La Renault Clio revient en… diesel

La Renault Clio. Un best-seller qui s’est vendu, en un peu plus de trente ans, à plus de 15 millions d’exemplaires à travers le monde. Longtemps leader du segment B en Europe, elle vient de perdre son leadership face à la Peugeot 208. Et si la raison de cette fausse note était l’absence de modèle diesel au catalogue depuis la fin de l’année dernière ? Dans le doute, le constructeur français réagit en proposant sous le capot de sa Clio un nouveau bloc BluedCi de 100 chevaux.

Une version très bien équipée

Disponible en version haut de gamme Intens, cette Clio qui tourne au mazout constitue à n’en pas douter une réponse à ceux très nombreux, surtout en zone rurale, qui recherchent un coût au kilomètre inégalable et une autonomie intéressante. Les résultats des ventes de ce modèle dans les prochains mois nous diront si le gazole représente toujours un intérêt pour les acheteurs. Ce qui est certain, c’est que les acquéreurs de cette Clio BluedCi ne se tromperont pas. Cette cinquième génération de Clio est vraiment bien née. En particulier cette version Intens très bien équipée.

Renault Clio diesel : une impression de premium

La citadine française dispose d’une nouvelle planche de bord tricolore extrêmement flatteuse, avec un design en vogue, des matériaux de qualité, en nette progression par rapport à l’ancienne génération.  Le magnifique écran multimédia de 9,3 pouces inspiré du Renault Espace, les fameuses touches piano, le tableau de bord entièrement numérique de 10 pouces confèrent à cette Clio une réelle impression de prémium. Les sièges totalement redessinés assurent un très bon confort, un maintien honorable et du coup une position de conduite très agréable. Les sièges arrière sont plutôt accueillants pour une citadine et l’espace aux jambes suffisant. Quant au coffre, il gagne 40 litres par rapport au modèle précédent pour atteindre 340 litres.

Renault Clio diesel : Agréable à conduire

Avec cette cinquième génération de Clio, Renault nous promettait un agrément de conduite, une agilité et un confort à la hausse. Au niveau de l’agrément de conduite, c’est indéniable, grâce à une direction plus directe, plus incisive offrant un meilleur ressenti, mais aussi un train avant plus rigide et du coup une meilleure précision de conduite. L’amortissement est lui aussi plus ferme, avec une course réduite et par conséquent un roulis parfaitement maîtrisé. Quant au train arrière, comme sur toutes les Clio, il se contente d’enrouler, de suivre le mouvement, sans jamais se montrer piégeux. Bref, toujours une référence en termes de sécurité active.

Le seul petit bémol vient du fait que cette nouvelle génération s’est raffermi, et du coup, elle perd en confort. Sans être inconfortable, elle est devenue beaucoup plus ferme, se rapprochant ainsi des standards allemands dans ce domaine. Pas sûr que les amateurs d’anciennes Clio apprécient. Autre évolution importante en matière de confort : une insonorisation aérodynamique et mécanique de tout premier ordre.

BluedCi 100 cv, un excellent moteur

La quatre cylindres 1,5 litres turbo de cette Clio dispose d’une boîte manuelle à six rapports. A noter qu’elle ne proposera malheureusement pas de boîte automatique. Néanmoins, ce moteur constitue une référence à la fois en termes d’agrément de conduite, de consommation (consommation mixte de 4,3 l/100 km), mais également, on l’a vu, en termes de discrétion.

Renault Clio diesel : Un excellent bilan, mais…

Le bilan de cette Clio BluedCi 100 cv est positif. La citadine tient le haut du pavé face à la concurrence, qu’elle soit germanique ou française. Reste que dans un contexte où le gasoil s’apprête à être banni de nos centre-villes, est-il vraiment opportun d’acquérir aujourd’hui une voiture diesel ? Pour Renault, la réponse est oui. Et pour vous ?

Prix : 23 500 euros (en finition Intens)