Les femmes, meilleures conductrices que les hommes

Le site « Les Furets » vient de dresser le portrait-robot du mauvais conducteur français. Résultat : les hommes sont majoritairement plus dangereux au volant, les femmes restant un exemple en matière de conduite automobile. C’est dans le Nord de l’Hexagone que l’on croise les plus dangereux pilotes. Quant à ceux qui conduisent des Peugeot 308 ou des Renault Clio 4, ils apparaissent dans le top des plus mauvais conducteurs. 

conductrices

Grâce à son fichier assureur regroupant plus de cinq millions de devis, le site « Les Furets » a dressé le portrait-robot du mauvais conducteur tricolore de l’année 2020. Qu’est-ce qu’un mauvais conducteur ? Celui qui s’est déclaré responsable d’un sinistre évidemment, mais aussi celui qui a vu son permis de conduire suspendu, annulé ou carrément retiré. Ou encore celui qui été condamné pour délit de fuite ou refus d’obtempérer. Et ils sont nombreux. Dans ce sombre tableau, les femmes, elles, sont largement minoritaires.

Les hommes, les plus mauvais conducteurs

Le bilan est sans appel : les mauvais conducteurs sont principalement des hommes (70 %). Ces messieurs sont majoritairement sans enfants (67%), célibataires (58%), et salariés (50%). Les jeunes conducteurs ayant entre 18 et 25 ans sont les plus représentés parmi les mauvais conducteurs (35%) suivis de près par les 26-35 ans (30%). Les 18-25 ans sont majoritaires lorsqu’il s’agit d’avoir un malus, d’avoir été contrôlé positif aux stupéfiants, d’avoir déclaré au moins un sinistre. Les 26-35 ans sont majoritaires pour tout ce qui relève du permis suspendu, de la résiliation de leur contrat par leur assureur, et en matière de condamnation pour délit de fuite et/ou refus d’obtempérer. Donnée intéressante : 82 % des mauvais conducteurs n’ont pas fait la conduite accompagnée.

Les régions où la proportion de « mauvais conducteurs » est la plus importante

C’est en Ile-de-France que la part de mauvais conducteurs est la plus importante (16%), devant l’Auvergne-Rhône-Alpes (14%) et les Hauts-de-France (10%). À l’inverse, la région Centre-Val-de-Loire fait figure de bon élève avec seulement 3,7 % de mauvais conducteurs. Au tableau d’honneur, l’assureur distingue aussi la Bourgogne Franche-Comté (4,2 %), la Bretagne (4,1 %) et surtout le Centre-Val-de-Loire avec « seulement » 3,7% d’automobilistes ayant un comportement pas vraiment exemplaire au volant.

La Peugeot 308 : la reine des sinistres

Mais au volant de quelles autos ces mauvais conducteurs se trouvent-ils ? D’après l’enquête des Furets, les mauvais automobilistes conduisent le plus souvent des Peugeot 308, Peugeot 206 et Renault Clio 4. La 206 est notamment la reine des automobilistes malussés, la 308 celle des sinistres et la Clio celle des permis suspendus et contrôles aux stupéfiants. 

Les femmes : un exemple à suivre en matière de conduite automobile

Il est temps de changer le slogan et d’écrire : « Femme au volant, absence de danger au tournant ». Car les filles commettent clairement moins d’infractions que les hommes au volant. Les chiffres de la sécurité routière sont sans appel. 90 % des personnes inscrites à un stage de récupération de points du permis de conduire sont… des hommes. 75 % des morts sur la route sont… des hommes. 92 % des conducteurs impliqués dans des accidents de la route à cause d’un taux d’alcoolémie supérieure à la limite autorisée sont… encore des hommes. Enfin, s’il faut encore donner des chiffres pour prouver que les femmes sont nettement plus raisonnables et fiables au volant : 83 % des condamnés pour homicides involontaires sur la route sont aussi des hommes. Pourquoi un tel écart de conduite, sans jeu de mot ? Parce que les femmes ont une perception du danger et de la sécurité des autres automobilistes nettement plus aigüe que les hommes. Un exemple à suivre donc.