Salon de Pékin 2018 : voitures électriques et SUV sont rois

La Chine est le leader du marché automobile mondial avec plus de 28 millions de voitures vendues l’an dernier. Il est donc logique que le salon de l’auto de Pékin 2018, qui ferme ses portes le 28 avril soit le rendez-vous incontournable de la planète auto. Une manifestation, qui se tient tous les deux ans en alternance avec celle de Shanghai. Mais si les marques étrangères réalisent encore 55 % des ventes en Chine, leur part de marché chute fortement ces derniers temps face aux marques 100 % chinoises. Ces dernières gardent la main sur deux créneaux en plein boom : celui des SUV qui représente 40 % des ventes de voitures aux particuliers en Chine (et a fait un bond de 13 % des ventes l’an dernier) et celui des voitures électriques.

Le SUV plus que jamais roi à Pékin

Les constructeurs américains et européens mettent le paquet pour conforter leurs parts de marché et reconquérir celles qu’ils ont perdu. Comme Citroën qui n’a pas hésité à présenter son SUV compact C5-Aircross dès l’an passé à Shanghaï. Il est en vente en Chine depuis un an et s’est déjà écoulé à 30 000 exemplaires là-bas, alors qu’il n’arrivera en Europe qu’à l’automne prochain, à l’occasion du Mondial de l’Auto de Paris. A Pékin cette année, les chevrons ne sont pas arrivés les mains vides pour autant, puisqu’ils présentent une version rallongée du plus petit C3 Aircross en vente en Europe depuis l’automne. Les airbumps susceptibles de plaire aux chinois ont été rajoutés alors qu’ils ont disparu de la version européenne. Le SUV gagne 12 cm en longueur et 6 en empattement pour séduire les clients chinois friands d’habitabilité.

Salon Pékin 2018 Citroen C3 Aircross

Enfin, pour apporter une touche plus premium, une sortie d’échappement double a été ajoutée. Les allemands, quant à eux misent sur le très haut de gamme pour faire la différence face aux constructeurs locaux. Ainsi, Maybach, la filiale luxe de Mercedes signe la première berline SUV du marché, dans un style que l’on qualifiera de curieux. Cette berline limousine surélevée de 750 ch est un concept-car baptisé Vision Mercedes-Maybach Ultimate Luxury.

Salon Pékin 2018 Mercedes Maybach

 

Autre crossover compact, beaucoup plus accessible, qui sera lui aussi réservé à la Chine : le Skoda Kamiq. Un peu plus grand que le Karoq que nous connaissons en France, il fait dans la simplicité du point de vue design. Une seule motorisation est connue pour l’instant : un bloc essence 1.5 TSI de 110 ch associé de série à une boîte automatique.

L’offensive électrique

Les voitures électriques ont évidemment pris place également sur la scène du salon de Pékin. Le constructeur américain Buick présente un audacieux concept de SUV électrique : le Buick Enspire Concept. Un SUV de 550 ch et de 600 km d’autonomie.

Salon Pékin 2018 Buick Enspire Concept

De son côté, BMW fait aussi dans le Crossover électrique avec le iX3 qui bénéficiera d’une autonomie de plus de 400 km. Nissan présente, pour sa part, sa première voiture électrique produite en Chine : la « Sylphy Zéro émission », qui n’est qu’une version berline à coffre de la Leaf, et dispose de 338 km. Cette Sylphy est la première d’une série de 20 nouveaux modèles électriques que le Japonais entend développer dans les prochaines années.

La Chine est également un marché de prédilection, et de fabrication, de la nouvelle marque Polestar qui pose sur l’estrade de Pékin sa grande berline hybride hautes performances au design ultra moderne aperçue au récent salon de Genève. 150 km d’autonomie et 600 ch au programme de cette auto qui sera fabriquée à Chengdu, en Chine, à partir de 2019.

 

Enfin, une surprise très sportive a bousculé le salon de Pékin : la Formule E baptisée X E-Tense de DS, un concept ultra sportif électrisé et électrisant. 540 ch en mode route et jusqu’à 1.360 ch (1.000 kW) sur piste.

Salon Pékin 2018 DS X E-Tense