Salon de Genève : les immanquables et les absentes

L’un des principaux salons de l’auto en Europe ouvre ses portes le 8 mars prochain. Mais à 3 semaines de son ouverture, on connait les grandes nouveautés qui y seront dévoilées. Et les grandes absentes qui ont décidé de ne pas s’y montrer.

Le dernier salon de Francfort a connu quelques défections en octobre dernier, tout comme le Mondial de l’auto parisien en 2016. Du coup, le salon de Genève, qui se tiendra le du 8 au 18 mars prochain apparaît de plus en plus comme la grande manifestation européenne de l’automobile. Un sentiment que le nombre de nouveautés dévoilées, pas loin de 110 premières mondiales ou européennes attendues, ne risque pas de démentir. Françaises et étrangères, berlines, SUV ou citadines vont tenter d’attirer les 10 000 journalistes présents (dont ceux de Vivacar) au cours de ce raout annuel du printemps. Et ils devraient trouver matière à remplir leurs colonnes.

Le retour des berlines

On les croyait englouties, boudées au profit des SUV. Mais les berlines font de la résistance. La toute nouvelle Peugeot 508 fera son apparition le premier jour du salon et le lion tient à faire durer le suspens en ce qui concerne ses lignes définitives et ses spécifications techniques. Volvo, lui, ne fera pas patienter ses fans jusqu’au mois de mars puisqu’on connaît depuis hier matin le dessin de son nouveau break V60 (vidéo ci-dessous), très proche de son grand frère V90. Curieusement, le suédois ne dévoilera pas en Suisse la berline dont découle ce break.

Le Ludospace revient dans la place

Comme les berlines, on les croyaient morts et enterrés. Mais les ludoscapes reviennent aussi dans de nouvelles versions, toujours aussi familiales. Le nouveau Citroën Berlingo est présenté en Suisse et dispose d’une version (au moins) aussi bien équipé qu’un monospace ou un SUV. Même constat pour le ComBo life d’Opel. Les deux engins seront bien entendu déclinés en version utilitaire, puisqu’il s’agit là, après tout, de leur fonction première.

Les compactes à la fête

Ce sont les autos les plus vendues en Europe et ce ne sont pas moins de trois nouvelles compactes qui vont fouler les podiums du salon pour la première fois. La nouvelle Mercedes Classe A renouvelée revient après l’énorme succès de la première mouture. Au programme, des lignes moins torturées et un intérieur encore plus high-tech. Plus généraliste, et forcément moins chère, Kia présente la troisième version de sa compacte Ceed. Son style plus dynamique et sa qualité de fabrication encore améliorée entendent bien jouer les troubles fêtes en Europe, ou la Coréenne a d’ailleurs été conçue sous la houlette du patron de la maison : le designer Peter Shreyer à qui l’on doit notamment la première Audi TT. On a vu pire CV. Genève sera également l’occasion pour le public de découvrir la nouvelle Citroën C4-Cactus à découvrir d’ici-là en essai et en vidéo sur le blog.

Salon Genève Kia Ceed
La nouvelle Kia Ceed qui en est à sa troisième version

Les SUV mal-aimés ?

Curieusement, le cru 2018 ne sera pas celui des SUV. On découvrira certes le grand Crossover Santa-Fe chez Hyundai, ainsi que les nouveaux BMW X4 et Honda CRV, mais l’ensemble des constructeurs s’étant rué sur ce genre depuis quelques années, tous leurs SUV sont ultra-récents et l’heure n’est pas encore venue de les renouveler. Reste de nouveaux 4×4 purs et durs comme le Jeep Wrangler et le Mercedes Classe G, plus à l’aise dans la boue que sur la route.

Des absences remarquées

Est-ce l’abondance de nouveautés qui a poussé Ford à ne pas dévoiler sa nouvelle Focus ? Toujours est-il que la compacte de l’américain ne montrera pas le bout de sa calandre avant le mois d’avril, manière pour le constructeur de garder la main sur le lancement de son auto, et de ne pas la noyer parmi la centaine d’autres nouveautés. C’est aussi au mois d’avril que DS dévoilera sa DS3-Crossback. Un lancement qui se déroulera au salon de Pékin, la Chine étant le premier marché de ce nouveau SUV. Quant au grand SUV BMW X7 et au petit Seat Tarraco, ils seront eux aussi à découvrir plus tard dans l’année.

Partagez l'article sur :