Super malus automobile 2020 : les voitures concernées

Le malus écologique est confirmé pour 2020. Avec un malus maximal poussé jusqu’à 20 000 euros, certaines voitures vont voir leur prix exploser dès le 1er Janvier.

SUV Q7 super malus

Un super malus à 20 000 euros

Les voitures sportives et de luxe, mais aussi certains SUV sont dans le collimateur de la nouvelle mesure visant à durcir le malus écologique. Le gouvernement a, en effet, concocté un  « super malus » en instaurant, dès le 1er janvier 2020, un nouveau plafond qui s’étendra désormais jusqu’à 20 000 euros (contre 12 500 jusqu’à présent). « Je ne vois pas pourquoi le malus automobile serait progressif jusqu’à 172 grammes, et serait ensuite plafonné », a expliqué le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire. La mesure a été intégrée dans un amendement déposé par le gouvernement dans le cadre du projet de la loi de finances pour 2020. Les modèles émettant plus de 184 grammes de CO2 par kilomètre seront sanctionnés et écoperont donc d’un malus de 20. 000 euros. Selon Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, cette mesure permettra de générer 50 millions d’euros qui seront utilisés pour aider l’industrie automobile française.

Super Malus : 13 tranches supplémentaires

A compter de l’an prochain, le bonus écologique comptera ainsi 13 tranches en plus de celles déjà en place. Ces tranches seront créées à partir de 173 g de CO2 et jusqu’à 184 grammes pour des malus allant de 12 552 à 20 000 euros. Cette première grille sera mise en place au 1er janvier 2020 avant l’entrée en vigueur de la grille WLTP au 1er Mars. Plus exigeantes et proches de la réalité, ces dernières font augmenter les valeurs d’émissions de CO2 d’environ 25% par rapport à l’ancienne norme NEDC.  Pour éviter une taxation trop importante, les malus seront décalés de 28g/km. Depuis le début de l’année, 16 750 véhicules neufs à 173g de CO2 ou plus ont été immatriculés. Soit à peine 0.84% des immatriculations totales. Un volume qui permettrait au gouvernement d’engranger près de 306 millions d’euros.

Les modèles touchés par le super malus

Une trentaine de modèles sportifs, SUV ou haut de gamme écoperont donc du super malus de 20.000 euros. A commencer par les grosses cylindrées allemandes, italiennes ou britanniques qui seront, bien évidemment, les principales concernées. L’Audi R8 et son gros moteur V10 ne passera pas entre les mailles du filet. Ce qui sera le cas aussi de tous les modèles de la gamme « S » et « RS » du constructeur allemand. Hormis les modèles sportifs, l’A6 allroad serait aussi touchée, tout comme les gros SUV Q7 et Q8 qui rejettent trop de CO2. Chez BMW, l’imposant X7 de 5,15 mètres et 2,4 tonnes, écopera également de ce super-malus. Au même titre que tous les modèles badgés « Motorsport » (M2, M4, M5) et la BMW Série 8. La grande Série 7 est épargnée grâce à sa version à moteur hybride rechargeable. La GT, comme tous les modèles de la gamme AMG, sont touchés par ce malus de 20.000 euros. Le GLE est également impacté, malgré la présence d’un moteur hybride essence. Chez l’Italien Alfa Romeo, les modèles très sportifs badgés « Quadrifoglio » seront également impactés par ce maxi-malus. Ce sera également le cas des versions à essence du SUV Stelvio.

La fin des GTI

La seule auto tricolore qui sera touchée par ce « super-malus » est la Mégane RS Trophy de 300 ch. Un modèle sportif qui confirme la fin des compactes « GTI ». Du côté des supercars, la Nissan GT-R qui rejette plus de 300 grammes de CO2 subira de plein fouet la nouvelle mesure aussi. Enfin, certains véhicules moins chers (et qui circulent peu sur nos routes) pâtiront également de ce super malus. Exemple : des versions du Jeep Wrangler ou de la Porsche 718 dont les tarifs débutent à moins de 70.000 euros.

Partagez l'article sur :