de fabrication. Ce sera chose faite dès le début de l’année prochaine à Onnaing, près de Valenciennes dans les Hauts de France. L’usine vient d’ailleurs de redémarrer le 23 avril dernier. Une réouverture en douceur puisqu’au lieu des 1 500 Yaris qui y sont assemblées chaque jour, seules 1 500 sortiront des ateliers en une semaine, en raison des mesures de protection prises par le personnel. La Yaris 3 sera encore assemblée quelques mois en attendant d’être remplacé par le nouveau modèle. Et d’être rejoint l’an prochain par le nouveau petit SUV.

Partagez l'article sur :