Salon de Genève : des premières mondiales et de grands absents

Plusieurs marques font l’impasse sur le salon suisse qui inaugure la saison automobile. Malgré ces défections, de nombreuses nouveautés seront au rendez-vous dès le 5 mars prochain.

Salon de Genève

Le compte à rebours a commencé. Dans un peu plus d’un mois, il ouvre ses portes sur les bords du lac Léman. C’est en effet le 5 mars prochain, que le salon de Genève 2020 ouvre ses portes. La manifestation démarrera, comme chaque année, par la remise du plus grand trophée de l’univers automobile : le prix de la voiture de l’année, avant même que les exposants ne dévoilent leurs nouveautés. Mais Genève n’échappe pas au marasme qui touche toutes les grandes manifestations européennes, désertées depuis plusieurs années par plusieurs marques. On pensait que le raout suisse échappait à ses défections qui touchent le Mondial de l’auto parisien et le salon de Francfort, mais rien n’y fait. Ses dates parfaites, avant le printemps, saison idéale pour lancer de nouveaux modèles puisque c’est justement à cette période que les gens achètent des voitures pour être livrés avant les vacances et y étrenner leur nouvelle auto. Sa situation géographique est idéale aussi : la Suisse est un pays sans constructeurs.  L’Allemagne a les siens, comme la France. Du coup, chaque pays met ses marques en avant, ce qui fait râler les constructeurs étrangers qui se retrouvent au fond du salon de Francfort et de Paris

Salon suisse : des absents de marques

De nombreux constructeurs feront l’impasse sur le salon. Dans le groupe PSA, seul DS sera présent. Pas de Citroën, ni de Peugeot, ni d’Opel en Suisse cette année. Une lourde défection qui n’est pas un cas unique. Volvo sera absent comme l’an passé. Jaguar et Land Rover en font autant, malgré le lancement du coupé Jaguar F-Type restylé, et du land Rover Defender. Ford ne sera pas présent non plus, malgré son nouveau SUV Puma, pas plus que Nissan, alors que le nouveau Juke est à peine sur les routes et que le Qashqai de troisième génération pointe son nez. On le voit, le fait de ne pas avoir de nouveautés dans ses bagages, prétexte jadis livré par les constructeurs pour ne pas faire le voyage n’a plus court. C’est aujourd’hui bel et bien le genre de ces grandes manifestations qui est menacé.

Des marques présentes et des nouveautés attendues

Pour autant, si une bonne dizaine de marques sont absentes, les autres ne souhaitent pas rater le salon de Genève. Et viennent y présenter leurs nouveaux modèles, parfois en première mondiale. Évidemment, on connaitra la liste détaillée de toutes ces nouveautés dans quelques semaines, mais les visiteurs du salon suisse peuvent d’ores et déjà prendre rendez-vous avec la nouvelle Skoda Octavia, beaucoup évoquée, mais jamais présentée. Dans le même groupe Volkswagen, la Golf 8 GTI sera aussi de la partie. Elle devrait conserver son moteur de 2.0 et 280ch, mais des rumeurs insistantes lui attribuent la présence d’une hybridation, un moyen de lui éviter un malus trop élevé. Ce sera la première sortie de l’emblématique allemande qui a inventé un genre : celui des petites bombinettes sportives.

Les constructeurs allemands en force

Si les Allemands, hormis Opel, font toujours le voyage vers le salon suisse, ce n’est pas les mains vides. BMW devrait débarquer avec pas moins de trois nouveautés dans sa hotte, dont la Série 2 coupé. Mercedes quant à lui, dévoilera la nouvelle formule de son SUV GLA. Enfin, Audi pourrait bien présenter à Genève sa très attendue compacte A3, même si la marque aux anneaux entretient le suspens à ce sujet.

Salon de Genève : de nouvelles animations

Mais le salon de Genève, comme Paris ou Francfort doit innover pour résister à la baisse de fréquentation. Alors, deux nouvelles mini manifestations seront incluses dans la grande manifestation. Pour la première fois, il sera possible, comme à Paris l’an passé, de tester des voitures électriques mises à disposition par les constructeurs autour du salon. Comme à Paris aussi, un espace sera spécialement réservé aux nouvelles technologies. Des start-ups, mais aussi de grands équipementiers viendront y présenter leurs dernières nouveautés en la matière, pour recréer une sorte de CES (Consumer electronic show), cette manifestation qui s’est déroulé à Las Vegas ce mois-ci, et qui, contrairement aux salons automobiles, a le vent en poupe. Toutes ces animations et les 900 exposants présents suffiront-ils à redorer le lustre du salon de Genève ? Réponse le 15 mars prochain, à la fin du dernier jour de la manifestation, pour vérifier que le nombre de visiteurs attendus (900 000) se sont bien présentés.

Partagez l'article sur :