Mazda MX-30 : le premier modèle électrique du japonais

A l’instar de Nissan avec le Ariya, Mazda se lance dans la bataille du véhicule électrique avec le SUV compact Mazda MX-30. Commercialisé en septembre 2020, ce modèle qui se plaît à bousculer les codes, est déjà disponible à la commande.

Mazda MX-30

Mazda MX-30 : un SUV électrique surprenant 

C’est au salon de Tokyo que Mazda a décidé de lever le voile sur son tout premier véhicule électrique : le Mazda MX-30. Si son nom évoque plutôt celui d’un roadster, son gabarit est bien celui d’un SUV : il s’intercale entre le CX-3 (4,28 m) et le CX-30 (4,39 m). Si le constructeur japonais a choisi l’appellation MX, c’est parce que cette voiture électrique prend des allures de coupé grâce à des portes antagonistes bien camouflées donnant accès aux places arrière. Un type d’ouverture rarissime sur un SUV puisque, à part le Toyota FJ Cruiser, les baroudeurs ne s’en affublent jamais. Outre l’effet de style, ce système de portes permet surtout d’améliorer l’accès aux places arrière. Autre note originale qu’ajoute Mazda a son premier modèle électrifié et qui le distingue du reste du catalogue : une livrée bicolore qui rend le profil plus aérien en étirant davantage les lignes. L’avant du Mazda MX-30 a également un rôle primordial puisqu’il fait tabula rasa des codes passés et lance une calandre au design agressif, renouvelant ainsi le style de la marque. Dans l’habitacle, clin d’œil à l’époque où la marque nippone était spécialisée dans la fabrication de bouchons pour l’industrie vinicole : la console centrale est en liège. De quoi défier les codes du segment. Le Mazda MX-30 se démarque aussi par sa technologie embarquée : affichage tête haute, écran tactile pour les réglages de la climatisation, compteurs numériques.

Batterie électrique avec prolongateur d’autonomie

Ce Mazda MX-30 au design moderne est aussi le tout premier à embarquer une motorisation électrique. Le moteur e-Skyactiv qui développe 140 chevaux  sera le seul et l’unique. Avec ses 265 Nm de couple, sa motorisation ne fera pas pâle figure face au nouveau Peugeot e-2008 avec lequel le SUV nippon sera en compétition. En revanche, ça pèche du côté de l’autonomie. Alors que le baroudeur sochalien revendique 310 km, le Mazda MX-30 ne peut parcourir plus de 200 km en 100% électrique. Une autonomie limitée qui pourrait être son talon d’achille si le constructeur n’avait pas trouvé la parade en installant un moteur rotatif faisant office de prolongateur d’autonomie. Mais Mazda se défend en citant une enquête menée par Ipsos Mori début 2019 auprès de conducteurs issus de différents marchés européens : « C’est largement supérieur au kilométrage moyen (48 km) parcouru quotidiennement par les automobilistes européens. Nous avons fait le choix de créer un véhicule électrique destiné à être utilisé en seconde voiture, et doté d’une autonomie répondant aux besoins de nos clients ».

Mazda MX-30 : déjà disponible à la réservation 

Déjà prêt à être adopté moyennant une réservation réalisée avec un acompte de 1.000 euros, le nouveau Mazda MX-30 déboulera en concessions en septembre 2020 seulement. Une série spéciale First Edition affichée à partir de 34 400 euros (batterie incluse et hors bonus écologique de 6000 euros), fera office de lancement. A ce tarif-là, les clients auront droit à une généreuse dotation avec, notamment, sièges chauffants, régulateur adaptatif, radars de stationnement à l’avant et à l’arrière, navigation et affichage tête-haute. Cerise sur le gâteau, Mazda offre également la wallbox de 7,4 kW avec cette édition limitée de sa toute première auto électrique. Le Mazda MX-30  est donc fin prêt à faire des appels de phare à la clientèle en se démarquant nettement du reste de la gamme. 

Partagez l'article sur :