Sécurité routière

Pneus neige obligatoires : tout ce qu’il faut savoir

Accueil » Pneus neige obligatoires : tout ce qu’il faut savoir

Seul point de contact avec la route, les pneumatiques jouent un rôle prépondérant dans la qualité de conduite d’un véhicule. C’est pourquoi, il est important d’adapter ses pneumatiques aux conditions météorologiques pour s’assurer la meilleure tenue de route. Les pneus hiver sont ainsi conçus et fabriqués pour s’accommoder avec la neige, la pluie, le froid et le verglas.

pneus neige obligatoires en france

Les caractéristiques des pneus hiver

Un pneu hiver est fabriqué avec des gommes spécifiques qui montrent toute leur efficacité quand la température baisse. Ces gommes ne gèlent pas et demeurent flexibles en toutes circonstances, offrant une sécurité accrue aux occupants de la voiture. Pour garder leur efficience sous de basses températures, ces pneus sont dotés de nombreuses lamelles ou de larges rainures afin de faciliter l’évacuation de la neige fondue ou de l’eau, sans toutefois contrarier la rigidité de l’ensemble. De cette façon, ils restent en contact avec le sol, malgré les conditions atmosphériques et l’état de la route.

Il est recommandé d’utiliser ce type de pneu quand la température de la route passe sous la barre des 7 °C, c’est-à-dire dès mi-septembre ou fin octobre au plus tard selon les régions. Il ne faut donc pas attendre les premières chutes de neige pour mettre équiper votre voiture. D’ailleurs, en optant pour ces pneus, l’automobiliste augmente son confort au volant.

Pneus neige : quels avantages ?

  • Grâce à leur souplesse, ils améliorent l’adhérence du véhicule à basse température,
  • Les risques d’aquaplaning sont également réduits, car leur profil facilite l’évacuation de l’eau,
  • Les pneus hiver assurent un meilleur freinage. Le conducteur bénéficie d’une plus grande stabilité et d’une bonne maniabilité sur les routes hivernales,
  • La distance de freinage à une température inférieure à 7 °C est de 64 mètres pour des pneus hiver et de 70 mètres pour des pneus d’été si le véhicule roule à 90 km/h. S’équiper de pneus hiver améliore par conséquent la sécurité du pilote et des passagers,
  • L’usure des pneus hiver sur une route à moins de 7 °C est moins importante que celle des pneus été. Leur utilisation permet ainsi de faire des économies.

Les pneus neige obligatoires dans les zones montagneuses

L’idée des pneus hiver obligatoires dans les régions montagneuses est ancienne. Mais c’est désormais acté : à partir de l’hiver 2021, du 1er novembre au 31 mars, il faudra monter des pneumatiques hiver dans 48 départements de France dont les Alpes, les Pyrénées, la Corse ou encore le Massif Central, sous peine d’une amende. 

Toutes les régions ne sont donc pas concernées. Pour une simple et bonne raison : il faut qu’il fasse régulièrement moins de 7°C pour que les pneus hiver soient vraiment utiles et qu’ils ne s’usent pas. Ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses régions françaises. 

Les pneus neige obligatoires dans 48 départements en france

C’était une simple recommandation du Code de la Route. C’est devenu une obligation : à partir du 1er novembre prochain, la Loi Montagne II contraindra les automobilistes à se doter de pneumatiques agréés pour rouler sur les routes pendant la période hivernale.

Découvrez la liste des 48 départements concernés par la Loi Montagne

La Loi Montagne II va obliger, dès le 1er novembre 2021, les automobilistes à équiper leur voiture de pneus hiver jusqu’au 31 mars, durée de la période hivernale, dans les zones montagneuses du pays. Les 48 départements concernés par ce décret sont les suivants :

  • l’Ain (01),
  • l’Allier (03),
  • les Alpes-de-Haute-Provence (04),
  • les Hautes-Alpes (05),
  • les Alpes-Maritimes (06),
  • l’Ardèche (07),
  • l’Ariège (09),
  • l’Aude (11),
  • l’Aveyron (12),
  • le Cantal (15),
  • la Corrèze (19),
  • la Côte-d’Or (21),
  • la Creuse (23),
  • le Doubs (25),
  • la Drôme (26),
  • le Gard (30),
  • la Haute-Garonne (31),
  • l’Hérault (34),
  • l’Isère (38),
  • le Jura (39),
  • la Loire (42),
  • la Haute-Loire (43),
  • e Lot (46),
  • la Lozère (48),
  • la Meurthe-et-Moselle (54),
  • la Moselle (57),
  • la Nièvre (58),
  • le Puy-de-Dôme (63),
  • les Pyrénées-Atlantiques (64),
  • les Hautes-Pyrénées (65),
  • les Pyrénées-Orientales (66),
  • le Bas-Rhin (67),
  • le Haut-Rhin (68),
  • le Rhône (69),
  • la Haute-Saône (70),
  • la Saône-et-Loire (71),
  • la Savoie (73),
  • la Haute-Savoie (74),
  • le Tarn (81),
  • le Tarn-et-Garonne (82),
  • le Var (83),
  • le Vaucluse (84),
  • la Haute-Vienne (87),
  • les Vosges (88),
  • l’Yonne (89),
  • le Territoire de Belfort (90),
  • la Corse-du-Sud (2A),
  • la Haute-Corse (2B).

