Salon de l’auto de Lyon, le petit au rayon des plus grands

Il se termine ce lundi soir, mais après le fiasco du salon de Francfort, le salon de l’auto de Lyon a déjà gagné le pari de la notoriété, en attendant de savoir s’il a remporté celui de la fréquentation. David serait-il en train de croquer Goliath ?

Salon de l’auto de Lyon

Il est des juxtapositions qui forcent à la comparaison. Comme le salon de Francfort qui s’est achevé le 22 septembre et celui de Lyon, qui a ouvert ses portes quatre jours plus tard. Le premier, gigantesque, a vu la défection de nombre de marques et a fermé ses portes avec un bilan en chute libre de 30%, quand le second, beaucoup plus modeste, et qui ferme ces portes ce 30 septembre, n’a jamais autant rassemblé de constructeurs, et n’a jamais dévoilé autant de nouveautés. Car, outre les absents de Francfort, dont les nouveaux modèles sont montrés pour la première fois en France, la capitale rhodanienne dévoile les principales avant premières, jamais vues dans l’hexagone et dont seule Francfort a eu les honneurs. Autant dire que ceux qui ont fait le déplacement au salon de l’auto de Lyon en ont pris plein les mirettes.

Renault joue la priorité française

Évidemment, les visiteurs du salon de l’auto de Lyon peuvent regretter un grand absent : le nouveau Renault Captur. Pour les consoler, ils peuvent se dire que leurs homologues allemands n’ont pas eu droit non plus au nouveau SUV urbain du losange. Renault n’exposant pas en Allemagne, seuls les journalistes ont pu entrapercevoir l’engin durant les journées presse. En revanche, les Lyonnais ont eu droit à la nouvelle version de la Zoé, que les Allemands ont zappé. Restylée, mécaniquement reboostée, la petite électrique entend bien rester dans la course à l’autonomie allongée et revendique désormais 395 km sans faire le plein de watts, du moins officiellement. Le SUV Koleos a droit lui aussi à un léger coup de crayon et se présente lui aussi au public en exclusivité mondiale.

Le Lion au salon de l’auto de Lyon

Le Lion n’ayant pas pris la route de l’Allemagne, c’est aux visiteurs du Palexpo de Lyon que le constructeur de Sochaux a réservé la primauté de sa nouveauté de l’année : la 208. Elle est présente sous toutes ses déclinaisons et notamment sa version électrique, logiquement baptisée e-208. La citadine de PSA entend bien ravir la place de première de la classe, et de voiture la plus vendue en France, à la Renault Clio, elle aussi renouvelée cette année. La 208 arrivera dans quelques semaines dans les concessions, et vous découvrirez son essai d’ici-là dans les colonnes de Vivacar.

Nissan Juke : il est à Lyon et (presque) nulle part ailleurs

L’Alliance Renault-Nissan en a décidé ainsi : le salon de Francfort ne figure pas au programme de ses marques. Et pourtant, du côté de Nissan, le moment est important puisque c’est celui du lancement du modèle le plus vendu : le Juke, enfin renouvelé cette année. Du coup, puisqu’il n’a pas eu droit aux honneurs du salon allemand, il a droit à ceux de Lyon en exclusivité, ou presque. Car la communication Nissan, facétieuse comme à son habitude, a exposé son nouvel engin à Francfort. Non pas la ville germanique, mais une bourgade française, ou plutôt un lieu-dit du même nom, situé en Charente-Maritime. Plus grand, d’une ligne plus consensuelle que son prédécesseur, le Juke nouveau va tenter de réitérer le hold-up de la première version, qui avait posé les bases de ce genre de SUV. Sauf que depuis son lancement en 2010, toutes les autres marques se sont engouffrées dans ce créneau du « petit » crossover. Les premières réponses de l’adhésion, ou non, du public à cette deuxième mouture, arriveront courant novembre lors du lancement de ce Juke 2 en concession. Mais d’ici là, les lecteurs de Vivacar pourront se faire une idée de ses qualités, grâce à un essai complet en vidéo.

Partagez l'article sur :