Trophées Argus 2019 : les récompenses de l’année

importateurs-mondial-auto-paris-audi-Q8

Chaque année, le magazine l’Argus, à l’origine de la fameuse cote, distingue les meilleures voitures de chaque catégorie, sans oublier les utilitaires.

Des trophées automobiles, il y en a d’autres, et notamment le plus prestigieux : celui de la voiture de l’année, décerné chaque printemps par un jury de 56 journalistes européens spécialisés. Pourtant, celui de l’Argus est peut-être le plus pragmatique, parce qu’il colle au plus près des clients. C’est qu’en plus des critères classiques liés à l’innovation, au design et aux performances, le média à l’incontournable cote, y a ajouté des critères de consommation, de prix d’achat, et surtout de valeur résiduelle, projetant les autos trois ans après leur apparition, en leur octroyant une côte assortie de 45 000 km pour les moteurs essence, et 75 000 pour les diesels.

Peugeot 508, la gagnante des gagnantes

Décerné catégorie par catégorie, ces trophées de l’Argus octroient également un prix des prix, celui de la voiture de l’année. Et il est attribué à la nouvelle berline Peugeot 508, dont le design original, en forme de coupé-berline a su séduire le jury. Rien d’étonnant concernant le choix pour ce dessin détonnant, ni pour les critères plus objectifs. Car la 508 l’a notamment emporté face à la Volvo V60 et à l’Audi A7 Sportback. Des autos bourrées de qualité, mais beaucoup plus chères à l’achat. La sochalienne est vendue à partir de 32 300 euros

PSA rafle la mise

Récompensé par le trophée des trophées, le groupe PSA ne s’est pas arrêté en si bon chemin. La 508 s’est bien entendu adjugé le prix de la meilleure berline, en toute logique, mais celui des SUV compacts a salué le Citroën C5 Aircross. Pour couronner cette double victoire, rien ne vaut une troisième. C’est le concept e-Legend Peugeot qui l’emporte dans la catégorie concepts-cars. Ce prototype, présenté au récent Mondial de l’auto revisitait habilement le coupé 504 des années 70-80. Mais PSA avait bien décidé de ne pas s’arrêter-là. Alors, dans la catégorie des utilitaires, Citroën s’en est allé décrocher la victoire avec son nouveau Berlingo apparu cette année. Il est décliné en version camionnette, mais aussi en ludospace familial.

Porsche en tête des sportives

Mais PSA ne pouvait pas décrocher toutes les médailles pour la simple raison que Peugeot-Citroën ne pouvait pas concourir dans toutes les catégories. Pas celle de la voiture sportive de l’année en tous cas. Un prix décerné par les internautes de l’Argus qui ont désigné la version ultra sportive d’une auto qui l’est déjà, de par ses gènes : la Porsche 911 en déclinaison GT3-RS. Une pistarde apte à prendre la route qui développe 520ch, par la seule force de son flat 6 sans adjonction de turbo. Une performance mécanique. Elle l’a emporté, et de très loin, sur l’Alfa Stelvio Quadrifoglio et même la Bugatti Divo. Un écart de près du double de points sépare l’Allemande de ces deux autres prétendantes.

La performance Toyota

Très remarquée au Mondial début octobre, la nouvelle Toyota, qui sera commercialisée en début d’année prochaine, remporte quant à elle la catégorie des berlines compactes. Ses lignes originales mais harmonieuses, la fiabilité de la marque et la valeur résiduelle de tous ses modèles et ses tarifs relativement tempérés ont remporté l’adhésion des jurés. Mais c’est surtout les motorisations hybrides, spécialité maison qui ont permis à la Corolla de l’emporter. Et notamment, l’étonnant 2L de 180ch, non soumis au malus, et qui devrait être vendu aux alentours de 28 000 euros. La Toyota l’a emporté face à la nouvelle Mercedes Classe A et à la Ford Focus.

Audi Q8 remporte la catégorie poids lourds

Toujours très fournie, la catégorie des gros SUV voyait s’affronter du beau monde cette année. BMW, Hyundai, Jaguar, Mercedes et Volkswagen parmi d’autres y présentait leur dernier bébé XXL. Et c’est finalement Audi qui l’a emporté, avec son Q8, un SUV coupé, puisque l’Allemand vient lui aussi de céder à cette tendance inaugurée il y a quelques années déjà par BMW avec son X6. Une tendance à laquelle Mercedes a lui aussi succombé.