Volkswagen ID.3 : le pari de l’électrique

Volkswagen a dévoilé l’ID.3, son premier modèle 100% électrique dont la production débutera au mois de novembre 2019 en Allemagne.

ID.3

Au salon de Francfort, Volkswagen fait feu de tout bois pour étouffer l’incendie provoqué par l’affaire du Dieselgate. Comment ? En se rachetant une bonne conscience avec l’ID.3, sa première voiture 100% électrique qui sera la première d’une série de nouveaux modèles. L’ID3, dont le tarif sera inférieur à 30 000 euros (sans compter le bonus écologique de 6 000 euros), est une gageure à 30 milliards d’euros pour le constructeur qui compte s’imposer dans la mobilité durable et tourner la page du dieselgate. « Le démarrage de la production de l’ID.3 en novembre marque le début d’une nouvelle ère pour Volkswagen, comme cela avait été le cas avec la première Coccinelle ou la première Golf. La conversion progresse conformément au planning prévu. Les 400 premières ID3 de pré-séries sont déjà en cours de test sur les routes d’Europe. Avec l’ID.3, Zwickau deviendra un véritable pionnier de l’électro-mobilité », indique Thomas Ulbrich, membre du Directoire de la marque Volkswagen.

Volkswagen ID.3 : un premier modèle 100% électrique

On se souvient en 2013 de l’e-Up et en 2014 de l’e-Golf. Il s’agissait à l’époque de modèles thermiques qui avaient été par la suite « électrifiés ». L’ID.3 est en revanche un modèle 100% électrique qui repose sur la plateforme modulaire (MEB) dédiée aux modèles électriques. Son chiffre 3 sous-entend qu’il y aura toute une gamme. L’ID.3 étant un modèle central qui sera l’équivalent de la Golf. « L’ID.3 est un véhicule polyvalent, souligne Silke Bagschik, directrice Ventes et Marketing pour la famille ID. Compacte, elle associe la maniabilité d’une petite voiture et l’espace intérieur d’un véhicule de catégorie supérieure. Elle est dotée d’un design fascinant, d’une technologie innovante et d’une autonomie significative ».

L’ID.3 : la taille d’une golf et l’habitabilité d’une Passat

Et c’est dans l’usine de Zwickau que cette compacte électrique au gabarit proche d’une Golf (4.26 mètres) et qui aura comme concurrentes la nouvelle Nissan Leaf ou la Seat el-Born, naîtra en série avec l’envie de jouer à fond la carte charme en arborant un design ludique et des couleurs de carrosserie chatoyantes. Sous la planche de bord au dessin épuré, ne cherchez pas le levier de vitesse, il n’y en a pas. Les commandes se trouvent à côté du volant. Et sur la console centrale, Volkswagen a fait quasiment tabula rasa de boutons. Une ambiance futuriste donc, voire « révolutionnaire » selon les termes de communication de Volkswagen, à bord de l’ID.3 dont l’écran tactile renferme toutes les informations. Derrière le volant, vous pourrez découvrir un second écran qui sert de poste d’instrumentation au conducteur. Niveau habitabilité, pas d’inquiétude : l’ID.3 a de la suite dans les idées et compte bien offrir, grâce à son empattement généreux, un maximum d’espace aux passagers avant comme arrière. A l’arrière, un accoudoir central intègre deux porte gobelets et deux prises USB sont disponibles. Pour offrir un maximum de luminosité, les vitres latérales sont particulièrement grandes et le toit panoramique est vitré. Enfin, le coffre de l’ID.3 est de 380 litres, autant qu’une Golf, avec, en plus, un double fond.

ID.3 : Une autonomie comprise entre 330 km et 550 km

Deux moteurs au choix pour la Volkswagen ID.3 : le 150 ou le 204 chevaux. Et trois batteries aux capacités plus ou moins importantes : 45, 58 et 77 kW. De quoi lui donner une autonomie de 330, 420 ou 550 km. Ça tombe bien puisque l’autonomie demeure un véritable frein au moment d’acheter une voiture électrique. Par ailleurs, Volkswagen annonce que l’ID.3 peut récupérer 260 km d’autonomie en 30 minutes via un chargeur rapide de 100 kW, malheureusement encore trop rare sur nos routes en France.

Partagez l'article sur :