Renault relance la 4L

C’est officiel, la mythique Renault 4L va renaître de ses cendres. Elle sera électrique, bien sûr, mais elle gardera la philosophie et la polyvalence de sa devancière qui fête cette année ses 60 ans.

Renault 4L

Durée de lecture estimée: 3 minutes

Renault 4L : l’histoire d’un mythe

Tout part d’une demande de Pierre Dreyfus, alors PDG de Renault, à son directeur du bureau d’études, Yves Georges : « la voiture ne doit plus être des fauteuils et une malle. Faites-moi donc un volume ». Nous sommes en 1955, en plein exode rural. Une nouvelle classe moyenne apparaît. C’est la fin de la voiture des villes si différente de la voiture des champs. Pour le patron de Renault, « c’est la fin de la voiture des villes si différente de la voiture des champs. Il faut inventer l’automobile polyvalente ».  Visionnaire, le PDG. D’autant qu’à cette époque, les transports collectifs sont quasi inexistants ce qui confère à l’automobile une place primordiale : elle doit être un outil de travail la semaine, puis se transformer en voiture familiale pour le week-end. 

Renault 4L, la voiture « blue-jean »

Au demeurant, les femmes jouent un rôle de plus en plus important dans la société au point de devenir petit à petit prescripteurs de nouvelles tendances et surtout d’achats. Ce n’est pas un hasard si Renault affuble alors sa future Renault 4L du surnom « voiture blue-jean », comme pour le vêtement en toile venu des USA que l’on peut porter en toutes circonstances, chic ou décontracté. Et pas cher. Pour dessiner cette voiture blue-jean, l’idée première est le plancher plat, qui permet de la charger facilement. Viennent ensuite trois éléments rendus possibles par l’adoption de barres de torsions ainsi que d’amortisseurs hydrauliques positionnés horizontalement à l’arrière : l’absence de jupe arrière, l’abaissement maximal du seuil chargement et l’ouverture de la voiture à l’arrière par l’intermédiaire d’un hayon. 

Une voiture révolutionnaire

C’est une révolution. Pour Renault, d’abord, puisque la R4 – véritable nom de la Renault 4L – sera son premier modèle à roues avant motrices. Pour l’automobile, ensuite, puisque la marque au losange invente une carrosserie à deux volumes, avec d’abord  un compartiment moteur, puis un ensemble coffre à bagages-habitacle qui ne fait plus qu’un. Grande nouveauté, aussi, l’habitabilité a été pensée pour pouvoir évoluer selon les besoins, en basculant la banquette arrière, mais aussi en faisant passer la Renault 4L d’un utilitaire à une familiale.

Quant à l’entretien, comme pour un jean, fini les contraintes des points de graissage ou de niveau d’eau à surveiller : un circuit scellé de refroidissement avec vase d’expansion met fin aux risques de surchauffe.  La 4L sera officiellement lancée pendant le salon de l’automobile de Paris, en 1961, grâce à une vaste opération baptisée « Prenez-le volant » durant laquelle plus de 60 000 Parisiens essayeront cette Renault 4 qui deviendra mythique et sera adoptée par de nombreuses générations : huit millions d’exemplaires seront écoulés dans le monde entier jusqu’en 1992… 

L’aventure redémarre

L’aventure de la mythique Renault 4L qui s’était arrêtée en 1992 n’est donc pas terminée. Le Patron de Renault, Luca de Meo, l’a annoncé : après le retour de la R5, ses ingénieurs travaillent bien sur une version électrique de la « Renault 4 ». La voiture iconique fera en effet partie des 7 modèles 100% électriques programmés d’ici 2025 par la marque au losange, dont la nouvelle Mégane et la R5 attendue début 2024.  Cette nouvelle 4L – baptisée pour le moment 4Ever – reposera sur la plate-forme modulaire CMF-BEV, comme la R5, dont elle reprendra le moteur synchrone à rotor bobiné, avec une puissance de 136 cv (100 kW). 

La mode du rétro-futurisme

Côté look, les nostalgiques de la Renault 4L de 1961 ne seront pas déçus car le nouveau directeur du style de la régie, Gilles Vidal, est un adepte du rétro-futurisme comme il l’a montré avec la R5 électrique. Il faut donc s’attendre, comme le montrent les premières images distillées par Renault, à une voiture entièrement nouvelle, certes, mais avec de nombreux clins d’œil à l’ancêtre et surtout à sa philosophie : offrir une voiture polyvalente, accessible à tout le monde. Renault promet d’afficher sa future 4L sous la barre des 20 000 euros.