Voitures d’occasion : la prime à la conversion 2019 est arrivée

parking voitures

Pour répondre aux objectifs du Plan climat, l État veut accélérer le renouvellement du parc automobile ancien et polluant. L’objectif du nouveau dispositif est d’aider tous les Français, particuliers et professionnels, à acheter un véhicule neuf ou d’occasion en échange de la mise au rebut d’un vieux véhicule. Depuis ce mardi 1er janvier 2019, les automobilistes qui troquent leur vieille voiture diesel ou essence contre un modèle plus vertueux peuvent bénéficier d’aides plus importantes.

Si les soldes ne commencent que dans une semaine, c’est déjà l’heure des rabais si vous voulez changer de voiture. Après avoir enterré la taxe sur les carburants pour éteindre la colère des Gilets jaunes, le gouvernement ouvre son porte-monnaie et double la prime sous condition de ressources. Depuis le 1er janvier, les automobilistes qui troquent leur vieille voiture diesel ou essence contre un modèle plus vertueux peuvent accéder aux nouvelles primes à la conversion version 2019. Les conditions d’obtention et le montant des aides varient sensiblement en fonction de nombreux critères. Le gouvernement, qui a débloqué 600 millions d’euros en 2019 pour financer la mesure, va notamment proposer jusqu’à 5 000 euros d’aides aux conducteurs polluants pour les inciter à se procurer un nouveau véhicule.

Qui a droit à la prime à la conversion ?

Concrètement, qui y a droit à cette batterie d’aides financières versées par l’Etat ? La prime (1 000 € pour les ménages imposables et 2 000 € pour les ménages non imposables) est doublée pour les 20 % des ménages aux revenus les plus modestes (Revenu fiscal de référence inférieur à 6 300 € par part fiscale). Elle est aussi doublée pour les actifs non imposables qui parcourent au moins 60 km chaque jour pour se rendre sur leur lieu de travail (une attestation de l’employeur sera réclamée) ou qui parcourent 12 000 km par an avec leur véhicule personnel à cause de leur travail.

Les 5 nouveautés

1/ Les véhicules acquis doivent désormais émettre moins de 122 g de CO2 par kilomètre. C’était 130 grammes en 2018. Ce qui réduit le choix de 20 % parmi les modèles en vente. Heureusement, le site Vivacar propose de bonnes affaires.

2/ Deux superprimes pour les foyers modestes : 4 000 euros pour un véhicule thermique neuf ou d’occasion. 5 000 euros pour un véhicule électrique ou hybride rechargeable.

3/ Le prime de 3 500 euros accessible aux propriétaires de voitures électriques neufs, concerne aussi les hybrides neufs rechargeables, sans condition de revenus.

4/ Pour les foyers non imposables, le prime concernant les véhicules électriques d’occasion passe à 2 500 euros.

5/ Suppression de la prime pour un véhicule diesel, pour les foyers imposables.

Les voitures électriques ne séduisent guère

Certes, les habitudes commencent à évoluer. La part du diesel continue de baisser, passant de 47,3 % à 40 % l’an dernier. Mais les véhicules électriques ne séduisent pas encore totalement les automobilistes. Les ventes n’ont progressé que de 6% en 2018 selon le Comité des constructeurs français d’automobiles. Nul doute que le renforcement de la prime pour les autos électriques devrait donner un coup de fouet. Mais pas forcément suffisant d’après Stephen Kerckhove, le délégué général de l’association Agir pour l’environnement, qui pense que seule une réglementation contraignant vraiment les constructeurs à mettre sur le marché « des véhicules consommant moins de 4 L /100 km aurait un réel impact économique pour les automobilistes et écologique pour le climat ».