Salon Rétromobile 2016 : les plus belles voitures

Chaque année, Paris est le lieu de rendez-vous des amoureux de voitures anciennes et des passionnés d’automobile. L’édition 2016 du salon Rétromobile s’est tenue du 3 au 7 février au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, regroupant 500 prestigieux véhicules et plus de 450 exposants, dont 100 clubs automobile, le tout sur une surface de 46 000 m².

Le salon Rétromobile fête ses 40 ans

L’année 2016 marque les quarante ans du salon Rétromobile. Afin de célébrer l’événement, le magazine Youngtimers a réuni sept voitures qui sont nées avec le salon. Il s’agit notamment de l’emblématique Volkswagen Golf GTI, de la Renault 14, de l’Alfa Roméo Sud Sprint, de l’Alpine A310 et de la BMW série 6.

Les inconditionnels de voitures anciennes ont pu profiter de cet événement pour découvrir des voitures uniques au monde. C’est le cas de la Napier qui a participé en 1903 à la prestigieuse Coupe Gordon Bennett et qui demeure la plus ancienne voiture de course britannique que l’on peut admirer actuellement.

Les voitures de course à l’honneur

Cette 41e édition du salon Rétromobile a mis en avant la passion automobile à travers les voitures de compétition. Les visiteurs ont pu à cette occasion admirer de près la Benetton B192 qui a permis à Michael Schumacher de gagner le Grand Prix de Belgique, la Lotus 91 conduite par Nigel Mansell en 1982, la RE 40 qui a permis à Alain Prost de décrocher le titre de vice-champion du monde de Formule 1 en 1983, ou encore la R26 qui a propulsé Fernando Alonso à la première place en 2006.

À côté de ces monstres d’aérodynamisme et de technologie, on a pu aussi s’extasier sur la relative simplicité des voitures de course d’une époque révolue. La Renault AK, qui a remporté le Grand Prix de l’ACF en 1906 avec Ferenc Szisz à son volant ou encore l’Alpine A442, lauréate des 24 heures du Mans pour l’édition 1978 avec Jean-Pierre Jaussaud et Didier Pironi.

Des légendes encore bien vivantes…

Mercedes a fait le déplacement à Paris avec la 300 SC Roadster de 1955, la 280 SL Pagode de 1963 et la célèbre 300 SL cabriolet de 1957 pour faire rêver les inconditionnels de la marque aux étoiles. De son côté, Jaguar-Land Rover a fait honneur à ses racines en présentant la Type E Série 1 de 1962, la XJS V12 de 1985, et la Land Rover Range de 1979. Porsche proposait aux nostalgiques de revivre le prestigieux passé du constructeur allemand avec la 356 B 1600 S de 1963, la 718 W-RS Spyder de 1961, ou encore la 944 Turbo de 1991.

Les marques françaises n’ont pas manqué de marquer de leur empreinte ce millésime Rétromobile 2016. Citroën exposait ses mythiques modèles comme la 2 CV, la Méhari, la DS Coupé, la SM Gold, la Traction Cabriolet 11 CV ou la célébrissime DS 20 Palas. Alpine a mis davantage en avant son passé sportif, à l’image de la M65 et de l’A310. Il en était de même pour Renault qui présentait dans son stand la Renault Alpine V6, la R20 turbo 4×4, la Renault 40 CV, l’étonnante Étoile Filante de 1956 ou encore la R5 Alpine qui a terminé 2e et 3e lors du Rallye de Monte-Carlo en 1978. Enfin, Peugeot a fait battre le cœur des nostalgiques avec la 504 Cabriolet, la 301, la 404 et la 402 Roadster aux allures de Batmobile.

… qui s’arrachent à prix d’or

Comme à l’accoutumée, une vente aux enchères de voitures anciennes organisée par Artcurial s’est tenue les deux dernières journées du salon. Cette édition 2016 a créé la sensation avec un record de 32 millions d’euros pour la vente d’une Ferrari 335 Sport Scaglietti modèle 1957 appartenant à la collection Bardinon. Près de 80 % des automobiles mises en vente ont été acquises par des collectionneurs du monde entier, quelquefois à des prix astronomiques. De même, les Citroën attirent toujours de nombreux passionnés. En effet, une 2CV Sahara de 1961 a trouvé acquéreur pour 172 800 € et une Traction 11 B cabriolet de 1939 pour 166 900 €. En tout, ce sont 7 modèles de la marque aux chevrons qui ont été vendus à un prix record pour cette édition Rétromobile 2016.

  • Salon Rétromobile 2016
    Une Citroën 2 CV de l'époque de l'ORTF.