Panne sur la route des vacances : que faire ?

panne-route-vacances

Route des vacances rime avec affluence. L’été, 8 Français sur 10 utilisent la voiture comme moyen de transport. Et à cause du trafic plus dense et de la chaleur, une auto tombe en panne toutes les minutes sur l’autoroute. Vivacar.fr vous livre les gestes à adopter en cas de nécessité.

Départ en vacances : une assistance pour les pépins

Avant le grand départ en vacances, s’assurer de disposer d’une assistance qui n’est pas incluse dans tous les contrats s’avère être une bonne idée. Cette garantie, indispensable lorsque l’on part à plus de 100km du domicile, intervient en cas d’accident, et parfois, selon le type de contrats, en cas de panne, d’erreur de carburant ou de crevaison. Généralement, l’assistance prend en charge le dépannage ou le remorquage de la voiture. Elle déniche également une solution de transport ou d’hébergement si la voiture est immobilisée. Elle assure aussi le rapatriement des personnes blessées ou décédées. Enfin, à l’étranger, l’assistance rembourse généralement les frais médicaux.

Un coffre de toit ou une remorque? Là encore, l’assurance auto couvre ces équipements via la garantie « accessoires » proposée, le plus souvent, en option. Si le poids total de la remorque est inférieur à 750kg, l’assurance couvre, en principe sans surcoût, la responsabilité civile. Ainsi, les dégâts éventuels causés par la remorque (si elle se détache par exemple), seront remboursés. Au-delà de 750 kg, il faut prendre une option ou un contrat spécifique, qui coûte quelques dizaines d’euros par an.

L’assurance à l’étranger

A l’étranger, l’assurance couvre la plupart des pays, et notamment ceux de l’Union Européenne. Avant le grand départ, il faut s’assurer que le pays de destination est bien mentionné sur la carte verte. Si ce n’est pas le cas, il faut prendre une extension de garantie pour le pays non mentionné ou souscrire une assurance spécifique. Bien sûr, en plus des papiers de la voiture, il faut toujours avoir à portée de main les numéros de téléphone de l’assurance et de l’assistance. Un exemplaire de constat amiable est également à prévoir en cas d’accident. Cette dernière est utilisable dans toute l’Union Européenne et à remplir dans sa langue natale.

Comment réagir en cas de panne sur l’autoroute

Dès les premiers signes inquiétants, il faut rejoindre la bande d’arrêt d’urgence et allumer les feux de détresse. Puis enfiler le gilet jaune et placer le triangle de signalisation à une trentaine de mètres derrière la voiture. Tous les passagers doivent se mettre à l’abri derrière la glissière de sécurité. Bien sûr, il ne faut pas tenter d’arrêter d’autres véhicules, traverser l’autoroute ni même tenter d’effectuer soi-même les réparations. Les bornes d’appel d’urgence disposées tous les 2 kilomètres sont là pour prévenir les secours. S’il le peut, le dépanneur procède à la réparation du véhicule sur la bande d’arrêt d’urgence. Sinon, ce sera le remorquage jusqu’à l’aire de repos la plus proche ou bien dans un garage selon la volonté de l’automobiliste.

Panne sur la route

La voiture tombe en panne sur une route, en pleine nuit, loin du domicile ? Pas de panique. Grâce aux smartphones, plus besoin de faire du stop. Mais reste à savoir qui joindre. Chaque compagnie d’assurance ou de mutuelle propose dans leur contrat, un service d’assistance, joignable par un numéro gratuit, 7J/7, 24H/24. Lorsque la configuration s’y prête, le dépanneur répare le véhicule sur place ou bien dans le garage le plus proche, car, bien souvent, la panne mécanique d’autrefois s’est transformée en bug informatique. Certaines pannes peuvent néanmoins être évitées à condition d’avoir pris soin, avant de prendre la route des vacances, de faire le plein, de posséder un cric et une roue de secours en cas de crevaison.