Cocorico : PSA est le premier groupe en Europe

PSA-premier-classement-constructeur

Au mois de septembre, les ventes du groupe PSA ont dépassé celles de Volkswagen, leader incontesté en Europe depuis des décennies. Un leadership qui pourrait ne pas perdurer. Décryptage.

Au mois de septembre, PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) est devenu le premier constructeur européen, coiffant sur le poteau l’indétrônable groupe Volkswagen et sa cohorte de marques (Audi, Skoda, Seat, Porsche, etc). Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le constructeur français a vendu 198 988 autos quand, dans le même temps, l’Allemand ne s’est contenté que de 171 963 immatriculations. Une période durant laquelle, les deux rivaux ont largement distancié le groupe Renault (Renault, Dacia, Alpine) qui doit se contenter de ses 94 964 unités écoulées sur le vieux continent.

Un score lié aux nouvelles normes

Evidemment, les clés de ce succès sont multiples. Mais elles sont essentiellement liées à l’entrée en vigueur des normes WLTP au 1er septembre. Ces nouvelles mesures, plus dures que les anciennes normes européennes NEDC sont obligatoires et pour être commercialisées, les voitures neuves doivent s’y conformer. Ces nouveaux tests, mesurent la consommation de carburant d’une manière plus réaliste, et prennent en compte les émissions de C02 évidemment, mais aussi celles liées aux particules, à l’oxyde d’azote (N0x) et aux autres produits nocifs.

Une forte hausse en été, une baisse à la rentrée

Résultat : certains constructeurs étaient plus à même de franchir ce nouveau cap que d’autres. C’est le cas de PSA. Surtout, pour tenter d’échapper un temps aux nouvelles normes, nombre de marques ont consenti de grosses remises durant l’été pour vendre des autos qui ne passaient pas les nouvelles normes. Ils en ont également immatriculées d’autres, à la hâte, avant la date fatidique, quitte à les revendre d’ici la fin de l’année en modèles d’occasion affichées « O km ». Une précipitation estivale qui explique les excellents scores réalisés au mois d’août, puisqu’à cette période, Volkswagen a augmenté ses ventes de 41%, un fait rarissime. PSA a également procédé ainsi, mais dans une moindre mesure puisque nombre de ses moteurs étaient compatibles WLTP. Cette envolée des ventes a bien entendu des effets sur celles de la rentrée. Les clients potentiels, qui avaient prévu d’acheter une auto en septembre ou octobre ont devancé leur achat et le marché s’en est ressenti. Les ventes de Volkswagen se sont effondrées de 48% en septembre, alors que celles de PSA ont mieux résisté, avec une chute de 7,7%.

La montée en gamme de Peugeot

Ce repli moins important explique donc, la première place de Peugeot-Citroën sur la plus haute marche du podium européen. Mais elle est aussi la conséquence d’un long travail entrepris par le groupe depuis plusieurs années. Cette politique de montée en gamme, notamment chez Peugeot, semble porter ses fruits. Carlos Tavares l’a martelé à ses troupes, Peugeot doit être une marque d’access premium, comme l’est Volkswagen. Ce qui signifie une amélioration constante de la qualité, sans avoir peur d’une augmentation des tarifs. Et aujourd’hui, une Peugeot coûte à peine moins cher qu’une Volkswagen. Surtout, les Peugeot qui ont du succès sont celles qui rapportent les marges les plus confortables à son constructeur, en l’occurrence, pour Peugeot, ses SUV 3008 et 5008, leaders dans leur catégorie.

Une victoire de courte durée ?

Pour autant, la victoire de septembre n’est qu’une bataille remportée par PSA sur la guerre qui l’oppose à son ennemi de toujours. Car, en faisant les comptes depuis le début de l’année, de janvier à septembre, on s’aperçoit que les parts de marché du groupe Volkswagen s’établissent à 24,2 % sur le vieux continent, contre 16,2 % pour PSA. En plus, en sortant d’Europe, les chiffres sont plus conséquents encore, puisque l’Allemand domine largement le Français, en Chine notamment, qui est le premier marché mondial. En ajoutant à ces données le fait que Volkswagen devrait prochainement rentrer dans les clous des normes WLTP et que des nouveautés sont attendues prochainement (comme le mini-SUV Volkswagen T-Cross), la rivalité entre les deux groupes risque de réserver quelques nouveaux rebondissements intéressants.