Retrofit : transformer un véhicule thermique en électrique

retrofit

Techniquement, changer un véhicule thermique en véhicule électrique, c’est faisable. Mais au niveau de l’homologation, c’est plus compliqué. Dans 20 pays dans le monde, c’est possible. Mais en France, une loi de 1954 qui stipule que si l’on veut faire des changements importants sur son véhicule, il faut l’aval du constructeur. Or, le constructeur ne la donne pas pour deux raisons : d’une part, ça engage sa responsabilité même si la transformation est faite dans les règles de l’art (on respecte le poids d’origine de l’auto), d’autre part, ils préfèrent vendre des autos neuves plutôt que d’essayer de transformer le parc roulant. Encore peu présente en France à cause de ces problèmes de réglementation, la technique du « retrofit » pourrait portant être une solution très intéressante en terme d’économie et d’écologie.

Le retrofit pour donner une seconde vie aux voitures

Le retrofit permet, en effet, de redonner une seconde vie aux voitures, évitant ainsi la casse et le gaspillage, et crée, en prime, des emplois au sein des garages tout en générant des économies sur le long terme pour les automobilistes grâce à des coûts énergétiques et de maintenances faibles. L’entreprise Retrofuture gérée par Arnaud Pigounides, également coprésident de l’AIRe (Acteurs Industriels du Retrofit électrique qui regroupe les quatre principaux acteurs du secteur en France que sont le garage Brouzils Auto en Vendée, les entreprises Carwatt, Ian Motion et l’entreprise Retrofuture), a pour ambition de « retrofiter » toute sorte de voitures, qu’elles soient récentes ou plus anciennes, en envisageant dès leur achat leur conversion en électrique. Une idée innovante qui donnerait un sacré coup de jeune aux voitures anciennes qui entreraient alors des quatre roues dans l’ère du  21è siècle…

Favoriser la transformation d’un véhicule thermique en électrique

En Italie ou en Angleterre, le Retrofit est largement plebiscité. Cette filière de bon sens adoptée par nos voisins parce qu’elle répond à des enjeux majeurs de développement durable, pourrait toutefois aboutir en France à partir de 2020. Car plutôt que de mettre nos autos à la casse lorsque les diesels seront définitivement rejetés des grandes villes ou lorsque le kilométrage sera trop largement dépassé, il nous sera enfin possible de les ressusciter. Le Retrofit, cette technique développée par des industriels tels que l’AIRe, compte bien voir le jour suite à des négociations avant fin 2019 avec le ministère des Transports. Car pour moins de 10 000 euros, certaines entreprises sont déjà capables de convertir votre auto thermique, qu’il s’agisse d’un utilitaire, d’une berline ou tout autre type de voiture, à la fée électricité. Pour l’heure, il faut encore obtenir l’accord du constructeur puis en repasser par la case homologation une fois le véhicule transformé pour réaliser cette opération bluffante. Avec toutes ces contraintes, les coûts sont encore trop importants. L’idée serait que la règlementation française autorise le Retrofit en respectant bien évidemment la puissance initiale du modèle afin que les coûts de la transformation restent abordables. 

Moins de pollution 

Remplacer le moteur thermique d’origine par un moteur électrique est beaucoup moins encombrant et écologique. La batterie est adaptée à l’espace d’origine. L’autre avantage du retrofit est d’éviter la pollution générée par la construction d’un véhicule neuf et d’être moins coûteux pour le propriétaire. Les différents acteurs sont capables de rendre un service de transformation au prix d’un véhicule thermique pour ensuite rouler à l’électrique. Pour l’heure, les tarifs d’une telle transformation sont encore trop élevés puisqu’il faut compter environ 30 000 euros pour deux semaines de travaux. Mais ces coûts seraient divisés par trois si le Retrofit se développait réellement en France.