Nouvelle Golf R : plus haut, plus loin, plus fort

La nouvelle Golf R sera peut-être la dernière. Volkswagen a, en effet, choisi d’abandonner prochainement la production des voitures « atmosphériques ». Hasard ou coïncidence, cette nouvelle mouture mérite tous les superlatifs. Entre autres parce qu’il s’agit de la Golf la plus puissante jamais construite par Volkswagen.

Golf R

Toujours plus performantes, toujours plus rapides : les berlines compactes sportives s’affrontent dans une course effrénée à la puissance. Depuis 2002, la Golf R repousse les limites de la sportivité chez Volkswagen. Pour sa cinquième génération, la bête se rebelle encore un peu plus en devenant la Golf la plus rapide de l’histoire.

Rapide et redoutable

Plus que sa vitesse de pointe (bridée à 270 km/h avec le Pack R Performance), la Golf R impressionne par sa vivacité à l’accélération et ses reprises monstrueuses, avec un 0 à 100 km/h abattu en seulement 4,7 secondes, mieux qu’une certaine Audi S3 ou qu’une Honda Civic Type R, l’une des compactes survitaminées les plus radicales du marché. Des performances réservées il n’y a pas si longtemps à une certaine Porsche 911… Pour y parvenir, Volkswagen a retravaillé son moteur : le 4 cylindres 2 litres turbo gagne 20 cv et 20 newton/mètres de couple par rapport à l’ancienne génération pour atteindre 320 cv. 

La révolution du 4Motion

Le constructeur y a ajouté son nouveau système transmission intégrale, le 4Motion avec vectorisation du couple R Performance, qui distribue la puissance du moteur aux quatre roues motrices. Ce système ingénieux permet de répartir la puissance du moteur entre les essieux avant et arrière, bien sûr, mais aussi de manière variable entre les deux roues arrière.  Grande première également, la transmission intégrale est connectée à d’autres systèmes du train de roulement comme le blocage de différentiel électronique avant (XDS) et le contrôle adaptatif du châssis (DCC) via le Système de Gestion de Comportement Dynamique. 

On dirait une Golf !

Bien entendu, cette retouche mécanique s’accompagne d’une mise à jour esthétique. On reproche souvent à la dernière Golf de ressembler comme deux gouttes d’eau à la précédente génération. Avec cette nouvelle R, c’est encore une fois le cas. Plus trapue, plus aérodynamique, plus méchante, que la Golf « normale », elle garde de nombreuses similitudes avec l’ancienne R. Hormis ses boucliers ajourés à l’avant et ses ailes élargies, la Golf R montre un tempérament peut-être un peu trop sage. Quelques attributs lui donnent néanmoins un look sportif comme la barre transversale bleue sur la calandre, quatre sorties d’échappement chromées, des prises d’air supplémentaires sans oublier les magnifiques jantes de 19 pouces. Dans l’habitacle, on retrouve les sièges sport en cuir Nappa, un tableau de bord entièrement numérique, le tout dernier Digital Cockpit du constructeur allemand, un écran tactile Discover Pro de 10 pouces, un éclairage ambiant 30 couleurs, un affichage R-View en 3D… Rien ne manque à cette sportive polyvalente qui ne veut surtout pas oublier ceux qui ne recherchent pas seulement les performances.

Golf R : sportive et bourgeoise à la fois

Car aussi rebelle soit-elle, la R reste une Golf, c’est-à-dire la berline compacte la plus vendue en Europe, la voiture familiale par excellence. Il faut donc qu’elle soit vivable au quotidien. Et bien sûr, c’est le cas avec cette voiture, avec un amortissement piloté réglable en 15 modes, avec un mode confort formidable et sa direction légère et précise, son insonorité étonnante, à tel point qu’on se demande si on est vraiment au volant de la même auto. Cette Golf R navigue parfaitement entre les deux mondes : le monde des sportives radicales avec ses performances ahurissantes ; celui des berlines compactes de tout premier ordre avec un confort de conduite inégalé.