Important : l’obligation ne s’appliquera qu’à certaines communes de ces départements.

Pour rester dans les clous de la Loi Montagne

Pour répondre aux exigences de la Loi Montagne II, il faudra soit détenir des dispositifs antidérapants, soit équiper son véhicule de pneus hiver. Ces derniers devront être certifiés « 3PMSF » (3 Peak Mountain Snow Flake) ou encore « M+S », « M.S » et « M&S ».

Pour les dispositifs antidérapants, les automobilistes pourront choisir entre les chaînes métalliques et les chaussettes à neige. A noter que les voitures équipées de pneus à clous sont exonérées des obligations d’équipement.

Une bonne alternative : le pneumatique 4 saisons

On connaissait les 4 saisons de Vivaldi, il va falloir désormais s’habituer aux 4 saisons de Dunlop ou Michelin… Ces nouveaux pneumatiques que l’on appelle aussi pneus toutes-saisons ont le vent en poupe depuis l’annonce de la Loi Montagne qui oblige les automobilistes à équiper leur voiture de pneus hiver dans certains départements.

Or, les pneus 4 saisons sont des pneumatiques hybrides qui peuvent être aussi bien utilisés l’été et l’hiver. En d’autres termes, vous n’avez plus besoin de permuter vos pneus été et hiver, vous les gardez toute l’année. Avantage : économie et gain de temps.

Néanmoins, c’est le problème de l’hybride, ils sont réputés un peu moins efficaces que les pneus été pour la saison estivale, légèrement moins performants que les pneus hiver pour la saison hivernale. Du coup seront-ils acceptés par la nouvelle réglementation ?

Bonne nouvelle, la réponse est positive. A condition toutefois que vos pneus toutes-saisons soient certifiés 3PMSF. Attention, tous les pneumatiques vendus aujourd’hui n’ont pas tous le fameux marquage montagne à trois pics qui entoure un flocon de neige. Soyez vigilant !

Pneus hiver ou 4 saisons ?

Le frein principal au moment d’acheter des pneus hiver : leur prix. Car installer des pneus hiver coûte cher. Rien que pour une petite citadine, il faut compter environ 150 euros pour deux pneus et débourser jusqu’à 300 euros avec la main d’œuvre. Il faut également stocker cet équipement hivernal durant les périodes de beau temps. Et si vous n’avez pas de place dans votre garage, et que vous ne souhaitez pas jouer de la manivelle et du cric deux fois par an, il faut contacter un centre auto qui propose des abonnements au moment de l’achat pour entreposer vos pneus hiver.

Ces forfaits, qui coûtent environ 100 euros par an, offrent un stockage des roues non utilisées, et le montage et le démontage le moment venu. Les pneus appelés « 4 saisons » ont un gros avantage : inutile de les monter et de les démonter à chaque début et fin de saison hivernale.

Mais s’ils peuvent être adaptés aux automobilistes qui roulent principalement en plaine et qui ne partent pas en vacances à la montagne, les pneus 4 saisons ne peuvent constituer une bonne alternative aux pneus hiver. En effet, ils resteront toujours moins performants en terme d’adhérence, de motricité et de capacité de freinage.

A qui d’autres sont-ils conseillés ?

Si les pneus 4 saisons coûtent donc un peu moins cher, ils ne peuvent en aucun cas circuler en montagne. Les pneus hiver sont également recommandés aux automobilistes qui font beaucoup de kilomètres car ils seront plus en sécurité et pourront affronter toute sorte de situation sur la route.

Des pneus hiver pour diminuer les distances de freinage

Par rapport à un pneu été, un pneu hiver réduit par deux les distances de freinage. Grâce à sa composition et ses sculptures, le pneu hiver gagne en adhérence et sont un gage de sécurité pour les lourds SUV qui représentent aujourd’hui 30°% du marché. Surtout que la plupart de ces Crossovers ne disposent que de deux roues motrices et, avec leurs pneus de plus de 18 pouces, ont une fâcheuse tendance à se transformer en luge sur les sols verglacés.

Les pneus neige utiles dès 7 degrés

Composé de caoutchouc, de silice et de carbone, un pneu classique, lorsqu’il est bien conçu, est redoutable lorsque la température est supérieure à 7°c .

La gomme, suffisamment tendre permet d’obtenir le grip nécessaire à son adhérence. Une fonction indispensable à une bonne tenue de route en virages et surtout, à une distance de freinage qui ne soit pas inutilement allongée. Or, lorsque la température baisse, ces pneus « été » ont une fâcheuse tendance à durcir, ce qui les rend moins opérant sur les routes hivernales, même quand elles sont totalement sèches, sans neige ni verglas.

