X5 à Hydrogène : BMW se relance dans l’aventure

BMW dévoilera un X5 à hydrogène en 2022 élaboré en coopération avec Toyota. De son côté, fin 2020, le constructeur japonais présentera sa Mirai seconde génération.

X5 à hydrogène

Depuis des décennies BMW a développé la technologie du moteur à combustion alimenté par de l’hydrogène liquéfié. Une flotte de 100 BMW Série 7 « Clean Energy » avaient couvert des millions de km en 2008/2009 entre les mains de la presse et d’utilisateurs en conditions réelles. Depuis 2013, BMW élabore des modèles à pile à combustible avec l’aide précieuse du géant japonais Toyota. Ce dernier est, en effet, très avancé dans le domaine ce qui s’est matérialisé par la Toyota Mirai qui a été le premier modèle à hydrogène produit en petite série. La Mirai, ovni roulant, a été commercialisée en 2014 et la seconde génération X5 à l’hydrogène sortira de sa coquille fin 2020 si l’épidémie de Coronavirus ne bouscule pas le planning.

X5 à l’hydrogène: premier modèle BMW à pile à combustible 

Tandis que Toyota enfonce le clou avec une nouvelle Mirai, BMW s’apprête à commercialiser son premier modèle de petite série à pile à combustible. On parle plutôt de dizaines que de centaines. Basé sur le X5 actuel, ce nouveau modèle X5 à l’hydrogène de 374 ch recevra deux réservoirs pouvant stocker jusqu’à 6 kg d’hydrogène sous pression. Ces réservoirs qui occuperont le tunnel de la transmission, et un espace transversal caché sous la banquette arrière, alimenteront une pile à combustible de 125 kW (170 ch) développée par BMW appuyée par une batterie et le moteur électrique autorisant une puissance cumulée culminant à 275 kW (374 ch).

Une mobilité sans émission

Klaus Fröhlich de la section Recherche et Développement BMW, est convaincu que « différents systèmes de propulsion alternatifs existeront en parallèle à l’avenir, car il n’existe pas de solution unique qui réponde à l’ensemble des besoins de mobilité des clients dans le monde entier ». Il précise que la technologie de la pile à combustible à hydrogène « pourrait très bien devenir le quatrième pilier de notre gamme de groupes motopropulseurs à long terme. Les modèles haut de gamme de notre très populaire famille X feraient ici des candidats particulièrement appropriés ». De quoi réaffirmer l’engagement de BMW à suivre les voies vers une mobilité sans émissions. Pour ce faire, BMW travaille main dans la main avec Toyota Motor Corporation sur la technologie des piles à combustible depuis 2013 et notamment pour la futur X5 à hydrogène.

Une infrastructure qui fait défaut

L’autonomie de la BMW X5 à hydrogène n’a pas encore été précisé. Elle devrait, compte tenu de son gabarit, tourner entre 500 et 600 km. Mais l’intérêt principal de la pile à combustible est ailleurs : quelques minutes seulement suffisent à faire un plein. Encore faut-il débusquer une station-service. L’Hexagone en compte 26 opérationnelles et 34 sont en projet. La France fait partie des pays les plus dynamiques, juste derrière l’Allemagne leader européen incontesté avec 87 stations.  Cependant, tandis que le reste de l’Europe se concentre sur celles accessibles au grand public, la plupart des stations françaises sont destinées aux bus et flottes de véhicules de livraison. Alors, en attendant que la voiture X5 à hydrogène sorte de sa niche expérimentale et entre dans une ère de développement de masse, BMW prévoit, comme Toyota, que l’hydrogène trouve sa première application sur des engins commerciaux aux trajets prédéfinis, et notamment pour des poids lourds pour lesquels l’électrification par batterie se montre économiquement et techniquement plus ardue que pour des véhicules légers. BMW met également à profiter le temps qui lui reste pour réduire considérablement le coût de fabrication du système de propulsion. BMW propose déjà sur le marché une vaste gamme de véhicules électriques (utilisant une énergie renouvelable) et hybrides rechargeables, et élargira encore son offre prochainement. Au total, 25 modèles électrifiés sont prévus pour un lancement d’ici 2023, dont au moins 12 modèles 100 % électriques.

Partagez l'article sur :