Les Français préfèrent les voitures d’occasion

La 12ème édition du baromètre annuel « Les Français et l’automobile » confirme la tendance esquissée l’an dernier : les Français plébiscitent les voitures d’occasion, made in France si possible.

voitures-d’occasion-

Les Français plébiscitent les voitures d’occasion. La tendance était présente depuis plusieurs années, mais cette fois, elle est claire : parmi les 83% de Français qui déclarent avoir l’intention d’acheter une voiture dans un horizon plus ou moins proche, 66% envisagent l’achat d’une occasion récente plutôt que neuve. Ce basculement des intentions d’achat a bien sûr été accélérée par la crise du covid : les Français recherchent plus que jamais le meilleur rapport qualité-prix. Ainsi, pour 86% des Français la voiture d’occasion reconditionnée permet d’accéder au meilleur rapport qualité prix. La voiture reconditionnée permet aussi à leurs yeux de faire une bonne affaire (86%) tout en faisant un choix écologique responsable (81%). Enfin, 86% des Français considèrent que cette nouvelle offre automobile va se développer à l’avenir. A noter que selon l’étude, la voiture d’occasion « idéale » est âgée de 3 ans et 56 000 kilomètres au compteur.

Attachement profond aux voitures d’occasion des marques françaises

Autre enseignement intéressant du baromètre « Les Français et l’automobile », une augmentation importante de l’attachement aux voitures d’occasion des marques françaises. La crise sanitaire a en effet changé les comportements d’achat des Français, en marquant un recentrage en faveur des productions locales, des circuits courts et donc une préférence pour les marques françaises. Bien évidemment, la voiture n’échappe pas à cette tendance, avec un attachement aux marques automobiles françaises qui n’a jamais été aussi fort depuis 8 ans : 57% cette année, contre 50% en 2020 et 46% en 2014.

Plusieurs raisons expliquent ce recentrage vers les marques hexagonales. Parmi elles, le bon rapport qualité-prix a progressé de 14 points en 8 ans. L’envie de rester fidèle aux marques françaises se renforce aussi, avec une augmentation de 10 points (21% contre 11% en 2014). En revanche, le patriotisme économique est en repli de 20 points par rapport à 2014 (39% versus 58%). Mais, la préférence pour la production sur le sol français peut tout de même conduire les futurs acheteurs à choisir une marque étrangère : 69% des Français préféreront acheter une marque étrangère produite en France. Même si cette préférence s’érode au fil des années, les Français restent très sensibles au pays de production. Une tendance qui se confirme avec le succès commercial des Toyota « Origine France Garantie ».

Méfiance vis-à-vis des marques automobiles chinoises

Autre aspect intéressant du baromètre « Les Français et l’automobile », l’évolution de la perception des marques chinoises. Sans surprise, l’attrait pour les voitures d’occasion des marques automobiles chinoises s’est affaibli en 8 ans. En 2014, 40% se disaient prêts à considérer une marque chinoise pour un prochain achat contre seulement 34% aujourd’hui. Score sans appel : 74% des Français perçoivent les marques automobiles chinoises comme menace pour l’industrie automobile européenne et pour 68%, acheter une voiture chinoise revient à favoriser l’apparition d’un monopole chinois.

Bleu Blanc Rouge

Plus que jamais attachés aux voitures de marques françaises, neuves ou d’occasion, les Français se déclarent même prêts à payer +11% plus cher une marque française qu’une marque étrangère de gamme équivalente. Mais, le prix restant leur critère d’achat numéro un, ils envisageraient l’achat d’une marque chinoise si l’écart de prix avec une voiture européenne de gamme équivalente s’avérait être de -25%. Malgré les appréhensions à l’égard des voitures de marques chinoises, leur image low-cost, et leur achat synonyme de compromis (pour 47%), elles apparaissent aussi comme un des moyens d’obtenir un bon rapport qualité / prix (58%).

Un réel attrait pour les voitures hybrides et électriques

L’étude dévoile enfin que les motorisations hybrides et électriques remportent la préférence des futurs acheteurs, en particulier dans le neuf (39% d’intention d’achat contre 23% en 2020). Mais, là encore, le prix de ces véhicules reste le frein principal invoqué (54%) à l’achat d’une voiture électrique par les 67% des personnes qui ne sont pas encore prêtes à acheter ce type de motorisation.