Les pneus hiver, quant à eux, restent souples jusqu’à -20°c, gage d’une meilleure sécurité. En revanche, de par leur structure, ils sont moins efficaces que les pneus traditionnels dès le beau temps, et un peu de chaleur, revenu.

D’ou la nécessité de les changer à la belle saison.

Indispensables sur la neige et le verglas

Si les pneus contact sont déjà fort utiles par temps sec et froid, ils deviennent véritablement indispensables en cas de neige ou de verglas. Leur composition, mais aussi leurs sculptures, permettent de conserver le minimum d’adhérence nécessaire pour évoluer dans pareille situation.

Le recours à cette monte hivernale devient d’autant plus nécessaire lorsque l’on conduit un SUV. Ces autos, qui représentent aujourd’hui 30°% du marché, sont non seulement plus lourdes que les berlines traditionnelles, ce qui nuit à leur adhérence, mais de plus, elles sont généralement munies de pneus plus larges.

Et plus l’empreinte au sol d’une auto est conséquente, moins elle se sort sans encombre d’une situation enneigée ou verglacée. Surtout que la plupart de ces Crossovers ne disposent que de deux roues motrices et ont une fâcheuse tendance à se transformer en luge dans la poudreuse. A l’inverse sur une route sèche, les pneus larges sont recommandés.

Pour se convaincre de ce phénomène, il suffit d’observer une voiture de rallye : lors des épreuves sur neige, les bolides arborent les roues les plus fines possibles pour glisser le moins possible. Et sur les épreuves sèches, ses pneus sont le plus larges possibles.

Quel coût faut-il prévoir pour équiper sa voiture de pneus neige ?

Évidemment, ces pneus hiver réclament un budget supplémentaire, d’autant qu’il faut obligatoirement équiper sa voiture de quatre pneus contact. Et il faut les changer pour des gommes été dès le printemps. La plupart des adeptes s’équipent également de jantes spécifiques, qui leur évitent la fastidieuse manœuvre de dépose des gommes deux fois par an. Une manœuvre qui risque, de surcroît de les abîmer.

Il faut investir entre 400 et 1000 euros pour s’offrir un jeu complet. Il faut aussi stocker cet équipement hivernal durant la belle saison. Pour ceux qui n’ont pas de place dans leur garage, et ne souhaitent pas jouer de la manivelle et du cric deux fois l’an, la plupart des centres auto propose des abonnements que l’on peut contracter au moment de l’achat.

Ces forfaits, qui coûtent environ 100 euros par an, offrent un stockage des roues non utilisées, et le montage et le démontage le moment venu. Évidemment, l’addition totale augmente quelque peu un budget automobile déjà conséquent. Mais une sortie de route sur une voie enneigée ou verglacée peu l’alourdir beaucoup plus. D’autant qu’elle peut prendre des proportions autrement plus graves qu’une simple tôle froissée.

Comment reconnaître un pneu hiver ?

Le décret impose que le véhicule soit équipé de pneus neige aux quatre roues ou de disposer de « dispositifs antidérapants amovibles » (chaînes, chaussettes à neige…) pouvant être montés sur au moins deux roues motrices. Mais comment le décret définit-il exactement un pneu hiver ? Il faut qu’il porte le marquage « M+S » (Mud + Snow), seul ou associé au marquage « alpin » représentant trois pics de montagne avec un flocon de neige (symbole appelé 3PMSF pour « Three Peak Mountain Snow Flake »). Dès 2024, seuls les pneumatiques affichant ces deux marquages seront considérés comme des pneus neige. 

La fin d’un désastre environnemental

L’utilisation des pneus hiver sera un plus pour la sécurité des automobilistes mais aussi pour la sauvegarde de l’environnement. Car si le sel déversé pour accélérer la fonte de la neige sur les routes et trottoir est effectivement très efficace, la quantité qu’il faut déverser chaque hiver a des conséquences évidentes sur la faune et la flore. 

Or, la moitié de la production mondiale de sel est utilisée pour le salage des routes. De quoi brûler la végétation et infiltrer les sols. Imposer le pneumatique hiver pourrait donc permettre de réduire la quantité de sel déversée sur les routes.

Les conseils de Vivacar sur l’utilisation des pneus hiver

  • Il est important d’équiper les quatre roues de l’automobile en pneus hiver afin d’écarter tout risque de tête-à-queue,
  • Les propriétaires de 4×4 et de SUV devraient également adopter les pneus hiver. En effet, leur véhicule est plus lourd et les phases de freinage représentent un important danger en l’absence de pneus hiver.

Retrouvez également nos conseils pour rouler par temps de pluie ou neige.

Auteur-Charlotte-Laugier-bloggeuse-automobile
Anne-Charlotte Laugier, journaliste, blogueuse et romancière (Ramsay)