Voitures électriques haut de gamme : le sport et le luxe basculent à leur tour

Alors que Bentley prévoit d’arrêter le thermique en 2030, Lotus annonce son premier SUV tout électrique dans deux ans. Du côté de chez Porsche, un quart des salariés seront formés à cette nouvelle technologie. Du côté de ces marques mythiques, la grande mutation est entamée.

voiture electrique haut de gamme : Porsche Mission E
Porsche a présenté la Mission E, un concept car 100% électrique qui se retrouve 80% de sa charge en seulement 15 minutes.

Adieu V8 et W12, la marque anglaise Bentley (propriété du groupe Volkswagen) lâche l’affaire. En dévoilant son programme des années à venir, le constructeur de voitures de luxe centenaire est clair : en 2030, aucune auto ne sortira de son usine de Crewe en Grande Bretagne avec un moteur thermique. Est-ce un choix ? L’autre marque britannique, Lotus est moins radicale. Sauf que sa grande nouveauté à venir, le SUV Evija, sera lui aussi, équipé d’un moteur électrique. Une mutation à venir pour ses deux marques, mais qui est déjà entamée chez un autre constructeur de voitures de sport : Porsche. Si la Taycan est aujourd’hui la première auto à watts de Zuffenhausen, d’autres devraient suivre. A tel point que la marque a d’ores et déjà prévu de reconvertir 25% de ses 22 000 salariés à cette technologie.

Bentley : stratégie électrification Beyond100

La marque de voitures de luxe centenaire qu’est Bentley compte bien devenir un nouveau modèle de durabilité et d’éthique dans l’univers de l’automobile de luxe. Comment ? En entamant le programme d’électrification Beyond100 qui débutera avant 2030 puisque la Bentley Bentayga existe déjà en hybride rechargeable : un V6 essence de 340 ch et un moteur électrique de 128 chevaux. En 2025, le programme Beyond100 prévoit la première Bentley zéro émission, marquant son entrée sur le marché des voitures électriques haut de gamme. Cinq ans plus tard, exit le thermique et l’hybride qui ne seront plus au catalogue. La stratégie Beyond100 s’accompagne d’un programme pour réduire de 75% l’empreinte environnementale des usines Bentley en 2025, par rapport aux chiffres de 2010.

Lotus Evija : hypercar électrique 

Des autos de sport ultra-légères, un rapport poids-puissance permettant des accélérations redoutables… On connaît Lotus pour cette efficacité de très haut niveau. Et, depuis que les Chinois de Geely ont racheté le petit constructeur anglais,  Lotus rime désormais avec électricité. La marque opère en effet un virage vers les autos 100% électrique et les supercars. L’Evija, sa nouvelle voiture de sport, affiche d’ailleurs une fiche technique hallucinante : 2000 chevaux, un 0 à 100 km/h en près de 2 secondes et une vitesse de pointe qui se limite à 320 km/h par souci d’économiser les batteries de 70 kWh. De fortes sensations promises au conducteur qui disposera de différents modes de conduite, permettant à la supercar électrique de s’adapter à toutes les situations. Le constructeur d’Hethel devrait lui aussi céder aux sirènes du SUV et présenter son premier modèle de ce type d’ici 2022. Connu sous le nom de code Lambda, ce voiture électrique haut de gamme devrait permettre à Lotus de booster ses chiffres de ventes (pour passer ainsi de 1500 unités vendues par an à 5000 modèles chaque année). Niveau technique, ce SUV allierait une puissance allant de 600 ch à 750 ch et proposerait une autonomie d’environ 650 km.

Porsche : transition vers l’électrique

Andreas Haffner, le directeur des ressources humaines de Porsche, marche sur des œufs car si la marque Porsche va devoir se réinventer, ses salariés aussi. Un quart des 22000 employés devrait ainsi passer par une reconversion pour s’adapter à la mobilité électrique. Car la réalité de la voiture électrique c’est aussi ça : moins de main d’oeuvre nécessaire en production, et des domaines de compétences à revoir pour les bureaux d’études, la comptabilité, l’informatique et tout ce qui gravite autour.

Partagez l'article sur :