Marques et modèles

4 voitures électriques à moins de 25 000 euros

Les temps ont changé. Il y a encore quelques années, malgré les aides publiques, les voitures électriques n’étaient réservées qu’aux bourses bien fournies. Aujourd’hui, les constructeurs ont fait des efforts et chacun d’entre nous peut rouler en électrique sans se ruiner. Nous avons sélectionné 4 modèles à moins de 25 000 euros (hors bonus).

Dacia spring, la moins chère

dacia spring voitures électriques

Impossible de débuter ce top 5 des voitures électriques « low cost » sans évoquer la Dacia Spring, la moins chère de toutes. Sous son look de SUV se cache une citadine dotée d’une habitabilité plutôt généreuse avec 4 vraies places, d’une motorisation électrique simple et fiable et d’une autonomie de 230 km (WLTP combiné) et de 305 km en ville (WLTP city). Certes, la qualité des matériaux et les équipements laissent à désirer et on a un peu l’impression de conduire une Renault des années 80, le bruit en moins. On sent bien que le constructeur en a bavé pour tirer les prix vers le bas… Reste que pour 12 400 euros, bonus déduit, Dacia propose une vraie citadine zero émission plutôt maniable, capable de se faufiler dans les villes et de déposer vos enfants à l’école ou de faire vos courses.

Renault twingo ZE, la plus sympa

voitures électriques

Troisième et dernière génération de la Twingo, la petite citadine Renault vaut vraiment le détour. Celle qui se prévalait d’être la moins chère des voitures électriques avant l’arrivée de sa cousine (21 350 euros hors bonus), conserve les mêmes lignes que la version thermique. La bonne surprise de cette twingo électrique, c’est son comportement routier et notamment ses accélérations fulgurantes qui en font la reine des feux rouges, grâce à son couple immédiat de 160 Nm.  Au demeurant, elle conserve bien sûr toutes les qualités de sa sœur thermique : son gabarit « passe partout » (3,61 m), son étonnante maniabilité et son incroyable habitabilité. Autre bon point : la possibilité de programmer son itinéraire en fonction des bornes de recharge.

Volkswagen e-Up, la plus maline des voitures électriques

voitures électriques

La e-Up, déclinaison électrique de la mini citadine Up de Volkswagen, constitue une alternative intéressante aux voitures électriques concurrentes françaises. Commercialisée depuis 2013, la e-Up a été le premier modèle 100% électrique de Volkswagen. La version actuelle a été améliorée avec une batterie qui a doublé sa capacité (32,3 kWh) et donc une autonomie plus grande annoncée (260 km WLPT). L’intérieur un peu austère avec une planche de bord ornée de plastiques durs reçoit néanmoins des compteurs analogiques et un minuscule écran monochrome. Bien vu : à défaut d’écran multimédia, un socle permet d’installer votre smartphone et de le jumeler avec la voiture. La e-Up reste très agréable à conduire en ville : ses 83 ch et 212 Nm de couple lui confèrent une pèche largement suffisante. Son faible prix (23 440 euros hors bonus) constitue un atout indéniable, même si son clone, la Skoda Citigo est encore moins chère (21 600 euros hors bonus), mais moins bien équipée.

Fiat 500 e, la voiture électrique plus mythique

C’est la plus chic des voiture électriques de notre sélection : la Fiat 500 e va sans doute séduire les fans de l’iconique Fiat 500 même si cette version électrique a été entièrement repensée. On vous a déjà dit ici tout le bien que l’on pensait de la citadine préférée des femmes, notamment en termes d’équipements et de dotations. Néanmoins, pour passer sous la barre des 25 000 euros, seule la version Action sera disponible. C’est l’entrée de gamme de la Fiat 500 e, la moins chère donc, mais du coup la moins bien lotie. Pas d’écran tactile, mais un support pour installer votre smartphone et un intérieur globalement moins flatteur que les autres versions même si elle accueille le mythique tableau de bord numérique de 7 pouces. Côté performance, c’est forcément un ton en dessous également, avec une capacité électrique de seulement 23,7 kWh et une autonomie de 185 km WLTP.