Pastille verte : lutte contre la pollution des voitures

Le 2 juin dernier, la Ministre de l’Écologie Ségolène Royal a annoncé des mesures pour lutter contre la pollution des voitures. Parmi elles, la mise en place d’un « certificat qualité de l’air » équivalent de la fameuse pastille verte mise en place en 1998 et supprimée en 2003. Vous allez bientôt acquérir un véhicule ? Découvrez les enjeux de cette mesure qui fait déjà beaucoup parler d’elle.

Pastille verte le retour ?

Dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’air, la Ministre a annoncé la mise en place sur les pare-brise de pastilles allant du bleu au gris permettant d’indiquer le niveau de pollution des véhicules. Le dispositif qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2016 est incitatif et non pas obligatoire. Il visera à inciter les Français à acheter des voitures moins polluantes. La « pastille verte » ouvrirait en effet la porte à de nombreux avantages dont notamment le stationnement gratuit et la possibilité de circuler lors des pics de pollution. Le dispositif qui avait été supprimé en 2003 est ici revu pour permettre de coller au mieux aux véhicules en circulation.

7 niveaux de couleur sont ainsi définis, allant du bleu le plus clair pour les véhicules électriques au gris pour les véhicules considérés comme les plus polluants (diesel et essence sortis avant le 31 décembre 1996). Le dispositif ne précise pas encore si les véhicules hybrides pourront bénéficier de la pastille bleu clair comme les électriques.Pastille verte

Pollution voiture : vers la création de zones restreintes ?

L’objectif annoncé est de proposer une solution de remplacement à la circulation alternée actuellement en vigueur en cas de pic de pollution. Certains types de pastilles seraient ainsi interdites de circuler les jours d’alerte aux particules fines. Le dispositif pourrait aussi permettre aux communes qui le souhaitent de mettre en place facilement la création de zones restreintes, notamment dans les centres villes. L’accès à ces zones seraient réservés aux véhicules les plus propres qui pourraient bénéficier en complément de tarifs de stationnement préférentiels. Pour le moment, seules quelques municipalités pourront tester ces mesures sur la base du volontariat en déposant un dossier de candidature.

Dernière évolution par rapport à la pastille verte précédente, cette dernière aura désormais un coût : 5 euros par an (avec une période de gratuité pendant les 6 premiers mois du dispositif du 1er janvier au 30 juin 2016).

Si vous désirez acquérir un véhicule peu polluant, vous pouvez retrouver nos offres de voitures électriques et de voitures hybrides d’occasion sur Vivacar.fr.

Partagez l'article sur :